Bannière
La Bonne Semence
Vendredi 22 juin 2007
Tu sais tout le mal que ton coeur a la conscience d'avoir fait.
1 Rois 2. 44
Repentez-vous et croyez à l'Évangile.
Marc 1. 15
La conscience

On entend souvent dire  : “Je n'ai rien sur la conscience”, ou  : “Ma conscience ne me reproche rien”. Est-ce suffisant devant les hommes, et encore plus devant Dieu  ? Et d'abord, qu'est-ce que la conscience  ? C'est une faculté que Dieu a donnée à l'homme – comme l'intelligence, la mémoire, la pensée – , c'est la connaissance intuitive, chez l'être humain, du bien et du mal. Chaque individu possède une conscience  : il est plus ou moins honteux quand il fait une chose qu'il sait mauvaise, content quand il fait le bien.

Le problème, c'est que nous vivons une époque où ce qui était blâmé il y a quelques années seulement est admis de façon générale, par exemple la cohabitation de personnes non mariées. Les mœurs changent et on en arrive à appeler le mal bien. À force de vivre dans un monde où les valeurs morales sont bafouées, nous risquons de ne plus réagir et notre conscience s'obscurcit et devient moins sensible.

Mais ne nous laissons pas tromper  ! Dieu, lui, ne change pas, ni son appréciation du bien et du mal. Tout ce qui s'oppose à sa volonté révélée dans la Bible est mal, que cela nous plaise ou non. Alors faisons attention  ; ne nous fions pas seulement à notre conscience, mais analysons nos actions et nos pensées à la lumière divine.

Dieu a les yeux trop purs pour supporter la vue du mal (Habakuk 1. 13), mais il est aussi amour. Il hait le péché, tout en aimant le pécheur. C'est pourquoi il désire que chacun prenne conscience de la nécessité de se repentir et d'être sauvé.