Bannière
Le Seigneur est proche
Mercredi 12 juin 2019
Les lévites, les chantres… et avec eux 120 sacrificateurs sonnant des trompettes – il arriva, lorsque les trompettes et les chantres furent comme un seul homme… que la maison, la maison de l’Éternel, fut remplie d'une nuée ; et les sacrificateurs ne pouvaient pas s'y tenir pour faire le service, à cause de la nuée, car la gloire de l’Éternel remplissait la maison de Dieu.
2 Chroniques 5. 12-14
L'inauguration du temple de Salomon

Cette scène a eu lieu à l'occasion de l’inauguration du temple que Salomon avait bâti pour être “une maison d'habitation” pour l'Éternel (2 Chroniques 6. 2). Les événements rapportés ici sont intéressants et très instructifs pour nous qui faisons aujourd'hui partie de la maison de Dieu.

La gloire de Dieu descend et remplit le temple à son inauguration, à tel point que les sacrificateurs ne peuvent même pas s'y tenir. On note un autre caractère particulier qu'il faut souligner : il y a “120 sacrificateurs sonnant des trompettes”. Il est donc significatif que, mille ans après cet événement, 120 croyants se trouvent dans une chambre haute à Jérusalem lorsque le Saint Esprit descend comme un “souffle violent et impétueux” (Actes 1. 15 ; 2. 1, 2). La similitude frappante de ces nombres nous apprend quelque chose. Lorsque le Saint Esprit est descendu à la Pentecôte, sa présence a constitué les croyants en quelque chose qui jusque-là n'avait pas existé. Ils étaient désormais liés ensemble en devenant une nouvelle habitation pour Dieu – comme inaugurée à ce moment-là. C'est ce que dit l'apôtre Paul : “En lui (Christ), vous aussi, vous êtes édifiés ensemble, pour être une habitation de Dieu par l'Esprit” (Éphésiens 2. 22). Le temple de Salomon en était une image donnée à l'avance par Dieu.

Les détails de cette dédicace du temple de Salomon soulignent donc, sous une forme imagée, le désir et le plan de Dieu d'habiter avec l'homme. Il n'y a pas de contradiction avec le fait que Dieu “n'habite pas dans des temples faits de main” (Actes 17. 24) – et même Salomon en avait conscience (voir 2 Chroniques 6. 18) –, mais qu'il habite maintenant dans les croyants, à la fois individuellement (1 Corinthiens 6. 19) et collectivement (3. 16). Est-ce que nous percevons cela de façon quotidienne ? Sommes-nous conscients du privilège élevé et saint qui nous a été accordé ? Cela est vrai, et nous devrions marcher d'une manière qui y corresponde.

B. Reynolds