Bannière
Évangile selon Luc
Sondez les Écritures - 1re année

Luc 12. 1-21

Vers Jérusalem. Première étape

10. Avertissements aux disciples. La parabole de l’homme riche

Le levain des pharisiens et la révélation des secrets : versets 1-7

Malgré l’opposition acharnée de la minorité des pharisiens et des docteurs de la loi, la foule se rassemble par milliers autour du Seigneur pour l’entendre.

Il s’adresse aux disciples et les met en garde avant tout contre l’hypocrisie des pharisiens, qui déguisaient leur véritable état en exprimant des caractères qu’ils n’avaient pas. C’était un levain, c’est-à-dire un principe de mal, qui a la propriété de se propager pour contaminer l’ensemble. L’apôtre Paul reprend la même figure pour désigner le mal moral1 Corinthiens 5. 6, ou le mal doctrinalGalates 5. 9. Seul, le feu, symbole du jugement, arrête l’action du levain qui fait lever la pâte tout entière. Toutes choses allaient donc un jour être révélées, à la honte des pharisiens qui auraient dû savoir que “toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de celui à qui nous avons affaire” Hébreux 4. 13. L’omniscience de Dieu était déjà connue des lecteurs de l’A.T. David l’avait exprimé d’une manière saisissantePsaume 139. 1-12, en avait parlé à son fils Salomon dans ses dernières instructions1 Chroniques 28. 9 ; et c’est sur cette vérité que se termine l’enseignement de la vanité humaineEcclésiaste 12. 14. Le cœur des pharisiens aurait donc dû être touché, pour les amener au sentiment de la crainte de Dieu, le commencement de la sagesse.

Non seulement tout sera un jour révélé (versets 2, 3), mais tout sera aussi jugé et rétribué par celui qui a le pouvoir sur l’âme des hommes, c’est-à-dire DieuRomains 2. 16. Une double conséquence découle de cette pensée de la révélation de toutes choses et de leur jugement. Le Seigneur en parle à ceux qu’il appelle ici ses amis, pour les encourager :

  • d’abord, à ne pas craindre les hommes ni leurs machinations et leurs complots ourdis par Satan. Il est toujours vrai que “la crainte des hommes tend un piège” Proverbes 29. 25 ; c’est pourquoi nous n’avons pas à craindre, ni à être effrayésÉsaïe 8. 12. Satan et ses agents (célestes ou humains) peuvent porter atteinte à la santé et même à la vie des croyants. Leur pouvoir ne s’étend pas à l’âme et à l’esprit de l’homme.
  • au contraire, à se conserver dans la crainte de Dieu (verset 5), et dans la pleine confiance dans ses soins attentifs, jusqu’au moindre détail de leur vie. Un passereau, petit oiseau sans valeur pour les hommes, est l’objet des soins du Créateur ; les croyants, créatures immortelles, valent bien plus que beaucoup de passereaux et peuvent donc compter sur les compassions de Dieu, dont la sollicitude va jusqu’à compter les cheveux de leur tête (verset 7), même au travers des plus grandes épreuves (21. 18). Tel est le repos de la foi pour tous les temps. Combien est touchante dans la bouche du Seigneur cette allusion au passereau. Lui, le Messie rejeté, se compare au “passereau solitaire sur un toit” Psaume 102. 8.

La confession devant Dieu et les hommes et le péché contre le Saint Esprit : versets 8-12

L’enseignement fait suite ici à la mission des douze (9. 1-6) et des soixante-dix (10. 1-11). En face du judaïsme qui rejetait Christ, la place des disciples était de le confesser, lui, le Fils de l’homme. C’est précisément la dernière instruction de l’apôtre Paul à son enfant Timothée2 Timothée 1. 8, avec les mêmes promesses et les mêmes avertissements que le Seigneur adresse ici à ses disciples. Pour les encourager dans leur témoignage, le Seigneur leur promet les secours particuliers du Saint Esprit, de sorte que leur faiblesse ne soit pas une source d’inquiétude pour eux (verset 12) Matthieu 10. 20. Après la venue du Saint Esprit sur la terre, les apôtres et disciples du Seigneur ont fait l’expérience de ces promesses, Étienne par exempleActes 6. 10 ; 7. 55.

L’activité du Saint Esprit caractérise le temps actuel. Envoyé par le Père, au nom du Fils, et demeurant dans le croyant comme au milieu de l’Assemblée, c’est un Esprit de puissance, d’amour et de conseil2 Timothée 1. 7. Pour les Juifs, le péché sans pardon contre le Saint Esprit consistait à attribuer à Satan et aux démons, la puissance miraculeuse que le Seigneur exerçait pendant son ministèreMatthieu 12. 22-32. Aujourd’hui, rejeter le témoignage du Saint Esprit et le christianisme expose l’homme au jugement final de son âme.

L’attachement aux richesses du monde : versets 13-15

Quelqu’un demande au Seigneur de servir d’arbitre dans une affaire d’héritage avec son frère. Le Seigneur lui répond qu’il n’était pas venu pour cela, mais pour apporter la grâce et le salut, au-delà des choses matérielles. C’est une occasion pour que nous soyons mis en garde contre l’avarice et la cupidité. Chercher à s’enrichir1 Timothée 6. 9 est un piège et une tentation dont l’issue est fatale pour ceux qui s’y laissent prendre. “Si les biens augmentent, n’y mettez pas votre cœur” Psaume 62. 11. La tromperie des richesses et les soucis de la vie sont des épines qui étouffent la parole de Dieu dans le cœurMatthieu 13. 22 ; Marc 4. 19 (8. 14). La parabole qui suit en est une solennelle illustration.

La parabole de l’homme riche et insensé : versets 16-21

Malgré les apparences, les richesses de ce monde n’apportent pas le bonheur, mais augmentent les soucis. Les caractères de cet homme riche sont dignes de toute attention :

  • D’abord, tout était à lui (mes produits, mes biens, mes greniers, mes champs, mes terres), alors que le Seigneur enseigne que les richesses sont au contraire prêtées à l’homme pour qu’il les administre fidèlement (16. 11).
  • L’égoïsme absolu qui ramène toutes ses pensées à ses propres affaires : je bâtirai des greniers (verset 18).
  • L’erreur de penser que le repos de son âme est dans ses biens.
  • L’illusion fatale de penser que l’avenir lui appartient et qu’il en dispose à son gré (les biens assemblés pour beaucoup d’années).

Faute de compter ses jours, son cœur n’était pas sagePsaume 90. 12, et aux yeux de Dieu il n’était qu’un insensé : cette indépendance vis-à-vis de Dieu est l’athéisme pratique dénoncé par l’apôtre JacquesJacques 4. 13-15.

Mais Dieu allait lui redemander son âme cette nuit-là. L’âme est le souffle de Dieu dans l’homme, comme respiration de vieGenèse 2. 7 ; elle appartient à Dieu. Si Dieu la redemande, c’est la première mort, l’âme séparée du corps. Mais quel est l’état éternel de l’âme de cet homme après la mort ? Aucune des richesses de la terre ne suit l’homme dans le monde invisible, ni ne rachète son âme pour l’éternité. La part de cet homme insensé est la seconde mort, l’étang brûlant embrasé par le soufre, comme l’autre riche de la parabole (16. 19-31).

Être riche quant à Dieu, c’est posséder Christ comme Sauveur en vivant de lui et pour lui, de sorte que l’entrée dans son royaume éternel nous soit richement donnée2 Pierre 1. 11.

Luc 12

1À ce moment-là, comme les gens s’étaient assemblés en foule par milliers au point de se piétiner les uns les autres, Jésus se mit d’abord à direa à ses disciples : Gardez-vous du levain des pharisiensA, qui est l’hypocrisie. 2Mais il n’y a rien de couvert qui ne sera révélé, ni rien de secret qui ne sera connu. 3C’est pourquoi tout ce que vous avez dit dans les ténèbres sera entendu dans la lumière, et ce dont vous avez parlé à l’oreille dans les chambres sera proclamé sur les toitsb.
4Mais je vous dis à vous, mes amis : Ne craignez pas ceux qui tuent le corpsA et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus ; 5mais je vous montrerai qui vous devez craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenneA ; oui, vous dis-je, craignez celui-là. 6Ne vend-on pas cinq moineaux pour deux sousA ? Et pas un seul d’entre eux n’est oublié devant Dieu ! 7Bien plus, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc pas : vous valez mieux que beaucoup de moineaux.
8Je vous dis : Quiconque m’aura reconnuc devant les hommes, le Fils de l’hommeA le reconnaîtra aussid devant les anges de Dieu ; 9mais celui qui m’aura renié devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu. 10Et quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonnéA ; mais à celui qui aura blasphéméA contre le Saint Esprit, il ne sera pas pardonné. 11Quand on vous mènera devant les synagoguesA, les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez pas de la manière dont vous vous défendrez ou de ce que vous direz ; 12car le Saint Esprit vous enseignera à l’heure même ce qu’il faudra dire.
13Quelqu’un lui dit alors du milieu de la foule : MaîtreB, dis à mon frère de partager avec moi l’héritage. 14Mais il lui dit : Homme, qui m’a établi sur vous [pour être votre] juge et pour faire vos partages ? 15Puis il leur dit : Faites attention, et gardez-vous de toute avaricee ; car quelqu’un a beau être dans l’abondance, sa vie ne dépend pas de ses biens. 16Alors il leur dit une paraboleA : Les champs d’un homme riche avaient beaucoup rapporté ; 17et il calculait en lui-même, se disant : Que dois-je faire ? car je ne sais pas où amasser mes récoltesf. 18Puis il dit : Voici ce que je ferai : j’abattrai mes greniers, j’en bâtirai de plus grands et j’y amasserai tous mes produitsg et mes biens ; 19et je dirai à mon âme : [Mon] âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour beaucoup d’années ; repose-toi, mange, bois, fais bonne chère. 20Mais Dieu lui dit : Insensé ! Cette nuit même, ton âmeA te sera redemandée ; et ce que tu as préparé, qui l’aura ? 21Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n’est pas riche quant à Dieu.

Notes

apl. lisent : Jésus se mit à dire à ses disciples : Avant tout, gardez-vous.

bc.-à-d. : toits en terrasse.

cse sera déclaré pour moi.

dse déclarera aussi pour lui (comp. Matthieu 10. 32).

einsatiabilité.

ffruits.

gcertains lisent : tout mon blé.

(Traduction révisée)