Bannière
Le livre du prophète Ézéchiel
Sondez les Écritures - 3e année

Ézéchiel 47. 1-12

La gloire de l’Éternel dans le nouveau temple

2. Le nouveau culte (5)

Le fleuve sortant du temple

Dans cette vision admirable, Ézéchiel vit des eaux sortant de l’édifice du temple (verset 1). Ces eaux s’élargiront et deviendront un double fleuve (verset 9) dont une des branches se jettera dans la mer Morte (verset 8) 1 ; les eaux de cette dernière, actuellement saturées de sel, seront assainies2. Au lieu de représenter la mort, cette mer sera pleine de vie (versets 9, 10).

Quelques applications de cette vision

  • Celle du Seigneur Jésus

Le Seigneur Jésus appliqua cette vision d’Ézéchiel 47 au croyant individuellement, lors du discours qu’il prononça sur l’esplanade du temple lors de la fête des tabernacles : “Et en la dernière journée, la grande journée de la fête, Jésus se tint là et cria, disant : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, selon ce qu’a dit l’écriture, des fleuves d’eau vive couleront de son ventre. (Or il disait cela de l’Esprit qu’allaient recevoir ceux qui croyaient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.)” Jean 7. 37-39

Le Seigneur expliqua que “ces fleuves d’eau vive” 3 (à rapprocher du double fleuve de notre chapitre) symbolisent le Saint Esprit, cet “Esprit de vie” qui nous a délivrés “de la loi de la mort” Romains 8. 2. Quand l’Esprit de Dieu peut agir en nous librement, nous sommes un rafraîchissement pour tout notre entourage, tant les croyants que les incrédules. Est-ce vraiment le cas ?

  • Les dons de grâce

Dans un sens plus restreint, ces fleuves peuvent faire penser aux dons de grâce conférés par l’Esprit : nous pouvons être ainsi un canal de bénédiction pour les autres : “Ainsi vous aussi, puisque vous désirez avec ardeur des dons de l’Esprit, cherchez à en être abondamment doués pour l’édification de l’assemblée” 1 Corinthiens 14. 12.

  • L’œuvre progressive de l’Esprit en nous

Les étapes que le prophète parcourut avec son guide sont autant de jalons de l’œuvre de l’Esprit dans nos vies pour que nous croissions “dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ” 2 Pierre 3. 18 :

  • les “chevilles” (verset 3) font penser à notre marche dans ce monde et l’Esprit est là pour nous dirigerPsaume 143. 10 ; Romains 8. 4 et nous faire goûter la grâce de Dieu ;
  • les “genoux” (verset 4a) n’évoquent-ils pas la prière par le Saint EspritJude 20 ? la force qu’elle nous communique peut nous garder du découragement, “des genoux défaillants” Hébreux 12. 12 ;
  • les “reins” (verset 4b) sont souvent la figure de l’énergie intérieure que l’Esprit peut fortifier pour que nous puissions progresser dans la compréhension de l’amour ineffable de ChristÉphésiens 3. 16-19 ;
  • les eaux infranchissables (verset 5) montrent l’étendue de cet amour : il est infini ! Voulons-nous nous abandonner à la grâce de Dieu, qui sera toujours trop large pour nos esprits et nos cœurs limités ?
  • L’œuvre progressive de l’Esprit dans le monde

Sous un autre angle, la mer Morte peut symboliser les peuples du mondePsaume 65. 7 ; Ésaïe 17. 12, 13, qui sont “morts dans leurs fautes et dans leurs péchés” Éphésiens 2. 1. Le fleuve qui mettra fin à la loi de mort qui règne sur la mer Morte illustre l’œuvre bénie du Saint Esprit qui, par la proclamation de l’évangile, a transmis la vie divine à des millions d’êtres humains au cours des 2 000 ans passés.

Ces différentes stades de progression du fleuve à partir de sa source sous le temple peuvent être rapprochés du développement de l’Église universelle :

  • 1. “Voici des eaux qui sortaient de dessous le seuil de la maison… au midi de l’autel” (verset 1) : le jour de la Pentecôte, peu après l’œuvre de la croix (“l’autel”), le Saint Esprit vint sur les 120 disciples rassemblésActes 2. 1-4.
  • 2. “des eaux… jusqu’aux chevilles des pieds” (verset 3) : Par la prédication du jour de la Pentecôte, 3 000 Juifs se convertirent et reçurent le Saint EspritActes 2. 37-41.
  • 3. “des eaux… jusqu’aux genoux” (verset 4a) : Plus tard, le Saint Esprit sortit des limites du peuple juif en venant sur les foules samaritaines qui venaient d’accepter l’évangile de la grâceActes 8. 14-17.
  • 4. “des eaux… jusqu’aux reins” (verset 4b) : Appelé à Césarée pour prêcher la bonne nouvelle à Corneille et aux siens, Pierre fut témoin de la venue du Saint Esprit sur des Romains pour la première foisActes 10. 44-48.
  • 5. “une rivière que je ne pouvais traverser,­… des eaux où il fallait nager” (verset 5) : La suite du livre des Actes décrit les voyages missionnaires de l’apôtre Paul. Partout où parvint l’évangile, le Saint Esprit vint et scella la communication de la vie divineÉphésiens 1. 13. Jusqu’à maintenant, ce “double fleuve” s’est répandu dans le monde entier et des millions d’hommes et de femmes ont été sauvés pour l’éternité.

Une question se pose, cependant : dans quelle mesure j’entre personnellement dans cette œuvre merveilleuse de l’Esprit de Dieu, et dans quelle mesure le rassemblement local auquel je me rattache s’y associe-t-il ?

Deux aspects de la sacrificature

L’autel (43. 13-17) et le fleuve (versets 1-12) nous exposent les deux aspects de la sacrificature selon la pensée de Dieu :

  • la “sainte sacrificature” s’adresse à Dieu dans l’adoration1 Pierre 2. 5 ;
  • “la sacrificature royale” s’adresse au monde perdu par la prédication de l’évangile1 Pierre 2. 9 ; Romains 15. 16.

Ne négligeons pas l’un de ces deux aspects – ce serait en quelque sorte nier les conséquences de la croix du Sauveur.

Les marais et les étangs abandonnés au sel

La mer Morte assainie symbolise l’engloutissement de la mort en victoire, selon les prophéties d’Ésaïe et d’OséeÉsaïe 25. 8 ; Osée 13. 144. Mais les marais et les étangs abandonnés au sel montrent que la bénédiction du millénium ne sera pas totale.

De plus, ils rappellent le sort qui attend ceux qui refusent l’évangile et le don de la vie de DieuApocalypse 21. 8.

Les feuilles et les fruits

Le fleuve sortant du temple arrosera des arbres qui porteront de beaux fruits et dont les feuilles auront des vertus médicinales (verset 12).

Or la Bible compare souvent le croyant à un arbrePsaume 1. 3 ; Jérémie 17. 7, 8. Si ma vie intérieure avec Dieu (ma “racine”) se nourrit de la grâce de Dieu et de sa Parole (les eaux), mon témoignage (ma “feuille”) sera à la gloire de Dieu et pour la bénédiction des autres (“pour nourrir”, “pour guérir”) ; ainsi on verra le fruit de l’Esprit dans ma vieGalates 5. 22.

Notes

1

Le prophète Zacharie parle aussi de ce double fleuve (Zacharie 14. 8) : l’un des deux bras descendra vers la mer Morte (appelée aussi “la mer orientale”), l’autre se jettera dans la mer Méditerranée (appelée aussi “la mer d’occident”). Plusieurs autres passages de l’Écriture font allusion à ce fleuve du temple (Psaume 36. 9, 10 ; 46. 4 ; 65. 9 ; Joël 4. 18).

La même image est reprise en Apocalypse 22 dans la sphère céleste.

2La mer Morte contient environ 30 % de sels de différentes sortes. Par comparaison, les océans en contiennent environ 3 à 4 %. Déjà, dans l’Antiquité, la mer Morte était très salée puisque Moïse l’appela “la mer Salée” (Genèse 14. 3).
3L’expression “eaux vives” est un idiomatisme hébreu pour désigner les eaux fraîches d’une source.
4Lors du millénium, la mort du corps ne sera plus le sort final général des hommes après quelques années de vie sur terre ; seuls ceux qui se révolteront contre le règne du Seigneur Jésus la connaîtront (Ésaïe 65. 20, 22 ; Psaume 101. 8). Après le millénium, dans la nouvelle terre et le nouveau ciel, la mort n’existera plus du tout (Apocalypse 21. 4 ; 20. 14 ; 1 Corinthiens 15. 25. 26).

Ézéchiel 47

1Et il me fit retourner à l’entrée de la maison, et voici des eaux qui sortaient de dessous le seuil de la maison, vers l’orient, car la façade de la maison était [tournée] vers l’orient. Et les eaux descendaient de dessous, du côtéa droit de la maison, au midi de l’autel. 2Et il me fit sortir par le chemin de la porte du nord, et il me fit faire le tour par-dehors vers la porte extérieure, vers [la porte] qui regarde vers l’orient ; et voici des eaux qui coulaient du côté droit. 3Quand l’homme sortit vers l’orient, il avait un cordeau dans sa main ; et il mesura 1 000 coudéesb, et me fit traverser les eaux, – des eaux [montant] jusqu’aux chevilles des pieds. 4Et il mesura 1 000 [coudées], et me fit traverser les eaux, – des eaux [montant] jusqu’aux genoux. Et il mesura 1 000 [coudées], et me fit traverser, – des eaux [montant] jusqu’aux reins. 5Et il mesura 1 000 [coudées] : c’était une rivière que je ne pouvais traverser, car les eaux avaient crû, des eaux où il fallait nager, une rivière qu’on ne pouvait traverser.
6Et il me dit : As-tu vu, fils d’homme ? Et il me fit aller et retourner sur le bord de la rivière. 7Quand j’y fus retourné, voici, au bord de la rivière, des arbres en très grand nombre, d’un côté et de l’autre. 8Et il me dit : Ces eaux sortent vers la contrée orientale, et elles descendent dans la plainec et parviennent jusqu’à la mer ; lorsqu’elles se seront déversées dans la mer, les eaux [de la mer] seront rendues saines. 9Et il arrivera que tous les êtres vivants qui fourmillent partout où parvient la double rivière, vivront. Et il y aura une très grande quantité de poissons, car ces eaux parviendront là, et [les eaux de la mer] seront rendues saines ; et tout vivra, là où parviendra la rivière. 10Et les pêcheurs se tiendront auprès d’elle : depuis En-Guédi jusqu’à En-Églaïm, ce sera [un lieu] pour étendre les filets. Leur poisson sera selon ses espèces, comme le poisson de la grande mer, en très grand nombre. 11Ses marais et ses étangs ne seront pas assainis, ils seront abandonnés au sel. 12Et sur la rivière, sur son bord, d’un côté et de l’autre, croissaient toutes sortes d’arbres dont on mange. Leur feuille ne se flétrira pas, et leur fruit ne cessera pas : tous les mois ils porteront du fruit mûrd ; car ses eaux sortent du sanctuaire. Et leur fruit sera pour nourrir, et leur feuille, pour guérir.

Notes

alitt. : l’épaule.

benv. 540 m.

chéb. : l’Araba.

dou : nouveau.

(Traduction révisée)