Bannière
La transmission de la Bible
A. Remmers

Johann Gutenberg, le grand inventeur

C’est en 1448 que l’imprimerie avec des lettres métalliques mobiles fut inventée. Johannes Gensfleich, surnommé Johann Gutenberg, acheva la mise au point de l’imprimerie à Mayence. Probablement dès 1450, Gutenberg commença les travaux préliminaires à l’impression de la « Bible à 42 lignes » (expression qui provient de la disposition du texte de chaque page sur deux colonnes de 42 lignes). Tout ce dont il avait besoin pour son entreprise, depuis les lettres jusqu’à l’encre d’imprimerie, devait être confectionné selon ses plans.

Gutenberg conçut 290 caractères différents ; ainsi, on pouvait à peine distinguer le texte imprimé d’un manuscrit. Pour une page de la Bible à 42 lignes, il lui fallait environ 2500 lettres. L’ouvrage complet comporte deux tomes, soit 1282 pages imprimées. Chacun des six compositeurs qui travaillaient dans l’atelier de Gutenberg devait avoir assez de lettres pour trois jours d’avance (à cause de la chaîne composition-impression), et il fallut préparer une énorme réserve de près de 48 000 lettres. Cette première bible ne fut pas seulement imprimée sur du papier mais aussi sur du parchemin. Il fallait environ une journée pour la composition d’une page. Ensuite elle allait à la presse qui permettait à peu près dix impressions à l’heure, on l’en retirait et on la suspendait pour la laisser sécher, le papier étant humidifié avant utilisation. Dans la composition, on laissait un emplacement libre pour la première lettre de chaque nouveau chapitre.

Cette initiale était peinte à la main, en rouge, par le rubricateur qui peignait aussi les titres en lettres rouges. Quant aux enluminures, elles étaient réalisées par des spécialistes, les enlumineurs.

Il a fallu deux années entières pour terminer cette première impression. Elle comportait 180 exemplaires de la Bible dont 45 ont été conservés, pour certains seulement par fragments.

La Vulgate (Bible en latin) fut le premier livre au monde à être imprimé en série.

Rapidement, la technique de l’imprimerie se répandit en Europe et des ateliers s’établirent en Allemagne, en Hollande, en France, en Italie, en Espagne. On imprimait alors soit le texte latin, soit des traductions de la Vulgate. Ainsi, la Réforme allait bénéficier de cette merveilleuse découverte.