Bannière

Le Seigneur est proche

Ce sont ici les noms des hommes forts qu’avait David… Abishaï, frère de Joab, fils de Tseruïa… Asçaël, frère de Joab… Nakharaï, le Beérothien, qui portait les armes de Joab, fils de Tseruïa… en tout trente-sept.
2 Samuel 23. 8, 18, 24, 37, 39
Travailler pour Dieu (1)
Les hommes forts de David

Plusieurs passages de la Bible nous donnent des listes de personnes qui ont servi Dieu et dont il a enregistré les travaux. C’est stimulant et instructif pour nous !

Juste avant de mourir, David énumère les noms de ses hommes forts. Ils étaient tous de grands guerriers, mais certains excellaient plus que d’autres. On remarque pourtant qu’un nom n’est pas mentionné. Joab, le général en chef de David, ne figure pas dans cette liste ! Cette omission est d’autant plus frappante que nous voyons que ses deux frères, Abishaï et Asçaël, sont cités. Joab était certainement un grand soldat ; il s’était engagé dans de nombreuses batailles et avait eu un rôle crucial, remportant la victoire au nom du roi. On ne peut pas douter des compétences de Joab en tant que chef militaire. Mais le récit de sa vie nous montre aussi qu’il a souvent agi pour sa gloire personnelle et pour le maintien de sa position de général en chef. Cette préoccupation le rendait impitoyable : Abner et Amasa, qu’il considérait comme ses rivaux, ont été tous deux assassinés (2 Samuel 3. 27 ; 20. 4-13). Un commentateur de la Bible a écrit : Joab apparaît quand il y avait quelque chose de mal à faire ou quelque chose de grand à gagner.

Parmi ses hommes forts, David ne mentionne pas seulement les frères de Joab, mais également le porteur d’armes de Joab, Nakharaï ! Nous pouvons en déduire que cet homme accomplissait sa tâche fidèlement et que le roi l’avait remarqué. C’était peut-être un rôle insignifiant aux yeux des hommes, mais Nakharaï a servi David de tout son cœur.

Au tribunal de Christ, tous les travaux seront examinés pour voir en chacun ce qui l’a motivé – un véritable attachement à Christ ou notre propre gloire ? Ainsi leur véritable nature sera manifestée (voir 1 Corinthiens 3. 12-15). Ce qui compte, ce n’est pas la quantité de travail effectué mais la manière dont il a été accompli.

(à suivre)

×
Écouter
Écouter