Bannière
Évangile selon Luc
Sondez les Écritures - 1re année

Luc 6. 20-31

Le chemin de Christ parmi les pécheurs

7. Principes moraux enseignés aux disciples (1)

Les quatre béatitudes : versets 20-23

Le Seigneur regarde ses disciples (verset 20). Il veut leur montrer qu’être disciple c’est bien plus qu’acquérir le savoir du maître et exercer sa puissance. C’est apprendre à refléter ce qu’il est : l’homme de douleurs, “ayant appris l’obéissance par les choses qu’il a souffertes” Hébreux 5. 8. Il s’adresse à eux personnellement : “Bienheureux vous…” La différence de ton est frappante avec le récit de Matthieu. Ce dernier expose de façon générale neuf béatitudes qui concernent diverses catégories de personnes. Christ est le roi qui pose les principes du royaume en contraste avec tout ce que les Juifs connaissaient jusqu’ici : “Vous avez ouï… mais moi, je vous dis…” Matthieu 5. 21, 22, 39.

En Luc, Jésus présente quatre béatitudes seulement. Il réconforte ses disciples objets du mépris et de la haine de ce monde. L’identification du disciple avec le maître est fortement soulignée. Ils sont pauvres, ayant abandonné au Seigneur tout ce qui en fait lui appartenait de droit : leur travail, leurs ressources, leur présent, leur avenir. Lui a été le pauvre par excellence, sans ressource, mais confiant en Dieu qui fournissait le nécessaireMatthieu 17. 27. Plus tard, Pierre et Jean n’avaient “ni argent ni or” mais ils possédaient une richesse que le monde ne pouvait donner : délivrer un homme de sa misère pour en faire un adorateurActes 3. 6-8. Les disciples ont faim ; lui aussi avait eu faim (4. 2). Ils seront rassasiés d’une nourriture spirituelle car le “royaume de Dieu n’est pas manger et boire, mais justice, et paix, et joie dans l’Esprit Saint” Romains 14. 17.

Sont-ils dans la peine (verset 21) ? Leur maître a pleuré à plusieurs reprises, sensible qu’il était à la puissance du péché et de la mort sur l’hommeJean 11. 35, à sa rébellion contre Dieu (19. 41). Mais ils pleurent en attendant la joie de voir la justice et la vérité triompher. Sont-ils persécutés ? Jésus devait les avertir peu avant sa mort qu’ils connaîtraient la haine de ce mondeJean 15. 20, par amour pour le Maître, comme lui l’avait fait par amour pour le PèreJean 15. 18.

Ainsi au milieu des difficultés permanentes et parfois intenses, Jésus leur promet une joie sans mesure et leur rappelle qu’ils prennent place dans la longue lignée des croyants fidèles qui ont été traités de la même manière (verset 23).

Les quatre “malheurs” en contraste avec les quatre “bienheureux” : versets 24-26

Ils pourraient être traduits par malheureux êtes-vous… Il s’agit en effet plutôt d’un avertissement plein de compassion que de paroles de condamnation. Ils répètent en termes opposés ce que les bénédictions précédentes avaient développé. Jésus divise le peuple en deux groupes : pauvres, affamés, affligés, d’un côté ; riches, rassasiés, joyeux, de l’autre. Cependant ce ne sont pas les conditions de vie difficiles ou faciles qui les opposent mais leur attitude vis-à-vis du Fils de l’homme (verset 22).

De nos jours, l’évangile porte en lui-même le même message : malheureux sont ceux qui le refusent faute d’avoir accepté l’échelle divine des valeurs. Mais, de plus, le chrétien qui se trouve à l’aise dans ce monde ne peut pas compter sur la pleine bénédiction divine.

La conduite des disciples dans un monde qui les rejette : versets 27-31

D’emblée, le Seigneur insiste sur l’importance de la Parole. “À vous qui écoutez…”, leur dit-il : le seul chemin pour un témoignage chrétien fidèle est d’imiter le Maître (verset 40). L’amour divin présente quatre caractères :

  • un amour dépourvu de tout égoïsme qui se donne à ceux qui ne méritent rien ;
  • un amour actif qui pratique le bien, bénit, prie ;
  • un amour qui refuse la vengeance et accepte de souffrir comme le Maître a souffertJean 18. 22 ; 1 Pierre 2. 23 ; Jean 5. 18 ;
  • un esprit de grâce qui anime ceux qui ont tout reçu de Dieu et les conduit à donner ce qu’ils ont jusqu’à un dépouillement total.

Autrefois le manteau se portait sur la tunique (verset 29). Ce sont les deux qu’il faut abandonner. Le Seigneur préparait ses disciples au chemin difficile qui les attendaitHébreux 10. 34 ; 2 Timothée 3. 12. Son enseignement est résumé en une règle d’or facile à retenir : “Comme vous voulez que les hommes vous fassent, vous aussi faites-leur de même” (verset 31) … mais dont l’oubli trop fréquent explique bien des difficultés dans le monde, comme parmi les croyants.

Luc 6

20Alors lui, levant les yeux vers ses disciples, dit : Bienheureux, vous pauvres, car à vous est le royaume de Dieu ; 21bienheureux, vous qui maintenant avez faim, car vous serez rassasiés ; bienheureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez.
22Vous êtes bienheureux quand les hommes vous haïronta et vous excluront [de leur société], quand ils vous insulteront et rejetteront votre nomb comme mauvais, à cause du Fils de l’hommeA.
23Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez de joie, car voici, votre récompense est grande dans le ciel ; en effet, leurs pères faisaient de même aux prophètes.
24Mais malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation ; 25malheur à vous qui êtes rassasiés, car vous aurez faim ; malheur à vous qui riez maintenant, car vous mènerez deuil et vous pleurerez.
26Malheur [à vous] quand tous les hommes dirontc du bien de vous, car leurs pères faisaient de même aux faux prophètes.
27Mais je vous dis, à vous qui écoutez : Aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui vous haïssent ; 28bénissezA ceux qui vous maudissent ; priez pour ceux qui vous injurientd. 29À celui qui te frappe sur la joue, présente aussi l’autre ; et celui qui te prend ton manteau, ne l’empêche pas de prendre aussi ta tunique. 30Donne à tout homme qui te demande et, à celui qui te prend ce qui t’appartient, ne le réclame pas. 31Comme vous voulez que les hommes vous fassent, vous aussi faites-leur de même.

Notes

aou : quand les hommes vous haïssent,­… vous excluent…, vous insultent et rejettent.

bvotre nom, c.-à-d. celui de disciples de Jésus (v. 20).

cou : disent.

dou : vous outragent, vous menacent.

(Traduction révisée)