Bannière
Évangile selon Luc
Sondez les Écritures - 1re année

Luc 20. 41 - 21. 4

Jésus à Jérusalem

7. La question sur le Fils de David et la mise en garde contre les scribes : 20. 41-47

Ayant réduit ses interlocuteurs au silence, le Seigneur leur pose maintenant une question à laquelle personne n’a jamais pu répondre sans le secours divin : c’était la question fondamentale qui touchait à la personne même du Fils de Dieu.

Jésus, Seigneur et fils de David : versets 41-44

Christ était reconnu comme Fils de David. Bartimée s’était adressé à lui comme tel (18. 39). Dans l’évangile selon Matthieu, la généalogie de Jésus Christ est fondée sur David et AbrahamMatthieu 1. 1 ; la bénédiction de la foule à Jérusalem s’adresse aussi au Fils de DavidMatthieu 21. 9. Il est “né de la semence de David, selon la chair” Romains 1. 4. Selon la nature humaine, le Seigneur est ainsi le descendant de David, de la tribu royale de Juda.

En même temps, David, auteur du Psaume 110, le reconnaît comme son Seigneur. Si donc David l’appelle Seigneur “comment est-il son fils ?” (verset 44). Selon sa nature divine, Christ est Seigneur de tousRomains 10. 12, ses droits s’exerçant sur toute créature. Cette position d’autorité lui a été confirmée en résurrection : “déterminé Fils de Dieu, en puissance, selon l’Esprit de sainteté, par la résurrection des morts” Romains 1. 4 ; une position glorieuse qu’il occupe maintenant dans le ciel à la droite de Dieu. L’Esprit de Christ agissant en David lui fait ainsi considérer Jésus comme son Seigneur, attendant que ses ennemis lui soient soumis.

La réponse à la question du Seigneur impliquait donc toute l’histoire de sa venue sur la terre, de son rejet et de sa mort, ainsi que les résultats glorieux de son œuvre. Cette question mettait aussi en évidence la culpabilité du peuple juif, dont les chefs sont là encore réduits au silence.

  • Jésus est fils de David selon la chair.
  • Fils de Dieu et Fils de l’homme élevé dans la gloire, il est aussi le Seigneur de David.

C’est sous ce double titre que le Seigneur se présente au terme de la révélation divine : “Moi, je suis la racine et la postérité de David” Apocalypse 22. 16. Il est “l’étoile brillante du matin” pour l’Église qui l’attend dans la nuit.

Une mise en garde contre les scribes : versets 45-47

La fin du chapitre est une mise en garde adressée aux disciples, en présence du peuple, au sujet des scribes et de tous ceux qui aimaient à se produire en public, recherchant les premières places et les honneurs dans le monde. Leur cupidité à l’égard des veuves (celles qui n’ont pas de soutien dans le monde) et l’hypocrisie de leurs longues prières amèneraient sur eux un jugement d’autant plus sévère qu’ils avaient pris une place de responsabilité dans le monde religieux.

Le développement correspondant de l’évangile selon Matthieu est beaucoup plus détaillé ; le Seigneur appelle sur les scribes et les pharisiens hypocrites une série de sept malheursMatthieu 23. 13-29 qui soulignent que “l’Éternel regarde au cœur” 1 Samuel 16. 7.

Le Seigneur avait déjà déclaré aux pharisiens avares ce que Dieu pensait de leur état : “ce qui est haut estimé parmi les hommes est une abomination devant Dieu” (16. 15). Mis ainsi en garde contre l’esprit pharisaïque, qui recherche la gloire des hommesJean 5. 44, nous sommes invités à imiter le christ Jésus, dans son humilité et dans son dévouementPhilippiens 2. 5-8. Alors nous pourrons discerner, conduits par l’Esprit de Dieu, la grandeur et la beauté morales de notre Seigneur, Fils de Dieu, Fils de l’homme et Fils de David.

8. L’offrande de la veuve : 21. 1-4

Les riches et les puissants – prompts à dévorer les maisons des veuves (20. 47) – prétendaient accomplir au temple leurs devoirs religieux en donnant à Dieu de leur superflu. Quel contraste avec cette pauvre veuve qui offrait sans réserve tout ce qu’elle avait, en comptant sur Dieu pour sa subsistance !

Ce court récit, placé en opposition avec la mise en garde contre les scribes, complète ainsi l’enseignement moral que le Seigneur veut nous donner. Le Seigneur apprécie divinement la valeur du don de cette pauvre veuve : non selon son importance matérielle, mais selon la disposition du cœur de celle qui donnait ; elle s’était donnée elle-même au Seigneur, selon son pouvoir.

  • David, en donnant les trésors pour la maison de l’Éternel, pouvait dire : “Dans la droiture de mon cœur, j’ai offert volontairement toutes ces choses” 1 Chroniques 29. 14-17.
  • Aux jours d’Élie, la veuve de Sarepta, à qui Dieu avait demandé de nourrir le prophète1 Rois 17. 9 avait consacré tout ce qu’elle avait pour faire un petit gâteau pour Élie, avant de faire l’expérience de la fidélité de l’Éternel envers elle-même et envers son fils.
  • Plus tard, les chefs des pères remontés de la déportation avaient donné volontairement pour la maison de Dieu, selon leur pouvoirEsdras 2. 68, 69.
  • Au temps du Seigneur, Marie de Béthanie avait fait aussi ce qui était en son pouvoirMarc 14. 8 en répandant le parfum sur la tête de son Seigneur, malgré la réprobation des disciples.
  • Enfin, la Parole conserve le témoignage des assemblées de la Macédoine qui, dans leur profonde pauvreté, avaient agi selon leur pouvoir et au-delà de leur pouvoir pour venir en aide à l’apôtre2 Corinthiens 8. 2, 3 : ils s’étaient donnés premièrement eux-mêmes au Seigneur et puis à Paul, par la volonté de Dieu. Le don des Philippiens à l’apôtre avait aussi ce caractère de parfum de bonne odeur, sacrifice acceptable, agréable à DieuPhilippiens 4. 18.

Dans le cas de la veuve, le Seigneur soulignait la sincérité de son âme au milieu d’un état de choses et d’un système dont il venait de déclarer le danger et sur lequel il annonce le jugement. Il savait toutes choses et rend témoignage à cette femme en honorant sa conduite. Elle était bienheureuse, car, pauvre quant au monde, elle était riche quant à Dieu. C’est exactement l’opposé du riche insensé de la parabole (12. 21).

Luc 20

41Puis il leur dit : Comment dit-on que le ChristA est fils de David ? 42Car David lui-même dit, dans le livre des Psaumes : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, 43jusqu’à ce que je mette tes ennemis pour marchepied de tes piedsa. 44David donc l’appelle Seigneur ; et comment est-il son fils ?
45Comme tout le peuple écoutait, il dit à ses disciples : 46Soyez en garde contre les scribes, qui se plaisent à se promener en longues robes, qui aiment les salutations dans les places publiques, les premiers sièges dans les synagoguesA et les premières places dans les repas ; 47qui dévorent les maisons des veuves et, pour l’apparence, font de longues prières – ceux-ci recevront une sentence plus sévère.

Luc 21

1Levant les yeux, il vit des riches qui jetaient leurs offrandes au Trésor. 2Il vit aussi une veuve indigente qui y jetait deux pitesA. 3Et il dit : En vérité, je vous dis que cette veuve, pauvre, a jeté plus que tous [les autres] ; 4car tous ceux-ci ont jeté de leur superflu aux offrandes [de Dieu] b, mais celle-ci y a jeté de sa pénurie, tout ce qu’elle avait pour vivre.

Notes

aPsaume 110. 1.

bcertains mss. omettent : de Dieu.

(Traduction révisée)