Bannière
Commentaire sur l'épître à Philémon
S. Berney

Onésime, le frère qui fait l’objet de l’épître à Philémon, n’est mentionné ailleurs que dans l’épître aux Colossiens. Il est sans doute intéressant et profitable de comparer les personnes citées dans ces deux lettres.

Épître à PhilémonÉpître aux Colossiens
RédacteurPaul, TimothéePaul, Timothée
DestinatairesPhilémon, Apphie, Archippe et l’assemblée qui se réunit dans la maison de PhilémonLes saints et fidèles frères en Christ qui sont à Colosses
Indications sur les personnes citées dans l’épître :
PaulPrisonnier de Jésus ChristApôtre du Christ Jésus
TimothéeLe frèreLe frère
PhilémonBien-aimé compagnon d’œuvre
ApphieLa sœur
ArchippeCompagnon d’armesDoit prendre garde au service qu’il a reçu dans le Seigneur
ÉpaphrasCompagnon de captivité dans le Christ JésusBien-aimé compagnon de service, fidèle serviteur du Christ, esclave du Christ Jésus
MarcCompagnon d’œuvreNeveu de Barnabas, compagnon d’œuvre
AristarqueCompagnon d’œuvreCompagnon de captivité et compagnon d’œuvre
DémasCompagnon d’œuvre (pas de qualificatif)
LucCompagnon d’œuvreMédecin bien-aimé
JésusAppelé Juste, de la Circoncision, compagnon d’œuvre
TychiqueBien-aimé frère, fidèle serviteur, compagnon de service
OnésimeEnfant spirituel de l’apôtre PaulFidèle et bien-aimé frère, qui est des vôtres

En étudiant les noms dans ces deux épîtres, il est permis de supposer que l’épître à Philémon a été écrite avant celle aux Colossiens :

  • L’épître à Philémon concerne le retour d’Onésime suite à sa conversion, tandis que, dans l’épître aux Colossiens, Onésime est désigné comme “fidèle et bien-aimé frère, qui est des vôtres”, ce qui semble indiquer qu’il était déjà connu comme tel par les frères et sœurs à Colosses.
  • Dans l’épître à Philémon, Aristarque est qualifié de “compagnon d’œuvre”, alors qu’il est également nommé “compagnon de captivité” dans les Colossiens. La fidélité de ce serviteur dans l’œuvre du Seigneur ne l’a-t-elle pas conduit à la captivité ?
  • Dans l’épître à Philémon, Démas est qualifié de “compagnon d’œuvre”, alors que son nom est simplement cité dans l’épître aux Colossiens. Le fait que Paul note son abandon dans la dernière épître qu’il ait écrite (2 Timothée 4. 10), semble traduire le déclin spirituel de ce frère et mettre en évidence la chronologie de ces épîtres.
  • Archippe est nommé “compagnon d’armes” dans l’épître à Philémon, tandis que dans l’épître aux Colossiens, ce frère est averti de prendre garde à accomplir son service.