Bannière
La nouvelle naissance, le baptême de l'Esprit, les dons spirituels
P. Oddon

Ce sujet se rattache intimement au précédent puisque les disciples, avant la croix, et plus précisément avant la Pentecôte, étaient sous l’ancienne alliance.

Comment Dieu voit les choses

Nous avons toujours tendance à ramener les choses à notre niveau et à les rendre compatibles avec notre intelligence et notre raison. Or Dieu nous parle par révélation et nous n’avons qu’à croire, même, parfois, sans comprendre ; oui, les pensées de Dieu sont élevées au-dessus de nos pensées comme les cieux sont élevés au-dessus de la terre1.

  • Matthieu 25. 34 : Le royaume est préparé “depuis la fondation du monde”.
  • Apocalypse 13. 8 : Il est parlé de ceux “dont le nom n’a pas été écrit, dès la fondation du monde, dans le livre de vie de l’Agneau immolé”.
  • 2 Timothée 1. 9, 10 : La grâce “a été donnée dans le Christ Jésus avant les temps des siècles, mais elle a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus Christ”.
  • 1 Jean 1. 2 : “Nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée.”
  • Romains 8. 30, 31 : “Ceux que Dieu a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. Que dirons-nous donc devant tout cela ?”

Ces différents versets montrent que, pour Dieu, l’œuvre de la croix était une chose terminée avant même que la chute de l’homme intervienne. Dans le même esprit, le Seigneur dira, avant la croix : “J’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire” 2, alors qu’en fait, en ce qui concerne notre salut, rien n’était accompli, sa vie parfaite constituant par contraste une accusation supplémentaire pour le pécheur.

Que savaient de Christ les croyants de l’Ancien Testament ?

Il est difficile de le préciser, mais nous citerons quelques expressions :

  • Jean 5. 46 : Jésus dit : “Moïse… a écrit de moi”.
  • Jean 12. 41 : “Ésaïe a dit cela parce qu’il a vu sa gloire (celle de Christ) et qu’il a parlé de lui.”
  • 1 Pierre 1. 11 : L’Esprit de Christ qui était dans les prophètes “rendait par avance témoignage des souffrances qui devaient être la part de Christ et des gloires qui suivraient”.
  • Jean 8. 56 : Jésus dit : Abraham a vu mon jour, et s’est réjoui.
  • Éphésiens 1. 12 : “Nous (les Juifs) qui avons espéré à l’avance dans le Christ…”

La catégorie des croyants

Les expressions employées pour les désigner montrent qu’il y avait la vie de Dieu en eux :

  • Galates 3. 6 : “Abraham a cru Dieu, et cela lui a été compté à justice.” Il était donc justifié.
  • Galates 3. 9 : “De sorte que ceux qui sont sur la base de la foi sont bénis avec le croyant Abraham.” (Notons que ce ne sont pas les saints de l’Ancien Testament qui sont assimilés à ceux de la période de la grâce, mais le contraire !)
  • Galates 3. 29 : “Si vous êtes de Christ, vous êtes donc la descendance d’Abraham, héritiers selon la promesse.”
  • Galates 4. 28 : “Or vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de promesse.”

S’ils n’avaient pas été justifiés, s’ils n’avaient pas eu la vie de Dieu, comment comprendre que Dieu appelle un Abraham “son ami” 3 et qu’il parle face à face avec un Moïse, comme un homme parle avec son ami ? 4 L’homme mort dans ses fautes et dans ses péchés pourrait-il se tenir devant le Dieu Saint sans être consumé ? Non ! mais ces croyants connaissaient la béatitude qu’exprime David : “Bienheureux ceux dont les iniquités ont été pardonnées et dont les péchés ont été couverts ; bienheureux l’homme à qui le Seigneur ne compte pas le péché” 5.

Une catégorie incrédule

Si la Parole établit clairement la présence d’une catégorie formée de croyants, c’est en contraste avec une autre catégorie de personnes, les incrédules ; une ayant la vie de Dieu, l’autre ne l’ayant pas.

  • Romains 9. 6-8 : “Tous ceux qui sont issus d’Israël ne sont pas Israël ; et tout en étant la descendance d’Abraham, ils ne sont pas non plus tous enfants ; mais : En Isaac te sera appelée une descendance ; autrement dit : ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais ce sont les enfants de la promesse qui sont comptés pour descendance.”
  • Romains 9. 27 : “Quand le nombre des fils d’Israël serait comme le sable de la mer, le reste seul sera sauvé.”
  • Luc 16 : Ce chapitre nous présente deux positions après la mort pour les croyants de l’Ancien Testament :
      - “dans le sein d’Abraham”, qui est sans doute une image juive pour indiquer la félicité du ciel (le Seigneur ne pouvant pas encore dire comme au brigand converti : “Tu seras avec moi dans le paradis” 6) ;
    • -dans les tourments.

Comment obtenir, sur la terre, l’entrée dans la félicité ? En écoutant Moïse et les prophètes et en se repentant (v. 29, 30). Après la mort, plus de changement possible7.

  • Matthieu 8. 10-12 : “En vérité, je vous le dis : Je n’ai pas trouvé, même en Israël, une si grande foi (que celle de ce centurion). Je vous dis que beaucoup viendront d’orient et d’occident, et se mettront à table avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume des cieux ; mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres de dehors ; là seront les pleurs et les grincements de dents.”
  • 1 Jean 3. 9-12 : “Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, car la semence de Dieu demeure en lui, et il ne peut pas pécher, parce qu’il est né de Dieu. Par ceci sont rendus manifestes les enfants de Dieu et les enfants du diable : quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et aussi celui qui n’aime pas son frère. Car voici le message que vous avez entendu dès le commencement : que nous nous aimions l’un l’autre ; non pas comme Caïn qui était du méchant et tua son frère. Et pour quelle raison le tua-t-il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises et que celles de son frère étaient justes.” 8

Ces croyants étaient-ils nés de nouveau ?

Le rapprochement de certains versets permet de le dire :

  • Jean 8. 56 : “Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour ; et il l’a vu et s’est réjoui.” Marc 9. 1 : “De ceux qui sont ici présents, il y en a quelques-uns qui ne goûteront pas la mort avant d’avoir vu le royaume de Dieu venu avec puissance.” La Bible dit : “Si quelqu’un n’est pas né de nouveau, il ne peut pas voir le royaume de Dieu” (Jean 3. 3).
  • Matthieu 8. 11 : “Beaucoup se mettront à table avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume des cieux.” Marc 9. 4 : Moïse et Élie sont avec le Seigneur Jésus dans la gloire du royaume (cf. v. 1). La Bible dit : “Si quelqu’un n’est pas né d’eau et de l’Esprit, il ne peut pas entrer dans le royaume de Dieu” (Jean 3. 5). On peut donc dire que Moïse, Élie, de même que Pierre, Jacques et Jean étaient nés de nouveau, et cela avant la croix.

Bien entendu, la position chrétienne est bien autrement précieuse : seul le croyant de la période de la grâce peut connaître pleinement, sur la base de l’œuvre de Christ accomplie, la certitude du salut et la pleine jouissance d’une position nouvelle en Christ. Uni à un Christ glorifié, il est béni de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes, rendu capable de participer au lot des saints dans la lumière, et transporté dans le royaume du Fils de l’amour du Père9 ! Aucun croyant de l’Ancien Testament n’a connu cela. Toutes ces certitudes nous sont données par la présence bénie du Saint Esprit, qui est venu faire, depuis la Pentecôte, son habitation dans le croyant et dans l’Église. Ce côté sera développé dans la deuxième partie de notre étude.

Notes

1Ésaïe 55. 9.
2Jean 17. 4.
3Jacques 2. 23
4Exode 33. 11
5Romains 4. 7, 8
6Luc 23. 43
7Ecclésiaste 11. 3
8cf. 1 Jean 3. 7
9Éphésiens 2. 5, 6 ; Éphésiens 1. 3 ; Colossiens 1. 12, 13.