Bannière

Le Seigneur est proche

Mercredi 22 janvier 2020
Je suis devenu grand et je me suis accru plus que tous ceux qui ont été avant moi… Et quoi que mes yeux aient désiré, je ne les en ai point privés ; je n’ai refusé à mon cœur aucune joie… et voici, tout était vanité et poursuite du vent, et il n’y en avait aucun profit sous le soleil.
Ecclésiaste 2. 9-11
L’Ecclésiaste et le chrétien (2)

À plusieurs reprises l’Ecclésiaste présente les choses de façon un peu décourageante : vanité des vanités, tout est vanité et poursuite du vent. C’est le résultat répété de tous les efforts que l’auteur a faits pour trouver le sens de la vie, pour trouver une satisfaction réelle “sous le soleil”. Salomon avait pu faire l’expérience de presque tout ce que l’on peut connaître sur la terre. Il avait essayé de jouir du bien-être (2. 1) ; de l’alcool (2. 3) ; d’un train de vie luxueux (2. 4-6) ; du succès dans les affaires (2. 7-8a) ; de la culture, de la musique (2. 8b) ; du sexe (2. 8c) ; de la recherche par l’intelligence ou la sagesse (2. 12-17).

Le résultat a toujours été la même conclusion déprimante que dans le texte d’aujourd’hui, car nous lisons plus loin : “Et j’ai haï la vie… car tout est vanité et poursuite du vent… Alors je me suis mis à faire désespérer mon cœur à l’égard de tout le travail dont je me suis travaillé sous le soleil” (2. 17, 20).

Quel bénéfice le chrétien a-t-il dans l’étude d’un tel livre ? Je mentionnerai seulement trois façons dont on peut en tirer profit :

– Premièrement, c’est un exercice très utile lorsque, comme croyants, nous prenons conscience que le vrai sens de la vie, la vraie satisfaction, ne se trouve pas “sous le soleil”, c’est-à-dire dans ce monde.

– Deuxièmement, le Seigneur a dit que toute l’Écriture parle de Lui (Jean 5. 39). Si nous sommes attentifs, nous trouverons des allusions à sa Personne, même dans ce livre (à commencer par les versets suivants : 4. 12 ; 7. 28 ; 9. 14, 15).

– Troisièmement, quand nous considérons les versets de l’Ecclésiaste à la lumière du Nouveau Testament, ils ont aussi un message pour le croyant. Nous le verrons en continuant à lire et à méditer ce livre.

M. Vogelsang