Bannière

La Bonne Semence

Vendredi 5 avril 2019
Depuis que tu es devenu précieux à mes yeux, tu as été glorieux, et moi, je t’ai aimé.
Ésaïe 43. 4
Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme inique, ses pensées, et qu’il retourne à l’Éternel, et il aura compassion de lui, – et à notre Dieu, car il pardonne abondamment.
Ésaïe 55. 7
De la valeur pour Dieu (1)

Notre société nous pousse en permanence à faire nos preuves ; nous sommes sans cesse évalués, à l’école, au travail. On vante la performance, qu’elle soit sportive, artistique, industrielle… Une vie “réussie” se mesure souvent à la carrière professionnelle ou au statut social. Selon cette échelle de valeurs, nous serons considérés comme “étant quelqu’un” ou non. Mais alors, si nous sommes confrontés aux déchirements de la vie – chômage, maladie, divorce…- nous ne sommes “plus personne” ?

La bonne nouvelle de l’évangile, c’est que nous n’avons pas à faire quoi que ce soit pour “être quelqu’un”, mais simplement à croire. Dieu nous aime sans aucune condition. Il dit à chacun : “Tu as de la valeur à mes yeux !” L’amour de Dieu n’est pas du même ordre que nos sentiments humains, qui peuvent s’affaiblir, s’éteindre, voire se changer en haine. Il s’agit au contraire d’un accueil, d’une fidélité inébranlables.

Dans l’évangile, Jésus raconte l’histoire d’un jeune homme qui demande à son père sa part d’héritage et s’en va dans un pays lointain où il gaspille tout, en vivant dans la débauche. Puis il regrette son choix et retourne chez son père. Avant même qu’il ait pu dire quoi que soit, celui-ci se précipite vers lui et le serre dans ses bras : pas un reproche, pas une punition (Luc 15. 11-32).

Ce récit illustre l’amour de Dieu pour nous : un amour qui ne dépend pas de ce que nous faisons ou ne faisons pas. Dieu est ainsi : il aime et il pardonne, sans relâche.

(la fin à demain)