Bannière

Épître aux Romains
Sondez les Écritures - 1ère année

Introduction
Alain Bonnet : Chapitres 1 à 8
Marc Allovon : Chapitres 1 à 8
Jean-Daniel Fournier : Chapitres 9 à 11
Michel Allovon : Chapitres 12 à 13
Jean Muller : Chapitres 14 à 16

Les Évangiles racontent la vie de Jésus Christ, le Fils de Dieu, sa naissance miraculeuse, ce qu’il a fait et enseigné, ses souffrances, sa mort sur la croix, sa résurrection et son élévation au ciel.

Le livre des Actes des Apôtres retrace la venue du Saint Esprit envoyé du ciel après l’élévation de Christ, pour former l’Église sur la terre ; ensuite sa puissante action par le moyen des apôtres et d’autres serviteurs pour annoncer l’évangile de la grâce à tous les hommes.

Les Épîtres exposent les conséquences de l’œuvre de Christ, les desseins de Dieu pour la gloire de son Fils et l’amour du Père révélé en lui. Elles développent les riches bénédictions qui découlent de la mort, de la résurrection et de l’élévation de Christ, pour tous ceux qui croient. Ceux-ci sont associés à Christ dans l’accomplissement des pensées éternelles de Dieu, qui ont pour but l’exaltation de Christ, chef et centre de la nouvelle création. L’exposé de la doctrine est étroitement lié aux exhortations et directions pratiques pour la vie chrétienne. Le chemin du croyant au milieu des tentations et des dangers du temps présent y est clairement tracé, jusqu’à la venue du Seigneur, objet de l’attente constante des siens. Comme les autres livres du N.T., les épîtres éclairent l’Ancien auquel elles font fréquemment référence, et font découvrir l’harmonie et l’unité de la révélation de Dieu.

Les épîtres de l’apôtre Paul traitent des desseins de Dieu dans toute leur étendue et leur application à la vie présente et à l’espérance des croyants, individuellement et collectivement. Elles contiennent des révélations qui lui ont été données par le Seigneur, en particulier celle du mystère de l’assemblée (ou Église), le corps et l’épouse de Christ.

L’épître aux Romains a été écrite par Paul aux croyants de Rome, qu’aucun apôtre n’avait visités jusque-là. Des hommes et des femmes, probablement convertis en Asie ou en Grèce, étaient venus s’établir à Rome, capitale de l’Empire, et y avaient apporté l’évangile. Plusieurs d’entre eux étaient connus de Paul.

Cette épître a sans doute été écrite de Corinthe, pendant les trois mois que Paul y a passés lors de son troisième voyage. Il se proposait alors de se rendre à Rome, puis en Espagne. [Act. 19. 21 ; 20. 3 ; Rom. 15. 23]. Elle figure en tête des 13 épîtres de Paul (et des 21 épîtres du N.T.), bien que plusieurs autres, notamment celles aux Thessaloniciens et aux Corinthiens, aient été écrites antérieurement.

Cela souligne son caractère fondamental : l’apôtre y expose avec une grande clarté l’évangile de Dieu qui concerne son Fils. Ce message de la grâce s’adresse à tous les hommes, tous pécheurs ne méritant que le jugement. Il trouve sa source dans l’amour et la puissance du Dieu Sauveur, son moyen dans la mort expiatoire et la résurrection de Christ. Ceux qui croient en Jésus Christ sont non seulement pardonnés, justifiés, mais identifiés avec Christ dans sa mort et dans sa résurrection. Attendant d’être avec lui dans la gloire de Dieu, ils jouissent déjà, par la présence et l’action du Saint Esprit, de l’heureuse liberté et de la confiance des enfants de Dieu devant leur Père (ch. 1 à 8). L’apôtre montre comment l’évangile de la grâce offert à tous les hommes sans distinction n’annule pas les promesses faites au peuple d’Israël. Dieu les accomplira en faisant briller sa sagesse et sa gloire (ch. 9 à 11). L’épître se poursuit par des exhortations pour la vie pratique et le service des croyants (ch. 12 à 15) et s’achève par les salutations de Paul (ch. 16).

L’auteur

Saul de Tarse était au départ un pharisien zélé pour la loi, mais ennemi de Jésus Christ et persécuteur des chrétiens. Sur le chemin de Damas, Jésus lui-même du haut du ciel l’a interpellé et arrêté, pour faire de lui un serviteur de l’évangile. Devenu Paul, apôtre, il a été envoyé par le Seigneur pour porter le message de la grâce à tous les hommes, particulièrement aux nations non juives. Son activité infatigable s’est déployée, non seulement en Judée, mais dans toute l’Asie mineure et en Grèce. Le Seigneur a permis que l’hostilité des Juifs à Jérusalem ait pour résultat de le conduire à Rome comme prisonnier, mais témoin pour Christ devant les rois. De plus, sa captivité a été l’occasion d’écrire plusieurs épîtres (Éphésiens, Philippiens, Colossiens, Philémon). Sans doute libéré pour un temps [Phm. 22], il a dû connaître une nouvelle captivité beaucoup plus dure au cours de laquelle il a écrit la 2e épître à Timothée, peu avant de partir pour être avec Christ [2 Tim. 4. 6 ; Phil. 1. 23].

Structure de l’épître aux Romains

Introduction de l’épître  : Chapitre 1. 1-17

Partie doctrinale  : Chapitres 1. 18 à 11. 36

1. L’état moral de l’homme, coupable devant Dieu : Ch. 1. 18 à 3. 20

2. L’œuvre de Christ pour nous, pour nos péchés : Ch. 3. 21 à 5. 11

3. L’œuvre de Christ en nous, à l’égard du péché : Ch. 5. 12 à 8. 39

4. Israël, peuple élu, et l’évangile de Dieu : Ch. 9 à 11

Partie pratique  : Chapitres 12 à 15

1. La vie pratique et le service chrétiens : Ch. 12 et 13

2. La liberté chrétienne : Ch. 14 à 15. 7

3. Le service en faveur des nations : Ch. 15. 8-33

Salutations et conclusion  : Chapitre 16