Bannière
Évangile selon Luc
Sondez les Écritures - 1re année

Luc 22. 24-38

La mort de Jésus

5. Le Seigneur et ses disciples

Introduction

Si Judas montre la méchanceté de l’homme sans Dieu poussée à l’extrême, la conduite des autres disciples, Pierre notamment, fait ressortir la faiblesse de la chair dans le croyant. Ne soyons pas prompts à accuser les disciples ; nous leur ressemblons trop souvent dans les détails de notre vie quotidienne. Nous avons maintenant le Saint Esprit ; eux-mêmes ne le possédaient pas encore au moment des circonstances placées devant nous.

Les disciples, Judas et les onze, nous donnent donc deux avertissements solennels. Le Seigneur, lui, nous laisse l’exemple parfait.

La contestation parmi les disciples : versets 24-30

Au moment même où le Seigneur annonce que l’un des siens le livrerait, les disciples contestent pour savoir lequel serait le plus grand. La question s’était déjà posée parmi eux après que les trois disciples (Pierre, Jacques et Jean) étaient redescendus de la montagne de la transfiguration (9. 46). Un peu plus tard, Jacques et Jean avaient demandé pour eux une place spéciale dans le royaumeMarc 10. 35-37, soutenus par leur mère dans leur requêteMatthieu 20. 20. Apprenons ainsi que notre chair est incorrigible et toujours étrangère aux pensées de Dieu. Pour en être pratiquement gardé, il faut marcher dans la même humiliation que Jésus et non selon les principes du monde.

La grandeur humaine était reconnue parmi les Juifs (verset 25), même chez ceux qui revêtaient le caractère de bienfaiteurs. Désormais, tout cela était mis de côté, “il n’en sera pas ainsi de vous” (verset 26). Le Seigneur, par son humilité, introduisait un autre système de valeurs morales : la vraie grandeur est celle de l’abaissement. Plusieurs paraboles avaient déjà donné cet enseignement (14. 11) ; mais maintenant le Seigneur se présente lui-même comme celui qui sert (verset 27). Volontairement, il avait pris la place la plus basse, et personne ne la lui avait disputée dans ce monde. Plutôt que de reprocher aux disciples leur égoïsme affligeant, il se présente à eux comme le modèle de l’abaissement et du dévouement. L’abnégation de l’esclave hébreuExode 21. 1-6 ; Deutéronome 15. 12-18 le conduisait, à travers le sacrifice suprême de lui-même, au service éternel dans le ciel pour les siens (12. 37).

Bien que les disciples soient peu entrés dans les pensées de leur Maître, ils l’avaient accompagné pendant son ministère, depuis la Galilée jusqu’à Jérusalem ; le Seigneur se plaît à le reconnaître : “vous… avez persévéré avec moi dans mes tentations” (verset 28), les associant ainsi en grâce à son service. Aujourd’hui chacun de nous est invité à manifester la sollicitude pour les assemblées et pour tous les chrétiens, comme l’apôtre Paul2 Corinthiens 11. 28. L’exemple du Seigneur à l’égard de ses disciples nous enseigne aussi à discerner tout ce que sa grâce opère maintenant chez nos frères dans la foi.

Ayant persévéré avec le Seigneur dans ses tentations (ses épreuves dans le monde), les disciples ont la promesse d’un royaume à venir et d’une communion particulière avec Christ (manger et boire en est l’expression). Les apôtres auront une place particulière : assis sur des trônes pour juger les tribus d’Israël (verset 30). L’apôtre Paul étend ce principe à tous les chrétiens : “Si nous souffrons, nous régnerons aussi avec lui” 2 Timothée 2. 12.

L’avertissement à Pierre : versets 31-34

Alors le Seigneur avertit Pierre et les disciples de ce qui allait arriver. Il interpelle son disciple deux fois par son premier nom : “Simon, Simon” (verset 31), puis par son nouveau nom : “Pierre” (verset 34), ce nom qu’il lui avait donné en le choisissant comme disciple (6. 13), et confirmé aux quartiers de Césarée de PhilippeMatthieu 16. 17, 18.

Le caractère naturel du disciple, qui l’exposait particulièrement aux attaques de Satan, ne le quitterait pas jusqu’à la fin, mais la grâce de Christ, qui l’avait sauvé et appelé à lui, ne lui manquerait pas non plus. Or Satan avait demandé Pierre et les autres disciples : “Satan a demandé à vous avoir”, pour les “cribler comme le blé”, c’est-à-dire les faire passer par une terrible épreuve.

C’est ainsi que Dieu peut accéder aux demandes de Satan, qui avait eu autrefois les biens de Job, puis sa santé, mais sans porter atteinte à sa vieJob 2. 6. Satan possède une puissance redoutable, soutenue par son intelligence, ses facultés et son expérience séculaire à séduire les hommes. Livré entre ses mains, un homme peut être tourmenté et même perdre la vie (la destruction de la chair) 1 Corinthiens 5. 5. Mais Satan ne possède aucun pouvoir sur l’âme des hommes (12. 4) ; il peut seulement les séduire pour les entraîner à leur perte. Dieu seul possède le jugement final de l’âme (12. 5).

Vanner le blé avait pour objet de séparer la balle destinée au feu inextinguible (3. 17), du bon grain recueilli à la fin dans les greniers éternels. Ainsi, Judas, dans les mains de Satan, étranger à la vie de Dieu, n’avait devant lui (comme la balle) que le jugement éternel. Les disciples, au contraire, devaient être éprouvés à l’extrême (criblés comme le blé), pour être formés comme un vase pour l’orfèvreProverbes 25. 4 ; et, dans cette heure solennelle, Satan, à son insu, était un instrument de cette œuvre.

Derrière la scène, Jésus veillait sur les siens pour n’en perdre aucunJean 10. 28, 29 ; 17. 12 ; 18. 9. Avant la chute de Pierre, le Seigneur, souverain sacrificateur, avait prié pour son faible disciple. Ce touchant service n’est mentionné que par Luc, qui présente les gloires du Fils de l’homme. Son amour et son intercession garderaient Pierre du désespoir. À travers les larmes de la repentance, Pierre apprendrait à mesurer sa faiblesse naturelle. Alors il serait formé pour le service de fortifier ses frères. “Le Dieu de toute grâce… vous fortifiera” 1 Pierre 5. 10. “Croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ” 2 Pierre 3. 18.

Avant la croix de Christ, Pierre ne connaissait pas sa faiblesse. Ses affections étaient réelles et grâce à l’intercession du Seigneur pour lui, sa foi ne lui manquerait pas. Toutefois, son courage et ses forces naturelles l’abandonneraient au milieu de l’épreuve, bien avant d’avoir atteint la prison ou la mort (verset 33). Avec une douceur parfaite, le Seigneur avertit Pierre et les disciples de ce qui allait arriver cette même nuit-là.

Les dernières paroles aux disciples : versets 35-38

Le Seigneur porte avec ses disciples un regard en arrière sur le temps où ils avaient été ensemble. Appelés de lieux et de situations divers, ils avaient tout quitté pour le suivre (5. 11). Quelques heures plus tard, tous allaient néanmoins le laisser et s’enfuirMatthieu 26. 56. Mais, vers la fin du souper de l’adieu, les disciples reconnaissent, sur une question de leur Maître, qu’ils n’avaient manqué de rien (verset 35). Jusque-là, le Seigneur avait protégé les siens et pourvu à tous leurs besoins. Mais les circonstances allaient changer complètement, et il allait être saisi par les hommes et, selon la parole prophétique, “compté parmi les iniques” (verset 37) Ésaïe 53. 12.

Les disciples, laissés sans leur Maître, auraient besoin de ressources, de provisions et même d’une épée (verset 36). Les paroles du Seigneur avaient une portée symbolique que les disciples n’ont pas saisie sur le moment. Appliquant à la lettre ces paroles, les disciples disent : “Seigneur, voici ici deux épées” (verset 38). Le Seigneur les arrête en répondant : “C’est assez”. Il ne pouvait pas, à ce moment-là, leur donner des explications qu’ils auraient pu comprendre. Quelle grâce dans cette réponse exempte de tout reproche !

Au reste, le port d’armes était illégal sous le gouvernement des Romains, et les disciples n’avaient pas compris la position de celui qui se livrait lui-même à ceux qui étaient sortis comme après un brigand, avec des épées et des bâtonsMatthieu 26. 55. Ni lui, ni ses serviteurs, ne devaient combattreJean 18. 36, car il devait être “crucifié en infirmité” 2 Corinthiens 13. 4.

Luc 22

24Or il s’éleva aussi parmi eux une contestation [pour savoir] lequel d’entre eux serait estimé le plus grand. 25Il leur dit : Les rois des nations les dominent et ceux qui exercent l’autorité sur elles sont appelés bienfaiteurs ; 26il n’en sera pas ainsi de vous ; mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus jeune, et celui qui conduit comme celui qui sert. 27En effet, qui est le plus grand, celui qui est à table ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est à table ? Or moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert. 28Mais vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuvesa. 29Et moi, je vous confère un royaume comme mon Père m’en a conféré un, 30afin que vous mangiez et que vous buviez à ma table dans mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, jugeant les douze tribus d’Israël.
31Le Seigneur dit encore : Simon, Simon, voici, Satan a demandé à vous avoir pour vous cribler comme le blé ; 32mais moi, j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas ; et toi, quand tu seras revenu, fortifie tes frères. 33Il lui dit : Seigneur, avec toi, je suis prêt à aller et en prison et à la mort. 34Mais Jésus dit : Pierre, je te dis : le coq ne chantera pas aujourd’hui, que d’abord tu n’aies, par trois fois, nié me connaître. 35Puis il leur dit : Quand je vous ai envoyés sans bourse, sans sac et sans sandales, avez-vous manqué de quelque chose ? Ils dirent : De rien. 36Il leur dit donc : Mais maintenant, que celui qui a une bourse la prenne, et de même [celui qui a] un sac ; que celui qui n’a pas [d’épée] vende son vêtement et achète une épée. 37Car je vous dis qu’il faut encore que ce qui est écrit soit accompli en moi : Il a été compté parmi les iniquesb. En effet, ce qui me concerne va s’accomplir. 38Ils dirent : Seigneur, voici deux épées. Il leur dit : C’est assez.

Notes

aou : tentations (comme en Hébreux 4. 15).

bÉsaïe 53. 12.

(Traduction révisée)