Bannière

Le Seigneur est proche

Dimanche 13 juin 2021
La sagesse a bâti sa maison… elle a tué ses bêtes, elle a mixtionné son vin, elle a aussi dressé sa table… elle crie sur les sommets des hauteurs de la ville : Qui est simple ? qu’il se retire ici. À celui qui est dépourvu de sens, elle dit : Venez, mangez de mon pain, et buvez du vin que j’ai mixtionné. Laissez la sottise, et vivez, et marchez dans la voie de l’intelligence.
Proverbes 9. 1-6
Ecouter la voix de la sagesse ou la voix de la folie

Le livre des Proverbes personnifie la sagesse : il la compare à une femme généreuse ayant préparé un festin pour tous ceux qui entrent dans sa maison. Elle est une image du Seigneur Jésus, la source de notre sagesse (1 Corinthiens 1. 30), car il invite tous ceux qui ont soif à venir à lui et à boire.

Mais il y a une autre voix dans Proverbes 9 : la voix de la folie. Si nous ne sommes pas prévenus, nous pouvons facilement nous laisser charmer par son invitation, car elle est tout d’abord identique à l’appel de la sagesse. Mais cette voix est trompeuse. Elle aussi s’écrie : “Qui est simple ? qu’il se retire ici” (v. 16) ! Elle aussi offre un festin ; mais si nous demandons ce qu’offre la folie, elle promet la douceur de l’eau volée et du pain acquis malhonnêtement – les plaisirs éphémères du péché. Ceux-ci sont en effet attirants pour nos désirs naturels, sinon elle ne les offrirait pas ; et beaucoup de ceux qui avaient l’intention de passer à côté de la folie se sont détournés vers elle pour se rassasier des mauvais plaisirs qu’elle offrait (v. 15-18).

Nous devons nous exercer à discerner cette voix de la folie. Elle crie pour attirer l’attention, réclamant une place juste à côté de la sagesse, “les lieux élevés de la ville” (v. 14). Il y a bien des voix concurrentes dans le monde, et il est important d’en avoir conscience ! N’avons-nous pas à chercher de plus grands plaisirs que la nourriture de la folie ? Qui se contenterait de pain et d’eau, mangés en secret comme des coupables, alors que nous pourrions nous asseoir à une table de fête garnie de viande et de vin ? En nous exerçant à discerner le bien et le mal (voir Hébreux 5. 14), nous développons notre maturité spirituelle, sachant que les tentations ne peuvent jamais satisfaire notre âme.

S. Campbell