Bannière
L'Assemblée du Dieu vivant
A. Gibert

Se réunir autrement que selon l’Écriture ne peut être qu’une simple forme religieuse. Ne disons pas qu’une âme sincère, quoique mal enseignée, n’y trouvera rien, et que Dieu ne puisse la tenir pour agréable (Actes 10. 35). Mais elle restera étrangère au témoignage rendu à l’unité du corps de Christ et elle ignorera la bénédiction “commandée là”, comme elle l’était à Sion pour le peuple d’Israël, la rosée descendant de l’Hermon, l’huile précieuse descendant de la tête du vrai Aaron (Psaume 133). Elle ne connaîtra pas la libre action du Saint Esprit qui lie “les frères habitant unis ensemble” à Christ ressuscité.

Mais se rassembler en dehors des multiples organisations humaines de la chrétienté, n’est-ce pas ajouter encore au morcellement de celle-ci ? C’est là un grief sans cesse élevé contre ceux qui se sont estimés contraints, par obéissance au Seigneur, de sortir vers lui “hors du camp”, pour se grouper autour de lui seul.

Il ne nous est pas possible d’empêcher cette accusation. Mais nous devons prendre garde de ne pas la mériter, et pour cela bannir de nos cœurs tout esprit sectaire. Le Seigneur nous appelle, non à être une fraction de l’Église qui aurait la prétention de faire mieux que les autres, mais à marcher là où devrait marcher l’Église tout entière, et comme si, tout entière, elle était là autour de Christ.