Bannière
Évangile selon Luc
Sondez les Écritures - 1re année

Luc 9. 51-62

Vers Jérusalem. Première étape

1. Jésus monte à Jérusalem. Comment le suivre

Les jours de son assomption : versets 51, 52

Le Seigneur avait été reconnu par Pierre, comme le Christ de Dieu (9. 20), le Fils du Dieu vivantMatthieu 16. 16, selon la révélation que le Père avait faite au disciple et sur laquelle serait fondée l’Assemblée, fruit du travail de l’âme du Sauveur à la croix.

Puis, huit jours après (9. 28), le Seigneur a reçu du Père honneur et gloire, sur la montagne de la transfiguration en présence de ses trois disciples, qui ont conservé le souvenir de cette scène glorieuse2 Pierre 1. 17.

Maintenant, s’approche l’heure solennelle et glorieuse de la mort du Sauveur, Fils de l’homme. C’est à Jérusalem que devaient s’accomplir les desseins éternels de Dieu ; c’est là que seraient réunis Hérode, Ponce Pilate, avec les nations et les peuples d’IsraëlActes 4. 27, 28.

Le sacrifice de Christ devait s’accomplir à Jérusalem, car Jésus était le Prophète, l’Envoyé de Dieu et “il ne se peut qu’un prophète périsse hors de Jérusalem” (13. 33). Cette ville bien-aimée, la sainte ville de DieuDaniel 9. 19, 24, objet de tant de soins de la part de Dieu, est maintenant usée en tout, sauf en haine, pour devenir le théâtre du crime de l’humanité contre Dieu et son Christ. Mais là s’accomplit, selon la grâce souveraine de Dieu, l‘œuvre qui apporte la bénédiction au peuple d’Israël et aux nations.

“Comme les jours de son assomption s’accomplissaient” (9. 51). L’expression ne se trouve qu’ici dans l’Écriture ; elle désigne l’acte de puissance divine par lequel l’homme Christ Jésus serait reçu au ciel en gloire par le Père après l’œuvre de la croix. Au-delà de la mort que le Seigneur allait accomplir à Jérusalem1, il y aurait sa résurrection et son élévation au ciel dans la gloire (24. 50, 51) pour compléter le grand mystère de la piété1 Timothée 3. 16 ; 1 Pierre 1. 21.

Par amour pour son Père, pour la nation juive et pour toute l’humanité coupable, Jésus dresse sa face résolument pour monter à Jérusalem, accomplissant la prophétie d’Ésaïe : “J’ai dressé ma face comme un caillou, et je sais que je ne serai pas confus” Ésaïe 50. 7.

Le Seigneur savait par avance toutes les choses qui l’attendaient pour que les Écritures soient accomplies en luiJean 18. 4 (4. 21 ; 24. 44). C’est précisément ce qu’il annonce à ses disciples en montant avec eux à Jérusalem (18. 31-34). L’apôtre Paul y montera plus tard, par affection pour sa nationRomains 9. 3, mais “ignorant les choses qui m’y doivent arriver…” Actes 20. 22 ; là il connaîtra la haine du peuple, les liens et la tribulation, et la fin de son ministère public pour les assemblées. Merveilleusement béni, l’apôtre, toutefois, n’était qu’un homme qui disparaît devant le Sauveur de gloire et son œuvre.

Christ montait à Jérusalem pour y être rejeté ; il demeurait néanmoins le maître ayant l’autorité d’envoyer devant lui des messagers pour préparer son chemin (verset 52). La nuit où il fut livré, le même maître disposa aussi de toutes choses pour célébrer la dernière pâque avec ses disciples avant de souffrir (22. 11).

Un village de Samaritains : versets 52-56

Traversant la Samarie pour monter à Jérusalem (17. 11), le Seigneur n’y est point reçu. Cette province du pays d’Israël était habitée par des peuples installés là, depuis la déportation des dix tribus sous Shalmanéser, roi d’Assyrie2 Rois 17. 24. Ces nations avaient mélangé le culte du vrai Dieu à l’adoration de leurs idoles, en se choisissant Garizim comme centre religieuxJean 4. 20.

Le Seigneur est rejeté de ce village de Samarie parce que sa face était tournée vers Jérusalem. L’obéissance parfaite du vrai serviteur de l’Éternel, et son dévouement à l’œuvre placée entre ses mainsJean 13. 3, n’attirent pas l’homme ni la religion de la chair. “Il n’y a point d’apparence en lui pour nous le faire désirer” Ésaïe 53. 2.

Les disciples, ceux-là mêmes qui avaient assisté à la scène de la transfiguration (9. 28), dont deux seront appelés, plus tard, à être des colonnes dans l’assembléeGalates 2. 9, entreprennent alors de défendre les intérêts de leur maître méconnu. Jacques et Jean voudraient appeler le feu du ciel sur les Samaritains, comme plus tard Pierre, saisissant son épée, frappera Malchus, l’esclave du souverain sacrificateur, pour défendre Jésus.

C’était précisément en Samarie que le prophète Élie avait autrefois appelé le feu du ciel par deux fois sur les envoyés du roi infidèle Achazia2 Rois 1. 10-12. Le caractère du ministère et des miracles d’Élie était celui du jugement et de la justice, semblable à Jean-Baptiste venu dans l’esprit et la puissance d’Élie, car “déjà même la cognée est mise à la racine des arbres” (3. 9). Élisée, au contraire, était entré au milieu du peuple par le Jourdain (fleuve de la mort), comme prophète de grâce, dans la puissance de la vie et de la résurrection.

Telle était la place que prenait volontairement le Seigneur : souffrir lui-même pour les hommes, et non pas les détruire. Si les disciples avaient compris la pensée de Dieu, ils se seraient donc paisiblement soumis.

À l’image de notre maître, qui nous a laissé un modèle afin que nous suivions ses traces, nous sommes invités à supporter, sans nous venger, les souffrances injustes que nous rencontrerons de la part du monde dans le chemin de l’obéissance1 Pierre 2. 21-23. L’apôtre Paul, avec le secours de la grâce, a suivi de très près son modèle, lorsqu’il peut dire : “J’endure tout pour l’amour des élus” 2 Timothée 2. 10.

Comment suivre Jésus : versets 57-62

À l’occasion de trois entrevues avec des personnes rencontrées sur le chemin de Jérusalem, le Seigneur montre qu’on ne peut le suivre qu’en rompant les liens qui nous attachent au monde. Deux personnes veulent suivre Jésus, tandis qu’il appelle la dernière à le suivre ; mais dans les trois cas, le cœur est sondé et les vrais motifs sont mis en évidence.

  • Le premier (versets 57, 58) désire suivre Jésus où qu’il aille, sans quitter la terre et sans renoncer à ses aises. Un cas comparable est rapporté par Matthieu, au moment où le Seigneur allait traverser la mer de GénésarethMatthieu 8. 19, 20. C’était un scribe, versé dans les Écritures de l’A.T., qui reconnaissait, extérieurement au moins, la position de Jésus comme maître et docteur. Plus tard, c’est un jeune homme riche qui veut acquérir la vie éternelle, sans renoncer non plus à ses richesses (18. 18-23). Pour suivre Christ, il faut le reconnaître comme l’étranger céleste, entré dans ce monde dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour lui dans l’hôtellerie, n’ayant pas un lieu où reposer sa tête. Le monde n’est pas non plus pour nous un lieu de repos, à cause de la souillure qui amène la ruineMichée 2. 10.
  • La deuxième personne est l’objet d’un appel direct du Seigneur à le suivre (versets 59, 60). Sa réponse : “Permets-moi d’aller premièrement ensevelir mon père” montre qu’un lien le retenait encore au monde. Les liens de la nature et de la famille sont établis par Dieu et précieux à leur place ; leur abandon est le signe certain de l’apostasie des derniers tempsMichée 7. 6 ; 2 Timothée 3. 2. Toutefois, l’appel de Christ à venir à lui pour le suivre et être son disciple doit être plus puissant (14. 26, 27). Depuis l’entrée du péché dans le monde, la mort a passé à tous les hommes et tous sont morts devant Dieu, ce qui explique la réponse du Seigneur : “laisse les morts ensevelir leurs morts”. La vie n’est qu’en Christ et il faut venir à lui pour avoir la vie et devenir un messager du royaume de Dieu.
  • Enfin, le troisième cas (versets 61, 62) montre que Christ n’avait pas la première place dans le cœur de celui qui voulait sincèrement le suivre, mais sans renoncer aux affections de famille. Le Seigneur met là encore en évidence l’état réel du cœur dans sa réponse : “nul qui a mis la main à la charrue et qui regarde en arrière, n’est propre pour le royaume de Dieu” (verset 62). Un laboureur ne peut pas tracer des sillons droits s’il regarde en arrière. La femme de Lot, dont toutes les affections étaient encore rivées à Sodome, qu’elle quittait à regret, a regardé en arrière pour sa perteGenèse 19. 26 ; exemple solennel rappelé en avertissement aux fidèles du temps de la fin (17. 32).

Le chrétien, à l’image de l’apôtre Paul, est au contraire invité à oublier “les choses qui sont derrière” et à tendre “avec effort vers celles qui sont devant” afin de courir droit au but, ChristPhilippiens 3. 14.

Notes

1C’était déjà l’objet de son entretien avec Moïse et Élie sur la montagne (9. 31).

Luc 9

51Or, comme les jours de son élévation au ciela arrivaient à leur accomplissement, lui-même dressa sa face résolument pour aller à Jérusalemb ; 52et il envoya devant lui des messagers. Ils allèrent et entrèrent dans un village de SamaritainsA pour tout lui préparer, 53mais on ne le reçut pas, parce que sa face était tournée vers Jérusalem. 54Voyant cela, ses disciples Jacques et Jean dirent : Seigneur, veux-tu que nous disions que le feu descende du ciel et les consume, comme le fit Éliec ? 55Mais se tournant, il les réprimanda sévèrement et dit : Vous ne savez pas de quel esprit vous êtes animés ! d56Puis ils allèrent à un autre village.
57Comme ils étaient en chemin, quelqu’un lui dit : Seigneure, je te suivrai où que tu ailles. 58Jésus lui dit : Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas de lieu où reposer sa tête. 59Il dit à un autre : Suis-moi. Mais celui-ci dit : Seigneur, permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon père. 60Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts ; mais toi, va annoncer le royaume de Dieu. 61Un autre encore dit : Je te suivrai, Seigneur ; mais permets-moi de prendre d’abord congé de ceux qui sont dans ma maison. 62Jésus lui dit : Nul homme, qui après avoir mis la main à la charrue regarde en arrière, n’est propre pour le royaume de Dieu.

Notes

alitt. : élévation, accueil en haut.

bc.-à-d. : prit résolument le chemin de Jérusalem ; comp. Ésaïe 50. 7.

cqq. mss. omettent : comme le fit Élie.

dbeaucoup de mss. omettent : « et dit : Vous ne savez pas de quel esprit vous êtes animés » .

epl. mss. omettent : Seigneur.

(Traduction révisée)