Bannière
La Bonne Semence
Mardi 24 avril 2001
Le dieu de ce siècle a aveuglé les pensées des incrédules, pour que la lumière de l'évangile de la gloire du Christ... ne resplendît pas pour eux.
2 Corinthiens 4. 4
Je sais une chose, c'est que j'étais aveugle, et que maintenant je vois.
Jean 9. 25
Le dieu de ce siècle a aveuglé les pensées des incrédules, pour que la lumière de l'évangile de la gloire du Christ... ne resplendît pas pour eux.
2 Corinthiens 4. 4
Je sais une chose, c'est que j'étais aveugle, et que maintenant je vois.
Jean 9. 25
Pas de pire aveugle que celui qui refuse de voir  !

« On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux. » Cette maxime bien connue est vérifiée par l'expérience humaine. Quand Jésus guérit un aveugle de naissance, c'est une preuve irréfutable qu'il est « de Dieu » (Jean 9. 33), qu'il est le Messie promis, selon les paroles du prophète Esaïe  : « Moi, l'Eternel... je te donnerai... pour être une lumière des nations, pour ouvrir les yeux des aveugles... » (42. 6, 7). Les rabbins, scribes et pharisiens, le savaient bien. Et pourtant quand le mendiant aveugle, connu de tous, revient guéri du réservoir de Siloé, ils refusent de croire  ! Ils l'interrogent longuement, lui et ses parents, cherchent à mettre en doute sa bonne foi, l'injurient et le chassent de leur synagogue. C'est dehors que Jésus le rencontre et qu'il se révèle à lui comme le Fils de Dieu. L'homme voit, avec ses yeux et son coeur, celui qui l'a guéri, et il l'adore.

Les véritables aveugles sont ceux qui sont dans les ténèbres morales. « Vous dites  : nous voyons  ! Votre péché demeure », leur dit Jésus (Jean 9. 41). « Nettoie premièrement le dedans... , afin que le dehors aussi soit net » (Matthieu 23. 26).

Un miracle ne convainc pas celui qui a décidé de rejeter Jésus. L'incrédule nie l'évidence. Il ne peut croire, parce que ses yeux sont aveuglés et son coeur endurci (Jean 12. 40). Mais celui qui ouvre son coeur à l'amour de Jésus sera définitivement transformé.