Bannière
Le chrétien et l'argent

Chaque chrétien qui a cru au sacrifice de Christ et qui est à l’abri de son sang est immensément riche. Il possède des trésors bien plus grands que tout ce que le monde peut offrir. Et pourtant, il est en permanence confronté au danger d’être aveuglé, de se tromper de richesses, et de rechercher sur la terre celles que recherchent les hommes sans Dieu. Nos bénédictions sont du ciel, ne l’oublions jamais. Et nous appartenons entièrement au Seigneur, personnes et biens.

Notre rapport à l’argent nous amène finalement aux questions essentielles de la vie chrétienne : à quoi ou à qui suis-je réellement attaché ? Quelles sont les priorités de ma vie ? st-ce que je vis pour moi-même, ou « pour celui qui pour moi est mort et a été ressuscité » (2 Corinthiens 5. 15) ?

Mettons les choses dans l’ordre : « cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela [ce dont vous avez besoin pour vivre] vous sera donné par-dessus » (Matthieu 6. 33).

La prière du croyant concernant ses besoins quotidiens devrait être ce qu’exprime ce verset des Proverbes : « Ne me donne ni pauvreté ni richesse ; nourris-moi du pain qui m’est nécessaire » (Proverbes 30. 8). Notre Dieu connaît nos besoins, il aime bénir et donner. Apprenons à nous confier entièrement en lui, à rechercher toujours ce qui lui plaît et à être reconnaissants de ce qu’il donne.

Le psaume 37 rapporte l’expérience d’une vie de confiance et de dépendance pour un croyant :

« Confie-toi en l’Éternel, et pratique le bien ; habite le pays et repais-toi de fidélité, et fais tes délices de l’Éternel : et il te donnera les demandes de ton cœur… Demeure tranquille, appuyé sur l’Éternel, et attends-toi à lui… Mieux vaut le peu du juste que l’abondance de beaucoup de méchants… Le méchant emprunte et ne rend pas ; mais le juste use de grâce, et donne… J’ai été jeune et je suis vieux, et je n’ai pas vu le juste abandonné, ni sa descendance cherchant du pain » (Psaume 37. 3, 7, 16, 21, 25).

Oui, « celui qui croit en Dieu ne sera pas confus » (Romains 10. 11).