Bannière
Évangile selon Luc
Sondez les Écritures - 1re année

Luc 21. 5-24

Jésus à Jérusalem

9. Les prophéties sur Jérusalem (1)

Remarque introductive

L’Évangile nous conduit maintenant dans la partie prophétique des enseignements du Seigneur, déjà introduite auparavant à trois occasions : (1) – chapitre 12. 35-53 ; (2) – chapitre 13. 24-30 ; (3) – chapitre 17. 20-37.

Cette prophétie est introduite par une remarque et une question des disciples (21. 5-7), de la même manière que dans les deux autres évangiles synoptiquesMatthieu 24. 1-4 ; Marc 13. 1-4. Mais la prophétie donnée en Luc diffère de celle annoncée par Matthieu et Marc sur quatre points essentiels :

  • En Luc, le Seigneur est encore dans le temple où il enseigne pendant le jour (21. 37), alors qu’il est vu le quittant en Matthieu et en Marc.
  • La prophétie de Luc a d’abord en vue la destruction de la ville de Jérusalem par Titus, avant d’annoncer les événements de la fin, alors que Matthieu et Marc ne parlent que de ceux-ci.
  • Luc inclut les nations, alors que Matthieu et Marc ne parlent que du peuple juif lui-même.
  • Par contre, Luc ne parle pas explicitement et en détail de la consommation du siècle.

La question des disciples et la réponse du Seigneur : versets 5-8

Le temple, construit comme celui de Salomon en pierres de prix, orné de dons ou d’ornements dédiés, était magnifique ; il paraissait indestructible. Toutefois, quarante ans plus tard, il ne serait pas laissé pierre sur pierre qui ne soit jetée à bas (verset 6).

Alors, sur une question des disciples à laquelle il ne répond pas directement, le Seigneur révèle l’avenir du temple et de la ville de Jérusalem, en avertissant en même temps ses disciples et en leur laissant quatre recommandations :

  • prenez garde (verset 8), en face des séducteurs ;
  • ne vous épouvantez pas (verset 9), au milieu des guerres ;
  • mettez dans vos cœurs de ne pas vous préoccuper à l’avance de votre défense (verset 14) en face de vos ennemis ;
  • possédez vos âmes par votre patience (verset 19), au travers des persécutions.

Pour comprendre la portée des enseignements prophétiques du Seigneur, il faut se souvenir qu’ils sont adressés aux disciples vus dans une double position :

  • 1. comme représentant le résidu fidèle du peuple terrestre à travers toute la période séparant les deux venues de Christ,
  • 2. comme constituant le noyau de l’Assemblée formée à Jérusalem par le ministère des apôtres.

C’est donc l’histoire présente et future d’Israël qui est essentiellement en vue (Luc la place en rapport avec les nations), en traversant la parenthèse de l’Église, mais sans exclure celle-ci.

Le siège et la destruction de Jérusalem par Titus : versets 9-24

Dans les jours mauvais qui devaient précéder la prise de Jérusalem par les Romains, les disciples entendraient parler de guerres et de séditions, accompagnées de cataclysmes naturels (versets 10, 11). Les disciples subiraient des persécutions douloureuses de la part des autorités religieuses (le sanhédrin et les synagogues) ou politiques (rois et gouverneurs). Le livre des Actes rapporte quelques cas de telles persécutions : la mort d’ÉtienneActes 7. 57-60, la persécution qui a suiviActes 8. 1-3, le meurtre de l’apôtre Jacques par HérodeActes 12. 1, 2. La sagesse et la hardiesse de Pierre et de Jean (deux hommes illettrés et du commun) devant les tribunaux, comme celles d’Étienne devant le sanhédrin, sont une confirmation éclatante de la promesse du Seigneur (verset 15).

D’autres épreuves attendraient les fidèles témoins du Seigneur pendant cette période : être livrés par les membres de leur propre famille et supporter la haine de tous. C’était la conséquence du rejet du Messie : la paix était retirée de la terre (12. 51-53). Livrés à l’aveuglement sous la puissance de Satan, les Juifs ont reporté leur haine de Jésus sur ceux qui désiraient lui être fidèles. Cette histoire du fanatisme religieux ne s’est-elle pas exactement répétée, dans la chrétienté (au temps de l’Inquisition notamment) et dans d’autres religions du monde contemporain ?

Le Seigneur entre ensuite dans les détails touchant le siège de Jérusalem par les armées romaines (versets 20-24). Certaines expressions du récit de Luc sont semblables à celles employées par Matthieu et Marc qui parlent des deux sièges futurs de Jérusalem par les confédérations des nations. Il est question dans Luc d’un jour de vengeance. En effet, le meurtre d’Étienne et les persécutions des premiers chrétiens par le peuple juif ont mis un terme à la patience de Dieu à son égard. Dans les autres évangiles, les événements de la fin sont introduits par “l’abomination de la désolation”, l’idole placée dans le temple sous le règne de l’Antichrist.

Les prédictions du Seigneur se sont réalisées à la lettre (verset 24). On estime à un million le nombre de ceux qui ont péri à la prise de Jérusalem ; les rescapés ont été vendus comme esclaves, ou jetés aux bêtes féroces dans les arènes romaines. Le temple et la ville ont été entièrement détruits. Jérusalem est foulée aux pieds, aussi longtemps que durent “les temps des nations” (verset 24). Cette expression désigne toute la période s’écoulant de la déportation à Babylone au retour en gloire de Christ sur la terre. Abandonnant sa demeure terrestre et son peuple (qui est désormais sous la sentence “Lo-Ammi”, c’est-à-dire “pas mon peuple” 1), Dieu a retiré le gouvernement du monde à Israël pour le confier aux nations. À l’issue de cette période, l’empire romain sera reconstitué pour être brisé et remplacé par le royaume de Christ, Fils de l’homme.

Notes

1Lire Osée 1. 9.

Luc 21

5Comme certains parlaient du temple [et disaient] qu’il était orné de belles pierres et de donsa, il dit : 6Des jours viendront où, de ce que vous contemplez, il ne sera pas laissé pierre sur pierre qui ne soit jetée à terre. 7Ils l’interrogèrent : MaîtreB, quand donc ces événements auront-ils lieu, et quel sera le signe lorsqu’ils seront sur le point d’arriver ? 8Alors il dit : Prenez garde, ne vous laissez pas séduire ; car beaucoup viendront en mon nom, en disant : C’est moi, et le temps est proche. N’allez pas après eux. 9Quand vous entendrez parler de guerres et de bouleversements, ne vous épouvantez pas ; car il faut que cela arrive d’abord ; mais la fin n’aura pas lieu aussitôt. 10Alors il leur dit : Nation s’élèvera contre nation, et royaume contre royaume ; 11et il y aura de grands tremblements de terre en divers lieux, des famines et des pestesb ; il y aura aussi des sujets d’épouvante et de grands signes venant du ciel. 12Mais, avant tout cela, ils mettront les mains sur vous et vous persécuteront, vous livrant aux synagoguesA et [vous mettant] en prison ; et on vous mènera devant les rois et les gouverneursA à cause de mon nom. 13Mais cela tournera pour vous en témoignage. 14Ayez donc à coeur de ne pas vous préoccuper à l’avance de votre défense, 15car moi je vous donnerai des parolesc et une sagesse auxquelles tous vos adversaires ne pourront pas répondre ni résister. 16Vous serez aussi livrés par des parents, par des frères, par des proches et par des amis, et on fera mourir [quelques-uns] d’entre vous ; 17vous serez haïs de tous, à cause de mon nom. 18Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. 19Possédezd vos âmesA par votre patience.
20Quand vous verrez Jérusalem environnée d’armées, sachez alors que sa désolation est proche. 21Alors, que ceux qui sont en JudéeA s’enfuient dans les montagnes ; que ceux qui sont au milieu de Jérusaleme s’en retirent, et que ceux qui sont dans les campagnes n’entrent pas dans la ville. 22Car ce sont là des jours de vengeance, pour que s’accomplisse tout ce qui est écrit. 23Mais quel malheur pourf celles qui seront enceintes et pour celles qui allaiteront en ces jours-là ! Car il y aura une grande détresse sur le pays et de la colère contre ce peuple. 24Ils tomberont sous le tranchant de l’épée ; ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations jusqu’à ce que soient accomplis les temps des nationsA.

Notes

achoses consacrées à Dieu.

bou : épidémies.

clitt. : une bouche.

dposséder en acquérant - (ici, en obtenant la délivrance qu’apporterait le Messie).

elitt. : au milieu d’elle, la capitale de la Judée.

flitt. : Mais malheur à.

(Traduction révisée)