Plusieurs milliers de pages accessibles en format adapté aux lecteurs dyslexiques. Essayer maintenant
Bannière
Évangile selon Jean
Sondez les Écritures - 4e année

Jean 1. 1-14

La Parole éternelle, vie et lumière

1. La Parole créatrice : versets 1-3

Les premiers mots de l’évangile selon Jean conduisent le lecteur avant la fondation des mondes, et me bien au-de. “Au commencement1 était…” Cette expression initiale souligne la préexistence de Celui qui est appe la Parole, qui exprime parfaitement la pene de Dieu. Ce titre appliqué à sus Christ correspond à ce que dit l’étre aux Hébreux : “Dieu ayant autrefois, à plusieurs reprises et en plusieurs manières, par aux res par les prophètes, à la fin de ces jours-là, nous a par dans le Fils” (litt. “en Fils”) Hébreux 1. 1, 2.

Il faut arriver au verset 17 de ce chapitre pour trouver le nom de sus Christ. Maiss le premier verset, il s’agit bien de lui qui est :

  • éternel dans son existence : “Au commencement était la Parole”,
  • distinct dans sa personne : “La Parole était auprès de Dieu”,
  • divin dans son essence : “La Parole était Dieu”.

le Psaume 33 clare : “Les cieux ont é faits par la parole de l’Éternel, et toute leur are par l’esprit de sa bouchePsaume 33. 6. De me aussi la sagesse personnifiée a partici à l’œuvre de la création : “Quand il disposait les cieux, j’étais là… J’étais alors à de lui, son nourrisson (ou son artisan), j’étais ses lices tous les joursProverbes 8. 27-30. C’est donc par sus, le Fils de Dieu, que tout ce qui existe a é faitColossiens 1. 16 ; Hébreux 1. 2. C’est aussi lui qui ôtera le ché qui a souillé tout l’univers (verset 29).

2. La vie et la lumière : versets 4, 5

Dans la Parole ou le Verbe (Logos), était la vie. La Parole ne possède pas la vie parce qu’elle l’aurait reçue. Non, elle en est la source. La vie naturelle est issue de la puissance de la parole créatriceGenèse 1. 20. Il en est de me de la vie spirituelle, et c’est de celle-ci que parle l’évangile selon Jean.

Dans sa nature fondamentale, la vie ne prode que d’elle-même et n’est communiquée que par elle-même, c’est-à-dire par Celui qui est la vie. Auteur de toutes choses, sus a la vie en lui-même car il est la vie (11. 25 ; 14. 6) et il a le pouvoir de la communiquer (5. 21, 26). Lors de la création, le premier acte divin pour préparer un domaine habitable pour l’homme fut de faire apparaître la lumièreGenèse 1. 3. Au verset 4, vie et lumière sont à tel point liées que l’on peut traduire la phrase en inversant les termes : “La lumière des hommes était la vie”.

sus est aussi la lumière qui éclaire la scène breuse de ce monde de ché. Sur le plan spirituel, il s’est produit un phénone étranger au domaine physique : les bres ont repoussé la lumière (verset 5), mais elles ne peuvent pas la vaincre ni me l’éclipser ; la lumière continue de luire pour le salut de ceux qui la reçoivent (verset 9). Tandis que les bres physiques sont caracries par l’absence d’énergie, les bres spirituelles sont appees “le pouvoir des bresLuc 22. 53 ; Colossiens 1. 13. Il aura fallu l’œuvre de sus à la croix du Calvaire pour briser ce pouvoir et en livrer ceux qui lui étaient asservis.

3. Premier moignage de Jean-Baptiste : versets 6-8

Jean-Baptiste est mentionné plusieurs fois dans ce chapitre, non pour nous parler de ce prophète, mais de sus. Jean n’était qu’une voix (verset 23), il n’était pas la Parole. Il était une lampe ardente et brillante (5. 35), mais il n’était pas la lumière. Une lampe ne donne de lumière qu’en relation avec la source d’énergie dont elle pendPsaume 18. 29 ; de me, les raches du Seigneur ne peuvent luire dans ce monde qu’en demeurant eux-mêmes dans la proximi de sus (8. 12 ; 12. 36).

Jean-Baptiste est un moin. Pourquoi faut-il qu’il rende moignage de la lumière ? Parce que l’homme est spirituellement aveugle. L’objectif de ce premier moignage de Jean est que tous les hommes soient ames à la foi. Tel est le sir de Dieu de tout temps, telle est sa volon de grâce. Dieu ne force personne, mais la ressource est suffisante. Il a donné une responsabili à l’homme qui le rend apte à pondre à l’invitation divine.

Notes

1Par cette expression équivalente à celle de Gese 1. 1, l’évangile nous reporte bien anrieurement, avant que le mondet. Mais cela souligne la complémentari qui existe entre le cit de la création du monde et celui de son salut incar dans la personne de sus. Dans l’intimi de la communion éternelle du re et du Fils, l’amour divin établissait le plan de notre salut.

Jean 1

1Au commencement était la Parolea ; et la Parole était auprès de Dieu ; et la Parole était Dieu. 2Elleb était au commencement auprès de Dieu. 3Toutes choses furent faites par elle, et sans elle pas une seule chose ne fut faite de ce qui a été fait. 4En elle était [la] vie, et la vie était la lumière des hommesc. 5Et la lumière luit dans les ténèbres ; et les ténèbres ne l’ont pas comprise.
6Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean. 7Celui-ci vint pour [rendre] témoignage, pour rendre témoignage ded la lumière, afin que tous croient par lui. 8Lui n’était pas la lumière, mais pour rendre témoignage dee la lumière : 9la vraie lumière était celle, qui, venant dans le monde, éclairef tout homme. 10Ilg était dans le monde, et le monde fut fait par lui ; et le monde ne l’a pas connu. 11Il vint chez soi ; et les siens ne l’ont pas reçu. 12Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le droit d’êtreh enfants de Dieu, [savoir] à ceux qui croient en son nom ; 13lesquels sont nés, non pas de sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.
14Et la Parole devint chair, et habitai au milieu de nous (et nous avons vu sa gloire, une gloire comme d’un fils unique de la part du Père) pleine de grâce et de vérité ;

Notes

aou : le Verbe.

bou : Il.

cou aussi : la lumière des hommes était la vie.

dou : touchant.

eou : touchant.

fou : est lumière à.

gc.-à-d. : la Parole [le Verbe] qui était lumière.

hêtre, devenir, c.-à-d. prendre cette place.

ipropr. : dressa tabernacle.

(Traduction révisée)