Bannière

La Bonne Semence

Mardi 26 septembre 2017
Jonas pria l’Éternel, son Dieu, des entrailles du poisson, et il dit : J’ai crié à l’Éternel du fond de ma détresse, et il m’a répondu… Et moi je disais : Je suis rejeté de devant tes yeux : toutefois, je regarderai encore vers le temple de ta sainteté.
Jonas 2. 2-5
Toutes sortes de prières (5)
Jonas : un cri de détresse

Dieu a confié au prophète Jonas la mission de porter un message aux habitants de Ninive. Cela lui déplaît car ce qu’il doit leur dire n’est pas agréable à transmettre. Pensant échapper à Dieu et à sa mission, il décide de fuir et s’embarque pour cela sur un navire. Mais Dieu, qui s’occupe de Jonas, envoie une violente tempête. Jonas dort ! Le navire est près de se briser, et les marins affolés le réveillent. Il leur avoue qu’il est la cause de cette tempête, par sa désobéissance. Il les invite à le jeter à la mer, afin que la tempête s’apaise pour eux. Les marins s’y résignent finalement, non sans avoir d’abord tout tenté pour se tirer d’affaire autrement.

Voilà donc Jonas à la mer. Pour les marins, il est perdu. Mais Dieu va-t-il laisser son prophète se noyer ? Non ! Il prépare un grand poisson pour avaler Jonas. Préservé miraculeusement, Jonas passe trois jours et trois nuits à l’intérieur du poisson, loin de tout secours humain. Alors, du fond de sa détresse, il crie à “son Dieu”. Ce Dieu qu’il fuyait va-t-il l’entendre, dans ce lieu insolite où personne ne peut le voir ? Nous lisons : “J’ai crié à l’Éternel du fond de ma détresse, et il m’a répondu”. Alors qu’il est encore au fond de sa prison, Jonas sait qu’il a été entendu. Et Dieu commande au poisson de vomir Jonas sur la terre ferme. Jonas accomplira alors sa mission. Chrétiens, notre désobéissance à Dieu nous amène parfois à une situation désespérée. Soyons certains que, là encore, nous pouvons appeler Dieu au secours et être entendus !