Bannière
La transmission de la Bible
A. Remmers

Éditions de bibles à des prix plus abordables

Le désir pressant d’apporter aux hommes la Bible à un prix plus abordable fut le but de la fondation des Sociétés bibliques. Sans ressources propres, grâce à des dons de fondations ou des collectes, elles ont pu réaliser de très importantes éditions de bibles.

On trouve déjà la pensée fondatrice des Sociétés bibliques au début du 16e siècle. Le chevalier Anemont de Coct dut s’enfuir de France à Bâle au temps de la Contre-Réforme, et consacra là toute sa fortune à l’impression de bibles à prix modéré.

Toute la Bible disponible en pages déjà composées

Au début du 18e siècle, en Allemagne, August Flermann Francke fut l’initiateur d’une œuvre remarquable. Il installa une imprimerie dans son orphelinat de Halle. Pour la première fois, la composition complète d’une bible entière fut gardée à disposition.

Cela représentait plus de trois millions de lettres, signes et espaces, constamment prêts à être utilisés en permanence de répondre rapidement à toute demande d’édition. Mais ce procédé nécessitait un important capital initial, qui fut offert par un ami de Francke, le baron von Canstein. Ce fut l’origine, en 1710, de la « von Cansteinsche Bibelanstalt » (Institution von Canstein pour la Bible) qui diffusera jusqu’en 1804 trois millions de bibles et nouveaux testaments.

Une jeune fille galloise à l’origine de la plus importante société biblique

Le 19e siècle fut marqué par un essor considérable de la diffusion de la Parole de Dieu, et en particulier grâce à la « British and Foreign Bible Society » (soit la Société biblique britannique et étrangère) qui fut fondée le 7 mars 1804. L’histoire de la fondation de cette institution est bien remarquable. Une jeune fille galloise, Mary Jones, née dans une humble famille d’un village pauvre, avait été profondément touchée par les versets de la Bible qu’elle avait entendus à l’école du dimanche, et désirait ardemment se procurer un exemplaire du précieux livre, pour sa lecture personnelle. Mais elle ne savait pas lire et dut d’abord faire l’apprentissage de la lecture, quand une classe s’ouvrit dans un village voisin. Elle put alors déchiffrer l’unique exemplaire de la Bible qui se trouvait dans son village, mais désirait en acquérir personnellement un exemplaire.

Elle économisa donc sou après sou, et après plusieurs années, lorsqu’elle crut avoir rassemblé une somme suffisante, elle partit à pied pour une ville distante de quarante kilomètres où elle pensait pouvoir se procurer le précieux livre. Là, elle apprit que toutes les éditions galloises de la Bible étaient épuisées. Il restait bien un invendu disponible, qui avait été réservé pour une personne qui ne l’avait jamais réclamé, mais son prix représentait le double des économies de Mary.

Le pasteur qui l’avait reçue lui céda tout de même l’exemplaire tant désiré à un prix qui restait dans les possibilités de Mary mais, ému par l’histoire de cette jeune fille, il déclencha un mouvement en faveur de la réimpression de la Bible en langue galloise à un prix abordable, mouvement qui élargira son but à la diffusion de la Bible dans tous les pays du monde, et ce fut là l’origine de ce qui devint plus tard la Société biblique britannique et étrangère.

Cet organisme a développé beaucoup de filiales dans le monde entier et en cent ans, il a diffusé cent millions de bibles, nouveaux testaments ou parties de la Bible.

D’autres sociétés bibliques voient le jour

Pour les pays germanophones, le « Württembergische Bibelanstalt » (Institut biblique du Wurtemberg), fondé en 1812 a oeuvré pour la diffusion de la Parole de Dieu, mais a aussi joué un rôle important dans l’édition de la Bible dans les langues originales à l’intention des spécialistes. Depuis 1975, cette œuvre s’est fondue dans le « Deutsche Bibelstiftung » qui a aussi repris l’activité de l’Institution von Canstein, citée plus haut.

En France, la Société biblique de Paris a été fondée dès 1818. Sa création, aidée par la Société biblique britannique, répondait à un immense besoin, les exemplaires de la Bible subsistant en France après un siècle de persécution des protestants, principaux lecteurs des Saintes Écritures, étaient en nombre incroyablement faible. Ne rapporte-t-on pas qu’en 1825, à Saint-Hippolyte du Fort (Gard), pour une population presque exclusivement protestante de 5300 habitants, il n’y avait que 100 bibles ou nouveaux testaments.

En 1948, l’Alliance biblique française a succédé aux différentes sociétés bibliques qui travaillaient dans notre pays. Il existe aussi en France une Maison de la Bible liée à la Société Biblique de Genève, qui a été fondée en 1940 pour répondre aux besoins des croyants francophones pendant les dures années de la Seconde Guerre mondiale. Toutes ces institutions ont pour objet principal la traduction, l’édition et la diffusion de la Bible. 1

La Bible est le livre le plus imprimé !

Le nombre total d’exemplaires de la Bible imprimés depuis l’invention de Gutenberg s’élèverait à plus de deux milliards. De nos jours, la cadence de son impression ne fait que croître.

La Bible est le livre le plus traduit !

La diffusion de la Bible est étroitement liée au travail inlassable de traduction. Au temps de Luther, il y avait environ quinze traductions en différentes langues. En 1600, leur nombre était de 40, en 1700 seulement 52. Ensuite ce nombre fit un bond : après les 75 traductions en 1800, on atteignait en 1900 les 567.

Actuellement, la Bible, ou des portions de celle-ci, existe en plus de 2000 langues. Ce nombre est en progression constante.

Vous venez de lire de quelle manière particulière la Bible a été transmise ; c’est Dieu lui-même qui veille sur sa Parole.

Il a créé les conditions pour que la Bible puisse être diffusée en un très grand nombre d’exemplaires.

Il a aussi attisé le zèle avec lequel la Bible fut copiée, imprimée, et diffusée.

Notes

1L’éditeur de cette brochure diffuse des bibles à des tarifs très réduits [accéder à la boutique] et peut sur votre demande et sans engagement de votre part vous offrir gratuitement un Nouveau Testament [voir cette offre].