Bannière

La Bonne Semence

[Jésus ressuscité] a été vu de plus de 500 frères à la fois… Ensuite il a été vu de Jacques, puis de tous les apôtres ; et, après tous, comme d’un avorton, il a été vu aussi de moi (Paul).
1 Corinthiens 15. 6-8
Si Christ n’a pas été ressuscité, votre foi est vaine.
1 Corinthiens 15. 17
La résurrection de Jésus Christ
Lecture proposée : 1 Corinthiens 15

Pour les Grecs du 1er siècle, comme pour la plupart de nos contemporains, la résurrection des corps (retour de la mort à la vie) est jugée impossible. Aussi l’apôtre Paul a-t-il déclenché à Athènes la moquerie quand il a affirmé la résurrection des morts (Actes 17. 32).

Même dans l’église à Corinthe, certains doutaient de la résurrection des corps. Paul doit donc leur en rappeler l’importance. En effet, la nier revient à rejeter l’essentiel du christianisme : la résurrection de Christ, l’au-delà, le jugement futur… C’est nier que Dieu a validé le sacrifice de Christ, qui enlève toute notre culpabilité et fait de nous des enfants de Dieu.

Paul peut défendre vigoureusement la résurrection, car il a lui-même rencontré le Ressuscité sur le chemin de Damas, quand il était un opposant farouche à l’évangile. Alors qu’il croyait Jésus mort et qu’il poursuivait ses disciples, Jésus lui-même l’a arrêté et lui a parlé depuis le ciel (Actes 9. 6). À la lumière de ce fait qui l’a terrassé, Paul doit alors reconsidérer toutes ses convictions. Désormais un Christ ressuscité, un Christ vivant, est au centre de sa vie et de sa prédication. Son témoignage s’ajoute à ceux des nombreux témoins de la résurrection de Jésus. Ils établissent solidement la vérité de sa résurrection, tout comme les témoignages, lors d’un procès, éclairent les faits.

La résurrection de Jésus Christ est ainsi un fait assuré sur lequel aujourd’hui notre foi et notre espérance s’appuient, car ces faits sont rapportés par la Parole de “Dieu, qui ne peut mentir” (Tite 1. 2).

×
Écouter
Écouter