Bannière
La Bonne Semence
Jeudi 18 avril 2019
(Jésus dit : ) Moi, je suis le cep, vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car, séparés de moi, vous ne pouvez rien faire.
Jean 15. 5
Croire et pratiquer (2)

“Je suis croyant mais non pratiquant ! ” entend-on quelquefois. Que penserait-on de quelqu'un qui dirait : je suis pianiste, mais je ne pratique pas ? Cette déclaration se contredit elle-même ! Ainsi un croyant qui ne pratique pas n'est pas un croyant. Car “la foi sans œuvres est morte” (Jacques 2. 26).

Mais que signifie “pratiquer” ? Est-ce aller à l'église quelquefois dans l'année, respecter certains rites ou certaines traditions, remplir tous les devoirs religieux communément imposés ? Non ! C'est avoir une relation personnelle avec Jésus Christ, le Fils de Dieu ! Comment une telle relation pourrait-elle être négligée ? À ceux qui avaient cru en Jésus, l'apôtre Pierre écrivait : “Bien que maintenant vous ne le voyiez pas, vous vous réjouissez d'une joie ineffable et glorieuse” (1 Pierre 1. 8). Comment vivre dans “la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi” (Galates 2. 20), sans qu'il y ait d'effets dans ma vie ?

La foi et les œuvres accomplies par la foi sont inséparables. Cette vie dans la proximité de Jésus se traduit concrètement par la lecture de la Bible, la prière et le désir de se réunir avec des chrétiens. Elle est marquée par l'amour pour eux, la générosité, le désir de parler autour de soi de Jésus Christ, et d'obéir librement à ce qu'il enseigne. L'évangile dit que “c'est au fruit que se reconnaît l'arbre” (Matthieu 12. 33). Chacun doit se poser la question : est-ce que je ressemble à un bon arbre ou à un mauvais ? Suis-je un vrai croyant ou me manque-t-il le lien vital avec Christ ?

(la fin jeudi prochain)