Bannière

Le Seigneur est proche

Jeudi 9 juillet 2020
Père, je veux, quant à ceux que tu m’as donnés, que là où moi je suis, ils y soient aussi avec moi, afin qu’ils contemplent ma gloire, que tu m’as donnée.
Jean 17. 24
Une déclaration d’amour

Conduits par le Saint Esprit, les auteurs des évangiles nous montrent à plusieurs reprises l’amour du Seigneur pour les siens. Jean rappelle que “Jésus aimait Marthe, et sa sœur, et Lazare” (Jean 11. 5). Et nous lisons avec émotion ce qu’il nous dit quelques heures avant la croix : “Jésus… ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin” (Jean 13. 1).

Cependant, dans les évangiles, on ne voit jamais le Seigneur dire directement Je t’aime à l’un ou l’autre. D’une certaine manière, il n’en avait pas besoin. Sa vie, son attitude, ses paroles… tout cela proclamait à ceux qui le côtoyaient qu’il les aimait. Le Seigneur a montré son amour d’une manière pratique. Il accueillait tous ceux qui venaient à lui, les écoutait, les guérissait. Il a donc démontré son amour par ses actes. Mais le plus grand de tous, n’est-il pas celui que le Seigneur a lui-même indiqué à ses disciples : “Personne n’a un amour plus grand que celui-ci, qu’il laisse sa vie pour ses amis” (Jean 15. 13) ?

Et lorsque, dans le verset du jour, nous l’entendons demander : “Père, je veux, quant à ceux que tu m’as donnés, que là où moi je suis, ils y soient aussi avec moi”, nos cœurs sont étreints par cette merveilleuse déclaration de son amour pour nous. Vouloir être avec quelqu’un, désirer sa présence et souhaiter ne plus jamais être séparé de lui, cela ne revient-il pas à lui dire Je t’aime ?  Jésus l’a dit aussi à ceux pour lesquels il allait laisser sa vie : “Je vais vous préparer une place… je reviendrai et je vous prendrai auprès de moi, afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi” (Jean 14. 2, 3). Laissons-nous pénétrer par cette merveilleuse déclaration d’amour de Celui qui nous aime tellement qu’il veut nous avoir avec lui pour l’éternité !

C’est bien en étant étreints par cet amour profond que, comme l’apôtre Paul, chacun de nous pourra affirmer avec une pleine certitude : “Le Fils de Dieu m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi” (Galates 2. 20). “L’amour du Christ nous étreint, en ce que nous avons jugé ceci, que si un est mort pour tous, tous donc étaient morts, et qu’il est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité" (2 Corinthiens 5. 14, 15). Que nous puissions, nous aussi, lui déclarer notre amour par nos actes.