Bannière

Le Seigneur est proche

Jeudi 22 août 2019
Sa divine puissance nous a donné tout ce qui concerne la vie et la piété par la connaissance de celui qui nous a appelés par la gloire et par la vertu.
2 Pierre 1. 3
L'appel et l'élection de Dieu

L’appel de Dieu reflète ce qu’il est, tandis que sa puissance produit une réponse chez ceux qu’il appelle. “Le Dieu de toute grâce” (1 Pierre 5. 10) est le grand Créateur et Rédempteur qui apporte la vie là où règne la mort. Il agit en nous qui avons été appelés, afin de nous perfectionner et de nous préparer à sa gloire éternelle. Alors que nous sommes encore sur cette terre, la crainte de Dieu nous forme à une communion réelle avec lui et avec ceux qu’il a appelés. La pleine connaissance de Celui qui appelle demande une relation consciente d’amour avec lui; en effet, son appel nous a introduits auprès de Dieu qui est amour, à sa propre gloire et à sa vertu – ou excellence morale.

Il est dit, dans la version utilisée ici, que Dieu “nous a appelés par la gloire et par la vertu”, ce qui n’est pas en contradiction: les deux pensées sont vraies. Comme résultat, les chrétiens – les croyants vraiment nés de nouveau – peuvent avoir la vie et la communion avec lui dès maintenant et pour toujours, et cela a été rendu possible par l’appel efficace de la puissance de Dieu – “par la gloire”. Pierre savait qu’il quitterait bientôt la terre. Comme berger (Jean 21. 15-17), il désirait que tous les croyants “croissent dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ” (2 Pierre 3. 18). Il souhaitait que tous s’appliquent à utiliser les ressources divines et progressent dans le chemin de la foi. Il leur dit: “C'est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre appel et votre élection, car en faisant cela vous ne faillirez jamais” (1. 10). L’appel de Dieu et son élection impliquent que les croyants s’investissent pour accomplir le commandement de Dieu – “par la vertu”.

Notre esprit ne peut pas saisir comment Dieu, dans sa grâce souveraine, ne met pas de côté notre propre responsabilité. Le défi de Pierre montre ces deux côtés: lorsque nous faisons ce que Dieu désire, Dieu fait son œuvre, et tout le mérite lui en revient. Appelés à hériter d’une bénédiction (1 Pierre 3. 9), nous devons être des vainqueurs zélés. Dieu fait toujours sa part: “C'est un Dieu fidèle” (Deutéronome 32. 4). Puissions-nous faire aussi fidèlement ce qu’il nous demande.

A.E. Bouter
Écouter
Choisir une date