Bannière
La Bonne Semence
Lundi 27 mai 2019
Ce qui est dans la bonne terre, ce sont tous ceux qui, après avoir entendu la Parole, la retiennent dans un cœur honnête et bon, et portent du fruit avec patience.
Luc 8. 15
Le fruit de l'Esprit : la patience (5)

Cette saveur du fruit de l'Esprit, la patience, est le premier caractère de l'amour cité dans le chapitre 13 de la lettre aux Corinthiens : «l'amour est patient» (v. 4).

Dans l'original, le mot traduit par «patience» est moins le fait de savoir attendre que celui de supporter les situations et les personnes difficiles. Mais attention ! être patient, ce n'est pas fermer les yeux devant la maltraitance et les agressions.

La patience n'est pas démission, c'est cette force tranquille qui garde l'espoir en vue du bien. Si nous patientons tout en «bouillant» intérieurement, ce n'est pas la patience de l'Esprit Saint. Cette patience permet de vaincre la frustration, l'irritation ou le découragement en face de l'apparente stérilité de nos efforts. Elle nous permet de mûrir, en nous apprenant à laisser l'Esprit agir en nous quand il faut, et comme il faut. La patience nous apprend à tenir bon dans la confiance, en attendant de porter son fruit. C'est ainsi qu'elle aura “son œuvre parfaite” (Jacques 1. 4).

Nous sommes encouragés par la Parole de Dieu à “toute patience et toute persévérance, avec joie” (Colossiens 1. 11). La patience n'est pas triste, elle n'a pas la lourdeur d'un fardeau, elle nous incite à semer sans nous lasser, parfois dans la souffrance, mais toujours en comptant sur le Seigneur, le maître de la moisson. «Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin accordée par le Seigneur – que le Seigneur est plein de compassion et miséricordieux» (Jacques 5. 11).