Bannière
Le livre du prophète Ésaïe
Sondez les Écritures - 1re année

Ésaïe 58

Exhortations et conclusion

Nous arrivons, avec sa dernière division, à la conclusion du livre tout entier. Nous pouvons la résumer brièvement comme suit : Le Saint Esprit s’adresse à la conscience d’Israël (58 et 59), discourant, en quelque sorte, “sur la justice et sur la tempérance et sur le jugement à venir” Actes 24. 25. L’hypocrisie d’Israël faisait obstacle à sa bénédiction, ses péchés amèneraient son jugement. Pourtant, quand tout espoir de salut semblerait perdu, le Rédempteur viendrait à Sion (59. 20). Le chapitre 60 expose les résultats bénis de la délivrance. Ensuite le caractère du Messie est présenté (61-63. 6), depuis sa première venue en grâce, jusqu’à son retour d’Édom, de la scène du jugement. Cela est suivi de l’intercession du prophète en faveur du peuple de l’Éternel (63. 7 – 64). Les deux derniers chapitres sont la réponse de l’Éternel, qui expose ses voies dans leur ensemble (65 et 66).

1. Les rites remplacent les ordonnances de Dieu : versets 1-7

L’Éternel s’adresse maintenant à Ésaïe : il lui ordonne de dénoncer avec force – de crier à plein gosier – la désobéissance (ou transgression) de son peuple et les péchés de la maison de Jacob. Le nom de Jacob aurait dû rappeler à ses descendants la vanité des efforts de l’homme pour entrer en possession des promesses divines. Puis, toujours par la bouche d’Ésaïe, l’Éternel décrit le comportement de son peuple et particulièrement, de ses conducteurs. Chez eux, tout n’est qu’apparence. Ils parlent des ordonnances de Dieu comme s’il ne s’agissait que d’une loi sans vie ; ils les commentent, les étudient avec leur sagesse et leurs raisonnements d’hommes ; ils accomplissent scrupuleusement les formes du service au temple, mais comme des rites dénués de sens spirituel.

Quand le Seigneur Jésus vint sur la terre, il dut répéter aux chefs des Juifs les paroles qu’Ésaïe déjà leur avait fait entendre : “Ce peuple m’honore des lèvres, mais leur cœur est fort éloigné de moi ; mais ils m’honorent en vain, enseignant comme doctrine des commandements d’hommes” (29. 13) Matthieu 15. 8, 9. Ainsi, cette religion de formes et de scrupules légalistes ne devait pas empêcher les conducteurs du peuple de recevoir de faux témoignages contre le Seigneur JésusMatthieu 26. 60-62, ni d’affirmer qu’ils n’avaient pas d’autre roi que CésarJean 19. 15. Mais ils ne pouvaient supporter que le corps de Christ restât sur la croix en un jour de sabbatJean 19. 31 !

Quant au jeûne (versets 3-7), ils n’en retenaient que ce qui pouvait les mettre en valeur aux yeux des autres hommesMatthieu 6. 16, sans en comprendre le sens spirituel, qui seul honore Dieu. Ce chapitre illustre donc le verset : “L’homme regarde à l’apparence extérieure, et l’Éternel regarde au cœur” 1 Samuel 16. 7. Il indique les conditions morales, valables de tout temps, pour être un “réparateur des brèches” (verset 12) dans le peuple de Dieu.

2. Ce que seraient les conséquences de la vraie obéissance : versets 8-14

Le résidu jeûnera selon la pensée de l’Éternel. Il en découlera pour lui des bénédictions correspondant à sa position dans la terre d’Israël. Il recevra en particulier l’intelligence spirituelle et la santé ; il jouira aussi de la justice qu’il aura ardemment désiréeMatthieu 5. 6, et la gloire de l’Éternel le protégera comme jadis à la sortie d’Égypte.

Le résidu ainsi rétabli pourra compter sans réserve sur les réponses de l’Éternel (verset 9).

Toutefois, comme nous l’avons remarqué (55. 2, 3), les fidèles demeurent responsables de leur conduite pratique (versets 9, 10) s’ils veulent jouir pleinement des bénédictions de l’Éternel. Bénis, ils seront une source de bénédictions (verset 11) et prospéreront dans leur descendance (verset 12).

Ce paragraphe s’achève sur la mention du sabbat (versets 13, 14). L’Éternel veut ainsi rappeler aux siens que sa pensée était de leur donner du repos. Nous avons déjà parlé (56. 1-8) de l’importance du sabbat aux yeux de Dieu et des bénédictions qu’il y attache. Ici, observer le sabbat est lié étroitement à l’obéissance à l’Éternel. À cette condition, le fidèle trouvera ses délices en l’ÉternelJob. 22. 25-28, ce qui est la plus grande des bénédictions. Remarquons enfin que, pour le chrétien, garder la parole du Seigneur l’introduit dans la pleine réalisation des affections divinesJean 14. 21 ; 15. 10. Le chrétien, certes, n’a pas à observer les ordonnances du sabbat. Mais l’honneur que l’Éternel réclame ici pour ce saint jour (verset 13) peut bien être transposé au “premier jour de la semaine” Actes 20. 7.

En appliquant au dimanche les exhortations de ce paragraphe, nous ne pourrons que trouver, nous aussi, nos “délices en l’Éternel” (verset 14).

Ésaïe 58

1Crie à plein gosier, ne te retiens pas ; élève ta voix comme une trompette, et déclare à mon peuple leur transgression, et à la maison de Jacob leurs péchés. 2Cependant ils me cherchent tous les jours et trouvent leur plaisir à connaître mes voies, comme une nation qui pratiquerait la justice et n’aurait pas abandonné le juste jugement de son Dieu ; ils me demandent les ordonnances de la justice, ils trouvent leur plaisir à s’approcher de Dieu. 3Pourquoi avons-nous jeûné, et tu ne l’as pas vu ? [Pourquoi] avons-nous affligé nos âmes, et tu ne le sais pas ?
Voici, le jour où vous avez jeûné, vous cherchez votre plaisir et vous exigez durement tous les travaux qui vous sont dusa.
4Voici, vous jeûnez pour contester et chercher querelle, et pour frapper d’un poing méchant. Vous ne jeûnez pas maintenant, pour faire entendre votre voix en haut. 5Est-ce un jeûne comme celui-là que j’ai choisi, un jour où un homme afflige son âme ? Courber sa tête comme un roseau et étendre sous soi le sacA et la cendre, appelleras-tu cela un jeûne, un jour agréable à l’Éternel ? 6N’est-ce pas ici le jeûne que j’ai choisi, qu’on rompeb les chaînes de l’iniquité, qu’on fasse tomber les liens du joug, qu’on renvoie libres les opprimés, et que vous brisiez tout joug ? 7N’est-ce pas que tu partages ton pain avec celui qui a faim, et que tu fasses entrer dans la maison les affligés qui errent sans asile ? quand tu vois un homme nu, que tu le couvres, et que tu ne te caches pas devant celui qui est ta propre chair ?
8Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, ta santé germera rapidement, et ta justice marchera devant toi, la gloire de l’Éternel sera ton arrière-garde. 9Alors tu appelleras, et l’Éternel répondra ; tu crieras, et il dira : Me voici. Si tu ôtes du milieu de toi le joug, [si tu cesses] de montrer du doigtc et de faire du mal par tes paroles, 10si tu offres à l’affamé ce que toi tu désiresd, et si tu rassasies l’âme de l’affligé, ta lumière se lèvera dans les ténèbres, et ton obscurité sera comme le midi. 11L’Éternel te conduira continuellement, il rassasiera ton âme dans les sécheresses et fortifiera tes os ; tu seras comme un jardin arrosé et comme une source jaillissante dont les eaux ne trompent pas. 12Ceux qui [seront issus] de toi bâtiront ce qui était ruiné depuis longtemps ; tu relèveras les fondements [qui étaient restés] de génération en génération, et on t’appellera : réparateur des brèches, restaurateur des sentiers fréquentése.
13Si tu gardesf ton pied de [profaner] le sabbat, de faire ce qui te plait en mon saint jour, si tu appelles le sabbat [tes] délices, et honorable le saint [jour] de l’Éternel, si tu l’honores en t’abstenant de suivreg tes propres chemins, de chercher ton plaisir et de dire des paroles [vaines], 14alors tu trouveras tes délices en l’Éternel, je te ferai passer à cheval sur les lieux hauts de la terreh et je te nourrirai de l’héritage de Jacob, ton père : car la bouche de l’Éternel a parlé.

Notes

ad’autres : tout ce qui vous est dû.

blitt. : ouvre.

clitt. : d’étendre le doigt.

dlitt. : à l’affamé ton âme.

elitt. : d’habitation.

flitt. : détournes.

glitt. : faire.

hou : du pays.

(Traduction révisée)