Bannière
Le Seigneur est proche
Lundi 17 juin 2019
Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu.
Matthieu 4. 7
Tenter le Seigneur

Nous lisons au Psaume 91 : “Parce que toi tu as mis l’Éternel, mon refuge, le Très-haut, pour ta demeure, aucun mal ne t'arrivera… car il commandera à ses anges à ton sujet, de te garder en toutes tes voies” (v. 9-11). N'était-ce pas parfaitement vrai pour le Seigneur Jésus ? Dieu garde ceux qui se confient en lui, qui font de lui leur demeure, parce qu'ils se rejettent sur lui.

Quand le diable a suggéré à Jésus de se jeter du haut du temple, n'était-ce pas une excellente occasion pour Dieu de montrer publiquement quel plaisir il trouvait dans son Fils et d'envoyer rapidement des anges pour le délivrer ? Non ! Cela aurait été tenter Dieu et, de plus, cela n'aurait pas été l'attitude de Celui qui faisait de l’Éternel sa demeure ! Mais le Seigneur savait tout cela ; en fait, il connaissait tout parfaitement, Lui, la Parole vivante. Il employait bien les Écritures et montrait sa parfaite dépendance, comme seul l'Homme parfait pouvait le faire.

Et nous, est-ce que nous tentons parfois le Seigneur ? Hélas, nous devons avouer qu'il nous arrive de nous mettre dans des situations difficiles et d'essayer ensuite d'insister auprès de Dieu pour qu'il nous en tire – des situations dans lesquelles nous ne nous serions jamais trouvés si nous avions fait de Dieu notre demeure, si nous avions marché dans le chemin de la piété et d'une humble obéissance. Il en est de même quand nous citons les Écritures de façon inexacte afin de justifier une certaine ligne de conduite, en faisant exactement ce que le diable voulait que notre Seigneur fasse. Nous disons : Cette affaire n'est-elle pas la volonté de Dieu ? N'est-elle pas en accord avec sa pensée ? – Il en est peut-être ainsi, mais le Seigneur ne vous conduit pas à faire cela, et son Esprit en témoigne à votre conscience troublée – troublée à cause de la lutte avec son Esprit pour satisfaire certaines ambitions personnelles ou la propre volonté, sous une apparence de piété. La chair qui se revêt de religion est un ennemi insidieux. Que nous puissions être agréables à Dieu, comme l'était son Fils, en faisant du Seigneur notre demeure, et en nous attendant à lui en toutes choses.

A. Leclerc