Bannière

La Bonne Semence

Lui, a porté nos langueurs, et s’est chargé de nos douleurs ; et nous, nous l’avons estimé battu, frappé de Dieu, et affligé ; mais il a été blessé pour nos transgressions, il a été meurtri pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix a été sur lui, et par ses meurtrissures nous sommes guéris.
Ésaïe 53. 4, 5
Il lui annonça Jésus (1)

Le livre des Actes nous rapporte ce qui suit au sujet d’un des premiers chrétiens.

“[Philippe] se leva et s’en alla. Voici, un Éthiopien…, haut placé à la cour de Candace reine des Éthiopiens…, était venu pour adorer à Jérusalem, et s’en retournait ; assis dans son char, il lisait le prophète Ésaïe. L’Esprit dit à Philippe :

– Approche-toi de ce char et rejoins-le. Philippe accourut et l’entendit qui lisait le prophète Ésaïe ; il dit :

– Mais comprends-tu ce que tu lis ? Il répondit :

– Comment donc le pourrais-je, si personne ne me guide ?

Il pria Philippe de monter s’asseoir à côté de lui. Or le passage de l’Écriture qu’il lisait était celui-ci : Il a été mené comme une brebis à la boucherie ; et comme un agneau, muet devant celui qui le tond, ainsi il n’ouvre pas la bouche ; dans son humiliation, la justice lui a été déniée ; et sa génération, qui la racontera ? car sa vie est ôtée de la terre. [L’Éthiopien] dit à Philippe :

– Je te prie, de qui le prophète dit-il cela ? De lui-même, ou de quelqu’un d’autre ?” (Actes 8. 27-34)

Cet Éthiopien avait vu le temple, entendu le chant des psaumes de David. Mais il n’avait pas rencontré Celui qui, autrefois, remplissait ce temple, inspirait le culte… et que les hommes avaient finalement chassé.

Pendant la fête, on lisait la première partie de la Bible. Assis dans son char, l’Éthiopien lisait un texte du prophète Ésaïe. C’est à ce moment-là que Dieu lui envoie un chrétien, nommé Philippe, pour lui annoncer Jésus.

×
Écouter
Écouter