Bannière
Le livre du prophète Ésaïe
Sondez les Écritures - 1re année

Ésaïe 63. 7 - 64

Exhortations et conclusion

Nous arrivons à la conclusion de la prophétie si étendue et si variée d’Ésaïe. Nous y distinguerons deux parties.

  • Dans la première, depuis le verset 7 du chapitre 63, jusqu’à la fin du chapitre 64, l’Esprit de Dieu, par la bouche du prophète, rappelle les bontés de l’Éternel et intercède auprès de lui en faveur d’Israël.
  • Dans la seconde partie, nous trouvons la réponse de l’Éternel, jusqu’à la fin du livre.

16. Bonté de l’Éternel. Rébellion du peuple : 63. 7-14

Au moment d’intercéder en faveur d’Israël, Ésaïe, qui représente le résidu, commence par rappeler les bontés de l’Éternel pour son peuple. C’est donc à un Dieu dont il connaît la grâce qu’il va s’adresser, c’est à une grâce déjà éprouvée qu’il va faire appel. Dans la multitude de ses bontés, Dieu avait choisi ce peupleDeutéronome 7. 6-8 ; il pensait qu’il ne mentirait pas et ne le décevrait pas. Il l’a sauvé, le faisant sortir d’Égypte. Le verset 9 semble, en effet, faire allusion à la détresse du peuple sous l’oppression du Pharaon, et à la compassion de l’Éternel qui entendit son cri et descendit pour le délivrerExode 3. 7, 8. Le Seigneur lui-même les sauva, les rachetaExode 15. 13, les porta, prenant soin d’eux “comme une mère” Actes 13. 18.

Mais, comme nous le montre l’histoire du peuple, notamment, à partir du livre des Juges, “ils se rebellèrent et contristèrent l’Esprit de sa sainteté” (verset 10) et “la colère de l’Éternel s’embrasa contre son peuple” Psaume 106. 40. Ce psaume 106 résume l’histoire des infidélités d’Israël.

Toutefois, les promesses de Dieu sont sûres ; il se souvient de la délivrance donnée à son peuple aux jours de Moïse, pour les délivrer encore (verset 11). Mais qui est celui qui les fit monter de la mer, sinon l’Ange de sa face, Christ, agissant par l’intermédiaire de Moïse (verset 12) ? Le chapitre 15 de l’Exode nous montre, en effet, l’Éternel conduisant son peuple par le ministère de Moïse en qui il avait mis l’Esprit de sa sainteté (verset 11). Comme le chemin du peuple avait alors été facile ! Ils obéissaient, ils avançaient au milieu de la mer aussi facilement qu’un cheval dans le désert, aussi paisiblement que le bétail qui descend dans la vallée pour se reposer.

17. Prière du résidu : 63. 15 – 64. 6

Ayant rappelé les bontés de l’Éternel et les délivrances opérées jadis en faveur de son peuple, Ésaïe fait appel aux compassions de Dieu. Déjà, nous avons vu que si même une mère peut oublier son enfant, l’Éternel ne peut oublier Sion (49. 14-16). Dans cette certitude, Ésaïe peut dire maintenant que si les pères de la nation, Abraham et Israël (Jacob) ne le reconnaissaient plus, le résidu pourrait encore s’écrier : “Toi, Éternel, tu es notre PèrePsaume 27. 10 ; ton nom est : Notre rédempteur de tout temps”. Et s’il a endurci leurs cœurs à cause de leurs infidélitésRomains 11. 7-10, ils n’ont pas cessé d’être “les tribus de son héritage” (verset 17), car lui les a choisisPsaume 33. 12. L’Éternel avait aussi donné le pays en héritage à IsraëlDeutéronome 4. 21 ; le peuple doit reconnaître qu’il n’a pas su le garder longtemps. “Ils méprisèrent le pays désirable” Psaume 106. 24 et maintenant, ils sont comme une nation étrangère qui n’est pas appelée du nom de l’Éternel (verset 19).

Pourtant, l’espérance des fidèles n’est qu’en Dieu, et ils s’écrient : “Oh ! si tu fendais les cieux !” (63. 19). Tout à l’heure, ils suppliaient que Dieu regarde des cieux (63. 15) ; maintenant, ils désirent que Christ apparaisse. Le résidu est ici comme le peuple autrefois, quand le grand sacrificateur était caché derrière le voile, dans le saint lieuLévitique 16. Tant qu’il n’est pas sorti, ils ne peuvent avoir l’assurance d’être agréés et bénis de Dieu ; ils n’ont pas encore entendu ni vu “ce que Dieu a préparé pour celui qui s’attend à lui” (verset 3).

18. Appel à la miséricorde de l’Éternel : 64. 7-11

Quelle ressource reste-t-il donc au résidu qui vient de reconnaître son état (et celui du peuple) devant l’Éternel ?

La foi la lui donne : “Éternel, tu es notre père : nous sommes l’argile, tu es celui qui nous a formés” …

C’est dire encore à l’Éternel : « Nous ne sommes rien, mais tu es le Tout-Puissant ; c’est à ta seule grâce que nous faisons appel. Nous sommes ton peuple. Sion est un désert, Jérusalem une désolation : c’est le résultat de notre désobéissance. »

Mais, si Dieu a permis cela, s’il a “renfermé tous, Juifs et nations, dans la désobéissance”, c’est “afin de faire miséricorde à tous” Romains 11. 32. “O profondeur des richesses et de la sagesse et de la connaissance de Dieu ! Que ses jugements sont insondables et ses voies introuvables ! Car qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été son conseiller ? ou qui lui a donné le premier et il lui sera rendu ? Car de lui, et par lui, et pour lui, sont toutes choses ! A lui soit la gloire éternellement ! Amen” Romains 11. 33-36.

Ésaïe 63

7Je rappellerai les bontés de l’Éternel, les louanges de l’Éternel, selon tout ce dont l’Éternel nous a comblés, et [je rappellerai] les grands bienfaits dont il a comblé la maison d’Israël, selon ses compassions et selon la multitude de ses bontés. 8Il a dit : Certainement ils sont mon peuple, des fils qui ne mentiront pas ; et il est devenu leur sauveur. 9Dans toutes leurs détresses, il a été en détresse, et l’Ange de sa face les a sauvés ; dans son amour et dans sa miséricorde il les a rachetés, il s’est chargé d’eux et il les a portés tous les jours d’autrefois ; 10mais ils se rebellèrent et attristèrent son Esprit de sainteté, et il se changea pour eux en ennemi ; lui-même, il combattit contre eux.
11Mais il se souvint des jours d’autrefois, de Moïse, de son peuple : Où est celui qui les fit monter de la mer, avec les bergersa de son troupeau ? Où est celui qui mit son Esprit de sainteté au-dedans de luib, 12son bras magnifique les faisant marcher par la [main] droite de Moïse ? celui qui fendit les eaux devant eux pour se faire un nom à toujours, 13qui les a fait marcher par les abîmes, comme un cheval dans le désert ? Ils ne trébuchaient pas. 14Comme on fait descendre une bête dans la vallée, l’Esprit de l’Éternel leur donna du repos. Ainsi tu as conduit ton peuple, pour te faire un nom magnifique.
15Regarde des cieux, et vois, de la demeure de ta sainteté et de ta magnificence ! Où sont ta jalousieA et ta puissance, le frémissement de tes entrailles et de tes compassions ? Se retiennent-elles envers moi ? 16Car tu es notre père : si Abraham ne nous connaît pas, et si Israël nous ignore, toi, Éternel, tu es notre Père ; ton nom est : Notre rédempteur, de tout temps. 17Pourquoi nous as-tu fait errer, ô Éternel, loin de tes voies, et as-tu endurci notre cœur pour ne pas te craindre ? Retourne-toi, à cause de tes serviteurs, [à cause] des tribus de ton héritage. 18Ton peuple saint ne l’a possédé que pour peu [de temps] ; nos ennemis ont foulé aux pieds ton sanctuaire. 19Nous sommes [comme ceux] sur lesquels tu n’as jamais dominé, qui ne sont pas appelés de ton nom. Oh ! si tu fendais les cieux ! Si tu voulais descendre, et que devant toi les montagnes se fondentc, –

Ésaïe 64

1 [descendre] comme le feu brûle les broussaillesd, comme le feu fait bouillonner l’eau, pour faire connaître ton nom à tes ennemis, en sorte que les nations tremblent devant toi ! 2Quand tu fis des choses terribles que nous n’attendions pas, tu descendis : devant toi les montagnes se fondirente. 3Jamais on n’a appris, [jamais] on n’a entendu dire, [jamais] l’œil n’a vu, excepté toi, ô Dieu, ce que [Dieu] a préparéf pour celui qui s’attend à luig. 4Tu viens à la rencontre de celui qui se réjouit à pratiquer la justice, [de ceux] qui se souviennent de toi dans tes voies ! Voici, tu as été courroucé, et nous avons péché ; … en tes voiesh est la perpétuité, et nous serons sauvés. 5Tous, nous sommes devenus comme une chose impure, et tous nos actes justes, comme un vêtement souillé ; nous sommes tous fanés comme une feuille, et nos iniquités, comme le vent, nous emportent ; 6il n’y a personne qui invoque ton nom, qui se réveille pour te saisir ! Car tu nous as caché ta face, et tu nous as fait défaillir pari nos iniquités.
7Or maintenant, Éternel, tu es notre père : nous sommes l’argile, tu es celui qui nous as formés, et nous sommes tous l’ouvrage de tes mains. 8Ne sois pas extrêmement courroucé, ô Éternel, et ne te souviens pas à toujours de l’iniquité. Voici, regarde : nous sommes tous ton peuple. 9Tes villes saintes sont devenues un désert ; Sion est un désert, Jérusalem, une désolation ; 10notre maison sainte et magnifique, où nos pères te louaient, est brûlée par le feu, et tout ce que nous avions de précieux est dévasté.

Notes

aqqs. lisent : le berger.

bc.-à-d. : au-dedans de Moïse ; ou aussi : au milieu d’eux.

cou : tremblent.

dou : la paille.

eou : tremblèrent.

fselon qqs. : n’a vu, hors toi, un Dieu agissant.

gcité en 1 Corinthiens 2. 9.

hlitt. : en elles.

id’autres : nous as fait défaillir sous la puissance de.

(Traduction révisée)