Bannière

La Bonne Semence

La fervente supplication du juste peut beaucoup. Élie était un homme ayant les mêmes penchants que nous : il pria avec instance pour qu’il ne pleuve pas, et il ne tomba pas de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois ; il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie.
Jacques 5. 16-18
Sur l’épître de Jacques (3) Le croyant confiant

Une prière fervente est le contraire d’une prière faite du bout des lèvres, sans conviction. C’est une prière qui attend avec patience une réponse précise. C’est ainsi que priait le prophète Élie. En lisant les chapitres 17 et 18 du 1er livre des Rois, nous comprenons que c’est Dieu qui a empêché la pluie de tomber pendant plus de trois ans. Auparavant, il avait invité Élie à se cacher près d’un torrent où il a été nourri miraculeusement par des corbeaux qui lui apportaient du pain et de la viande. C’est aussi Dieu qui a permis qu’il pleuve de nouveau. Et pourtant, l’apôtre Jacques, inspiré par le Saint Esprit, vient nous révéler que Dieu a agi ainsi en réponse à la prière pressante du prophète.

Le patriarche Isaac a prié pendant 20 ans pour avoir un enfant, alors que sa femme était stérile (Genèse 25. 20-26). On pourrait s’étonner que Dieu ait mis beaucoup de temps pour répondre. Isaac aurait aussi pu se lasser et cesser de prier. Mais Dieu a un plan pour chacun et veut parfois tester notre foi, non pour nous faire douter ou nous décourager, mais au contraire pour renforcer notre confiance en lui et nous apprendre à compter pleinement sur lui.

Un croyant qui se confie habituellement en Dieu, dans les détails de sa vie, lui présentera sans hésitation les situations difficiles, peut-être sans solution humaine, qui le touchent au plus profond de ses affections. Prions avec foi, avec persévérance, seul ou à plusieurs. Dieu répondra, à sa manière et au moment qu’il estimera bon.

×
Écouter
Écouter