Bannière

Le Seigneur est proche

La reine de Sheba entendit parler de la renommée de Salomon, en relation avec le nom de l’Éternel… Le roi Salomon donna à la reine de Sheba tout son désir, tout ce qu’elle demanda.
1 Rois 10. 1, 13
Ce que la reine éthiopienne a vu
Lire 1 Rois 10

Ce que la reine de Sheba, venue d’Éthiopie, voit dans la maison de Salomon est magnifique (v. 4-7), et chaque détail nous parle de la manière dont Christ bâtit sa maison spirituelle.

Elle voit d’abord la table de Salomon, la nourriture excellente qu’il faisait venir de tout son royaume. Aujourd’hui, la table du Seigneur est là pour nous aussi, en souvenir de lui et de son œuvre “glorieuse et magnifique” (Psaume 111. 3). C’est autour de cette table qu’est la place de tout croyant.

Ensuite, elle voit l’ordre de la maison : “la tenue de ses serviteurs, et l’ordre de service de ses officiers, et leurs vêtements, et ses échansons”. Chez Salomon, tout était en ordre et en rapport avec la gloire du Roi. En ce qui nous concerne, la “tenue” représente ce que les anges peuvent voir de l’assemblée : son ordre, sa marche, comment le Seigneur y est honoré et obéi. En somme, ils peuvent y considérer une organisation qui n’est pas faite par l’homme. Être “soumis les uns aux autres dans la crainte de Christ” (Éphésiens 5. 21) semble source de désordre pour l’homme naturel, alors que sous la conduite du Saint Esprit, c’est ce qui manifeste la puissance et la gloire de Christ.

La reine de Sheba voit aussi “la rampe par laquelle il montait dans la maison de l’Éternel”. Cette rampe, nous la connaissons aussi. Elle évoque ce chemin “nouveau et vivant” (Hébreux 10. 20), Jésus, par lequel nous avons accès au sanctuaire céleste (Jean 14. 6). Les hommes simplement religieux ne connaissent en réalité rien de la maison de Dieu : ils n’y montent pas par cette “rampe”, ils essayent d’y pénétrer par leurs propres moyens, des rites et des traditions. Aussi, en réalité, restent-ils dehors. Mais pour nous qui entrons, quel émerveillement ! Arrêtons-nous à chaque marche de cette “rampe”, pour contempler la gloire de Celui qu’elle représente.

La reine comprend alors que ces “gens” qui approchent le Roi sont des bienheureux qui peuvent jouir de sa Personne : “Heureux tes gens, s’exclame-t-elle, heureux ceux-ci, tes serviteurs, qui se tiennent continuellement devant toi, et qui entendent ta sagesse !” (v. 8).

Faisons-nous partie de ces bienheureux serviteurs de Jésus ?

×
Écouter
Écouter