Bannière
Le Seigneur est proche
Vendredi 16 novembre 2018
Anne parlait dans son cœur ; ses lèvres seulement remuaient, mais on n'entendait pas sa voix… Et Éli lui dit : Jusques à quand seras-tu ivre ? Ôte ton vin d'avec toi… Éli répondit et dit : Va en paix ; et que le Dieu d'Israël t'accorde la demande que tu lui as faite ! … Éli dit à Samuel : Va, couche-toi ; et s'il t'appelle, alors tu diras : Parle, Éternel, car ton serviteur écoute.
1 Samuel 1. 13, 14, 17  ; 3. 9
Les juges d'Israël – Éli (1)
Faiblesse coupable

Éli a été souverain sacrificateur et juge en Israël pendant 40 ans, mais il était un homme faible. Ses fils se conduisaient très mal, ils étaient “des fils de Bélial” (1 Samuel 2. 12) : ils dérobaient à Dieu sa part dans les sacrifices en même temps qu'ils prenaient aux adorateurs leur part propre (v. 13-17), et ils avaient une conduite immorale envers les femmes qui s'assemblaient à la porte de la tente d'assignation (v. 22). Éli n'a pas fait cesser ces mauvaises actions, ni comme père, ni comme juge ou sacrificateur.

Anne, une femme pieuse, était attristée par ce qu'elle voyait dans “le temple de l'Éternel” (1. 9) ainsi que par les paroles blessantes que lui adressait toujours Peninna, l'autre femme de son mari. Alors qu'elle priait silencieusement, demandant un fils qu'elle donnerait à l’Éternel, Éli, qui l'observait, n'a pas du tout compris la situation. Il l'a accusée d'ivresse et lui a ordonné d’arrêter de boire (v. 12-14). Toutefois, après avoir entendu Anne lui expliquer ce qu'elle avait fait, Éli a compris son chagrin et lui a souhaité la bénédiction de Dieu avant qu'elle reparte (v. 15-18).

Quelques années plus tard, nous retrouvons ce même juge sans intelligence spirituelle par rapport à ce qui se passe autour de lui. Il n'a pas agi d'après ce qu'il a vu et ce qui lui a été rapporté (2. 22), et n'a pas tenu compte du message d'avertissement – “Tu honores tes fils plus que moi” – que l'Éternel lui adresse par “un homme de Dieu” (v. 27, 29). Devenu aveugle physiquement et n'ayant pas compris, à deux reprises, que l’Éternel appelait le jeune Samuel, il dit au garçon de se coucher et de se rendormir. C'est seulement quand l’Éternel appelle Samuel pour la troisième fois que le vieux sacrificateur prend conscience de ce qui se passe et donne à Samuel de meilleures directives (3. 2-9).

Prenons garde à agir toujours avec discernement et fermeté contre le mal, même dans notre propre famille, et à encourager ce qui est bien !

E.P. Vedder