Bannière

Le Seigneur est proche

Jeudi 10 juin 2021
Quand je suis allé auprès de vous, frères, ce n’est pas avec supériorité de parole ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu ; car je n’ai pas jugé bon de savoir quoi que ce soit parmi vous, sinon Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié.
1 Corinthiens 2. 1, 2
Sagesse de l’homme et sagesse de Dieu

Il est rafraîchissant de voir avec quelle simplicité Paul est dévoué au Seigneur Jésus. Bien qu’il ait été un homme instruit, ayant eu le privilège d’être formé dans les meilleures écoles religieuses, il n’essayait pas d’impressionner qui que ce soit par ses connaissances. Son apparence physique n’était pas frappante, et son langage ne pouvait pas se comparer à celui de beaucoup d’autres, mais les Corinthiens étaient impressionnés par le contenu de ses paroles, et on affirmait que ses lettres avaient “du poids et de la force” (2 Corinthiens 10. 10). C’était de la vraie connaissance – la connaissance du Seigneur Jésus. L’apôtre se concentrait sur la personne du Seigneur Jésus Christ et sur son oeuvre à la croix. Paul avait été envoyé “pour évangéliser, non pas avec sagesse de parole, afin que la croix du Christ ne soit pas rendue vaine” (1 Corinthiens 1. 17).

La croix du Seigneur Jésus anéantit toute la sagesse humaine, car celle-ci ignore le triste fait de la culpabilité de toute l’humanité devant Dieu. Elle n’offre donc pas de réponse à cette situation si grave. Seul Jésus Christ crucifié répond à cet état désespéré dans le péché. La parfaite réponse au péché a été donnée à la croix de Christ ; c’est là que le péché a été jugé et ôté de devant Dieu.

Quiconque reçoit Christ comme Sauveur est pardonné de ses péchés et justifié aux yeux de Dieu. Il n’est pas étonnant que l’apôtre Paul se soit détourné complètement de la sagesse de ce monde pour se consacrer entièrement à Celui qui s’est volontairement offert sur la croix comme sacrifice pour nos péchés, qui est le seul Sauveur de ceux qui sont perdus.

L.M. Grant
Pour moi, qu’il ne m’arrive pas de me glorifier, sinon en la croix de notre Seigneur Jésus Christ, par laquelle le monde m’est crucifié, et moi au monde.

Galates 6. 14