Bannière
Dictionnaire du Nouveau Testament

SALUT

1σωτηρία (sôtêria[nom fém.]  ; de sôtêr : libérateur, sauveur) <G4991><C4884> (44x)
|| Rédemption éternelle de l’homme pécheur, obtenue par la repentance et la foi en la perfection du sacrifice de Jésus Christ à la croix • Ce si grand salut (Hébreux 2. 3) est le salut de Dieu (Luc 2. 30 : sôtêrion ; 3. 6 ; Apocalypse 7. 10). Jésus Christ est le seul qui procure le salut (Actes 4. 12) ; Dieu nous a destinés à l’acquisition du salut par lui (1 Thessaloniciens 5. 9). Christ est le chef de notre salut (Hébreux 2. 10), l’auteur du salut éternel (5. 9). Dieu avait choisi les Thessaloniciens dès le commencement pour le salut (2 Thessaloniciens 2. 13). Le salut vient des Juifs (Jean 4. 22 ; 1 Pierre 1. 10), notre Seigneur étant issu de ce peuple ; il leur a été offert (Luc 1. 77 ; 19. 9). Le salut est aussi offert aux gens des nations (Actes 13. 26, 47 ; 16. 17 ; 28. 28 (sôtêrion) ; Romains 11. 11 ; 2 Timothée 2. 10). La grâce, qui apporte le salut (sôtêrios) pour tous les hommes, est apparue (Tite 2. 11 ; 2 Corinthiens 6. 2 (2x) ). L’évangile est la puissance de Dieu en salut à quiconque croit (Éphésiens 1. 13 ; Romains 1. 16) ; de la bouche on fait confession à salut (Romains 10. 10). Le salut est vu comme quelque chose d’actuel pour les croyants (1 Corinthiens 1. 18 (voir : [OBTENIR 4] ) ; Philippiens 1. 28), le salut des âmes (1 Pierre 1. 9). Sous un autre aspect, le salut est prêt à être révélé (1 Pierre 1. 5), nous en hériterons (Hébreux 1. 14), il est plus près de nous que lorsque nous avons cru (Romains 13. 11) ; il s’agit du salut lors de l’enlèvement lorsque nos corps, en particulier, seront transformés : Christ apparaîtra à salut à ceux qui l’attendent (Hébreux 9. 28). Dans le temps présent, le salut est une délivrance continuelle de la servitude du péché, une sanctification chrétienne (Philippiens 2. 12 ; 1 Pierre 2. 3) ; la tristesse qui est selon Dieu opère une repentance à salut (2 Corinthiens 7. 10). Le salut peut aussi désigner une délivrance temporelle (Philippiens 1. 19). Le croyant est exhorté à prendre le casque du salut (Éphésiens 6. 17 (sôtêrion) ; 1 Thessaloniciens 5. 8). Pour l’incrédule, c’est maintenant le jour du salut (2 Corinthiens 6. 2). L’affliction et la consolation de Paul étaient pour le salut des Corinthiens (2 Corinthiens 1. 6). La Parole de Dieu peut rendre sage à salut par la foi qui est dans le Christ Jésus (2 Timothée 3. 15). La patience de notre Seigneur est salut (2 Pierre 3. 15). Jude rappelle à ses lecteurs le commun salut qu’il partageait avec eux (v. 3). L’auteur de l’épître aux Hébreux était persuadé de choses meilleures et qui tiennent au salut pour ses lecteurs (Hébreux 6. 9). En Apocalypse 12. 10 et 19. 1, le salut est en relation avec la victoire sur Satan et sur Babylone.
Autre trad.
2Actes 27. 34 : il y va de votre salut ~ litt. : cela est nécessaire pour votre salut [NÉCESSAIRE 7] et [CONSERVATION 2]
×
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V Z
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V Z