Bannière
Le livre du prophète Ésaïe
Sondez les Écritures - 1re année

Ésaïe 1

L’histoire prophétique d’Israël

Photo du site de Qûmran
Le site de Qûmran près de la mer morte où on été découverts un grand nombre de manuscrits et, notemment, celui du prophète Ésaïe.

1. L’Éternel parle à son peuple

Introduction : verset 1

Le premier verset du livre d’Ésaïe nous présente le prophète et l’étendue de son message. Le verset 2 établit que “l’Éternel a parlé” : cela requiert toute notre attention. Il est important de rappeler les caractères de celui qui s’adresse à nous par la parole prophétique, afin que nous comprenions mieux ce qu’il veut nous dire. Dieu est lumière ; la lumière manifeste tout dans l’univers moral1 Jean 1. 5. Dieu est juste et saint ; ses yeux sont trop purs pour voir le malHabakuk 1. 13. Mais Dieu est amour1 Jean 4. 8 et ne veut pas qu’aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance. Le salut qu’il offre par le sacrifice de Christ à la croix, concilie sa grâce et sa sainteté sans préjudice pour l’une ou pour l’autre. C’est pourquoi nous aimons à voir dans le nom d’Ésaïe – qui signifie “le salut de l’Éternel” – le rappel que, d’une part, s’il est vrai que Dieu doit accomplir les jugements, son œuvre étrange, son travail inaccoutumé (28. 21), d’autre part il reste que son but final est le salut des hommes, réconciliés avec lui par le sang de la croixColossiens 1. 20.

L’état moral du peuple : versets 2-9

Du verset 2 à la fin du chapitre, Ésaïe fait entendre à cinq reprises la voix de l’Éternel.

  • verset 2 : Écoutez, cieux, et prête l’oreille, terre ! Créés dès le commencement, ils sont témoins de la bonté de Dieu envers le peuple qu’il avait choisiDeutéronome 7. 7, 8 et dont il avait pris soin “comme une mère” Actes 13. 18, 19. A-t-on jamais vu plus grande ingratitude que celle d’Israël ? En effet, à l’amour de Dieu, ils ont répondu par la rébellion. Cet état trouvera sa pleine manifestation quand le Seigneur Jésus, rejeté par son peuple et par les nations ligués ensemble, prononcera les paroles du psaume : “Pour mon amour, ils ont été mes adversaires… ils m’ont rendu le mal pour le bien, et la haine pour mon amour” Psaume 109. 4, 5.

Combien grande est la chute du peuple ! Même un bœuf ou un âne connaissent leur maître et reconnaissent ses soins. Mais Israël a oublié l’intelligence qui est “dans la connaissance du Saint” Proverbes 9. 10 ; le mépris de l’instruction et de la réprimande de l’Éternel lui a fait oublier sa relation de fils et rend inutile toute disciplineProverbes 3. 11, 12. Le peuple est alors comparé à un homme couvert de blessures (verset 6), qu’une religion limitée à l’accomplissement de rites n’a su ni pu guérir (versets 11, 13). Peut-être le Seigneur Jésus pensait-il à ces choses, quand il se présentait comme le “Samaritain” Luc 10. 30-37 qui, ému de compassion pouvait soigner de telles plaies. Mais dans notre passage, nous n’avons que la description de la misère d’Israël : sans la miséricorde de l’Éternel des armées, qui se réservera un bien petit résidu (verset 9), Israël aurait été détruit de la même manière que les villes de la plaine, Sodome et GomorrheGenèse 19. 24, 25.

L’état religieux du peuple : versets 10-17

  • verset 10 : Quelles peuvent être les relations de Dieu avec un peuple dont l’état moral, comparable à celui de Sodome et Gomorrhe, n’est que corruption et violence ? Alors comme aujourd’hui, il ne pouvait y avoir aucune participation entre la justice et l’iniquité, aucune communion entre la lumière et les ténèbres2 Corinthiens 6. 14. L’Éternel ne pouvait qu’avoir en abomination les sacrifices et les fêtes de ce peuple impur, et il ne pouvait pas non plus écouter leurs prières, car “l’Éternel est loin des méchants1, mais il écoute la prière des justes” Proverbes 15. 29.

La grâce offerte : versets 18-20

  • verset 18 : Alors pour la troisième fois, l’Éternel s’adresse à son peuple, pour lui offrir le pardon, la bénédiction et la vie. “Venez, lui dit-il, et plaidons ensemble”. Nous venons de voir que Dieu connaissait les péchés de son peuple, mais s’il leur parle, c’est pour leur offrir de les ôter. Que faire pour cela ? Venir à lui, plaider, c’est-à-dire reconnaître qu’on ne mérite que la condamnation et qu’on ne peut rien faire par soi-même pour se racheter. Qui donc nous rendra justes ? Dieu lui-mêmeRomains 8. 33 ; et alors, qui peut condamner ceux qui sont justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est dans le Christ JésusRomains 3. 21-24 ? Il suffit donc d’écouter, c’est-à-dire d’obéir à la parole de Dieu : c’est ce qu’Israël avait à faire, comme nous aujourd’hui.

Ce qu’est devenue Jérusalem : versets 21-23

  • verset 21 : Quand, pour la quatrième fois dans ce chapitre, l’Éternel parle, c’est pour s’étonner de ce qu’est devenue la ville fidèle. Plus de droiture en elle, plus de justice, mais des meurtriers. Cet état de Jérusalem a trouvé sa pleine manifestation lorsque son peuple et ses chefs ont renié Jésus Christ, le saint et le juste, ont demandé qu’on leur accordât à sa place un meurtrier et ont mis à mort le prince de la vieActes 3. 14. En ce jour-là, la justice s’est tenue loin, car la vérité a trébuché sur la place publique, et la droiture n’a pu entrer (59. 14). Nous voyons par là combien la personne de Christ est l’objet de la prophétie.

L’Éternel juge et rédempteur : versets 24-31

  • verset 24 : Enfin, dans sa cinquième intervention, Dieu se présente comme le Seigneur, l’Éternel des armées, le Puissant d’Israël ; autant de titres qui soulignent son autorité souveraine, son pouvoir pour délivrer son peuple opprimé, sa puissance pour accomplir les promesses faites à Israël. Selon les caractères qu’il revendique ainsi, il va consumer ses ennemis par le jugement ; mais il va aussi purifier un résidu, en ôtant par le feu de l’épreuve toutes ses impuretés. Sion sera rachetée par le jugement, mais tous ceux qui abandonnent l’Éternel seront consumés.

Nous avons ainsi dans ce chapitre, une introduction à toute la prophétie d’Ésaïe.

Notes

1Le” méchant “est toujours l’opposé du” juste “ ; c’est un homme qui n’a que le péché dans le cœur, qui le pratique et se laisse diriger par lui.

Ésaïe 1

1La vision d’Ésaïe, fils d’Amots, qu’il a vue au sujet de Juda et de Jérusalem, aux jours d’Ozias, de Jotham, d’Achaz, et d’Ézéchias, rois de Juda.
2Écoutez, cieux, et prête l’oreille, terre ! car l’Éternel a parlé : J’ai nourri et élevé des fils, et ils se sont rebellés contre moi. 3Le bœuf connaît son possesseur, et l’âne la mangeoire de son maître ; Israël ne connaît rien, mon peuple n’a pas d’intelligence. 4Haa ! nation pécheresse, peuple chargé d’iniquité, lignéeb de gens qui font le mal, fils qui se corrompent ! Ils ont abandonné l’Éternel, ils ont méprisé le Saint d’Israël ; ils se sont retirés en arrière. 5Pourquoi donc seriez-vous encore frappés ? vous ajouterez des révoltes ! Toute la tête est malade, et tout le cœur est défaillant. 6Depuis la plante du pied jusqu’à la tête, il n’y a rien en lui qui soit sain : [tout est] blessure, meurtrissure et plaies vives ; elles n’ont pas été pansées, ni bandées, ni adoucies avec l’huile. 7Votre pays est dévasté, vos villes sont brûlées par le feu ; votre terre, des étrangers la dévorent devant vos yeux, et elle est dévastée, comme ruinée par des étrangers. 8Et la fille de Sion est laissée comme une hutte dans une vigne, comme une cabane dans un champ de concombres, comme une ville assiégée. 9Si l’Éternel des armées ne nous avait pas laissé un tout petit resteA survivant, nous aurions été comme Sodome, nous ressemblerions à Gomorrhec.
10Écoutez la parole de l’Éternel, chefs de Sodome ; prêtez l’oreille à la loi de notre Dieu, peuple de Gomorrhe. 11À quoi me sert la multitude de vos sacrifices ? dit l’Éternel. Je suis rassasié d’holocaustes de béliers, et de la graisse de bêtes grasses ; je ne prends pas plaisir au sang des taureaux, des agneaux et des boucs. 12Quand vous venez pour paraître devant ma face, qui vous a demandé de fouler mes parvis ? 13Ne continuez pas d’apporter de vaines offrandes : l’encens m’est une abomination, – la nouvelle lune et le sabbat, la convocation des assemblées ; je ne peux pas supporter l’iniquité avec la fête solennelle. 14Vos nouvelles lunes et vos assemblées, mon âme les hait ; elles me sont un fardeau, je suis fatigué de les supporter. 15Quand donc vous étendrez vos mains, je cacherai de vous mes yeux ; même quand vous multiplierez les prières, je n’écouterai pas. Vos mains sont pleines de sang. 16Lavez-vous, purifiez-vous ; ôtez de devant mes yeux le mal de vos actions ; cessez de mal faire, 17apprenez à bien faire ; recherchez le juste jugement, rendez heureuxd l’opprimé ; faites justice à l’orphelin, plaidez la cause de la veuve.
18Venez et discutonse, dit l’Éternel : Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s’ils sont rouges comme l’écarlate, ils seront comme la laine. 19Si vous êtes de bonne volonté et que vous écoutiez, vous mangerez des biensf du pays ; 20mais si vous refusez et que vous soyez rebelles, vous serez consumés par l’épée ; car la bouche de l’Éternel a parlé.
21Comment la ville fidèle est-elle devenue une prostituée ? Elle était pleine de droiture ; la justice habitait en elle, et maintenant, des meurtriers ! 22Ton argent est devenu des scories, ton vin est mêlé avec de l’eau ; 23tes princes sont rebelles et compagnons de voleurs ; chacun aime les pots-de-vin et court après les récompenses ; ils ne font pas justice à l’orphelin, et la cause de la veuve n’a pas accès auprès d’eux.
24C’est pourquoi le Seigneur, l’Éternel des armées, le Puissant d’Israël, ditg : Ha ! j’obtiendrai satisfaction de la part mes adversaires et je me vengerai de mes ennemis ; 25je tournerai ma main sur toi, je te purifierai de tes scories comme avec de la potasseh et j’ôterai tout ton étaini ; 26je rétablirai tes juges comme au commencement, et tes conseillers comme dans les premiers temps. Après cela, tu seras appelée ville de justice, cité fidèle. 27Sion sera rachetée par le jugement, et les siens qui reviennent, par la justice ; 28mais la ruine des transgresseurs et des pécheurs arrivera en une fois, et ceux qui abandonnent l’Éternel seront consumés. 29Car ils auront honte des térébinthesj auxquels vous avez pris plaisir, et vous rougirez des jardins que vous aurez choisis ; 30car vous serez comme un térébinthe dont la feuille se flétrit, et comme un jardin qui n’a pas d’eau. 31Le fort sera de l’étoupe, et son œuvre une étincelle, et tous deux brûleront ensemble, et il n’y aura personne pour éteindre.

Notes

aailleurs aussi : hélas, malheur !

blitt. : semence, descendance.

ccité en Romains 9. 29.

dou : dirigez, conduisez.

ediscuter, argumenter, dans le cadre d’une controverse.

flitt. : du bon.

gdire, le mot hébreu évoque une proclamation solennelle, un oracle, comme en Genèse 22. 16 ; ici et ailleurs souvent dans Ésaïe.

hou : purifierai parfaitement de tes scories.

iou : plomb ; ce qui est mêlé dans le minerai avec l’argent.

jvoir Ézéchiel 6. 13.

(Traduction révisée)