Bannière

La Bonne Semence

Mon fils, donne-moi ton cœur.
Proverbes 23. 26
(Jésus dit :) Je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je souperai avec lui, et lui avec moi.
Apocalypse 3. 20
Délivre-moi de mon ego

“Seigneur, m’entends-tu ? Je souffre atrocement, verrouillé en moi-même, prisonnier de moi-même, Je n’entends que ma voix, je ne vois que moi-même. Seigneur, m’entends-tu ? Délivre-moi dans mon corps, il n’est que faim… Délivre-moi dans mon cœur, il est tout gonflé de moi… Délivre-moi dans mon esprit, il est plein de lui-même… Seigneur, je ne peux sortir, j’aime ma prison et en même temps je la hais, car ma prison, c’est moi ! Et moi je m’aime, je m’aime, Seigneur, et je me dégoûte. Seigneur, où est la porte ? Prends ma main. Ouvre, montre-moi la route, le chemin de la joie, de la lumière.

 – Ami, le Seigneur t’entend. Ta souffrance le touche. Depuis le temps qu’il guette tes persiennes closes, ouvre-les, sa lumière t’éclairera. Depuis le temps qu’il est devant ta porte cadenassée, ouvre-la, tu le trouveras sur le seuil. Il t’attend, les autres t’attendent, Mais il faut ouvrir, il faut sortir de chez toi. Pourquoi demeurer ton prisonnier ? Tu es libre. Ce n’est pas lui qui a fermé ta porte. Ce n’est pas lui qui peut la rouvrir, c’est toi qui de l’intérieur la tiens solidement verrouillée.” (adapté de Michel Quoist) “L’Éternel attendra pour user de grâce… Aussitôt qu’il entendra, il te répondra” (Ésaïe 30. 18, 19).

×
Écouter
Écouter