Bannière

La Bonne Semence

Lundi 6 mai 2019
Si je parle dans les langues des hommes et des anges, … si j’ai le don de prophétie, si je connais tous les mystères et possède toute la connaissance, si j’ai toute la foi de manière à transporter des montagnes, mais que je n’aie pas l’amour, je ne suis rien.
1 Corinthiens 13. 1, 2
Le fruit de l’Esprit : l’amour (2)

La première saveur du fruit de l’Esprit est l’amour.

Le mot grec employé ici est “agapè”. Ce n’est ni l’amour passionnel, que les Grecs nommaient “éros”, ni celui, tendre et paisible, qu’ils nommaient “philia”, l’amour des couples unis ou des parents pour leurs enfants. L’apôtre Paul emploie le mot “agapé”, l’amour qui donne au lieu de prendre, l’amour qui veut le bien de l’autre. Cet amour-là ne dépend pas des mérites de l’autre pour s’exprimer, il rayonne en toute circonstance. Un tel amour se reçoit de Dieu. Il “est versé dans nos coeurs par l’Esprit” (Romains 5. 5) et il est le fruit de l’Esprit.

Nous pouvons, sans doute, témoigner que nos meilleurs souvenirs ont été marqués de cet amour que nous avons donné ou reçu. Souvenons-nous aussi que Jésus condense la centaine de pages de la loi en un seul verbe : AIMER (lire Marc 12. 29-31). Il en donne la mesure parfaite, suprême, quand il laisse sa vie pour sauver ses ennemis.

Amis chrétiens, c’est le Saint Esprit, et non l’observance de règles, de lois, qui doit inspirer notre vie, nos actes et nos attitudes. La vie chrétienne ne se résume donc pas à une compréhension juste de la doctrine biblique, ni même à sa mise en pratique. Elle est une réalité chaleureuse et bienfaisante qui inclut notre personne tout entière, notre intelligence, notre volonté, nos émotions, et qui nous pousse à aimer “en action et en vérité” (1 Jean 3. 18). “L’amour se réjouit avec la vérité” (1 Corinthiens 13. 6).