Bannière

La Bonne Semence

Celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Jean 3. 18
Qui croit au Fils a la vie éternelle.
Jean 3. 36
Erreur d’appréciation

Le chirurgien allemand Ferdinand Sauerbruch, au début du 20e siècle, a ouvert la voie à la chirurgie thoracique cœur-poumons, ceci grâce à la chambre de dépression permettant l’ouverture du thorax. Dans sa vieillesse, il écrit son autobiographie, qui se termine par une référence au jugement dernier. Le médecin imagine le dialogue suivant avec Dieu :

– Qui peut rendre un témoignage en votre faveur ? Le Dr Sauerbruch répond :

– J’espère que toutes les personnes accidentées ou malades que j’ai opérées et à qui j’ai sauvé la vie témoigneront en ma faveur.

Il faisait l’erreur si courante d’imaginer que Dieu lui serait favorable sur la base de ses bonnes actions, et que d’autres personnes plaideraient sa cause devant un Dieu juste. S’il n’avait pas d’autre espoir lorsqu’il est mort en 1951, il n’aura pas obtenu l’approbation de Dieu, car le seul moyen d’être sauvé est de reconnaître ce que nous sommes devant Dieu, et de mettre notre foi dans le sacrifice de Jésus Christ mort pour nous à la croix.

Un point sur lequel le Dr Sauerbruch avait raison au sujet du jugement dernier, c’était d’attribuer à Dieu le rôle de seul juge juste. Celui qui n’aura pas confessé ses fautes n’aura pas de défense à faire valoir. Le verdict sera : coupable ! Et la sentence : tourments éternels (Apocalypse 20. 12-15).

Acceptons la parfaite délivrance que Dieu nous offre en Jésus (Jean 3. 16).

×
Écouter
Écouter