Bannière

Épître aux Philippiens
Sondez les Écritures - 3ème année

Introduction
Jean-Luc Dandrieu : Chapitres 1 à 4

La ville de Philippes

La ville de Philippes, située au nord-est de la province de Macédoine, fut construite sur une position militaire stratégique, pour tenir en échec les Thraces, par Philippe le Grand de Macédoine qui lui donna son nom. Plus tard Octave, devenu César Auguste, en fit une colonie romaine, à la mémoire de sa victoire sur Brutus et Cassius. Cette ville, peu importante, était peuplée essentiellement de vétérans de son armée, qui avaient donc la nationalité romaine et tous les privilèges des Romains. Elle présente l’intérêt particulier d’avoir été la première ville d’Europe à entendre l’évangile.

L’assemblée à Philippes

Lors de son deuxième voyage [Act. 16. 6-40], l’apôtre Paul fut empêché deux fois par l’Esprit de continuer sa route vers l’Asie et la Bithynie. Une nuit, il eut la vision d’un homme macédonien qui le priait : “Passe en Macédoine et aide-nous”. C’est ce qu’il fit, avec ses compagnons, Silas, Timothée et Luc. Le jour du sabbat, ils se joignirent à ceux qui priaient au bord du fleuve et parlèrent aux femmes assemblées là. Lydie, la marchande de pourpre, se convertit la première et l’assemblée naissante se réunit dans sa maison. En exorcisant une servante démoniaque, Paul s’attira la persécution et l’emprisonnement. Par ce moyen, l’évangile put être annoncé au geôlier et aux gens de sa maison. A la suite de ces événements, les autorités chassèrent de la ville les fidèles témoins du Seigneur. Paul y retournera deux fois lors de son troisième voyage [Act. 20. 1, 6].

Les liens entre l’apôtre et les croyants de Philippes sont très forts. Paul n’a pas besoin de défendre auprès d’eux son apostolat ni son autorité. Les Philippiens ne sont pas influencés par les faux docteurs judaïsants comme les assemblées en Galatie et à Corinthe. Bien que très pauvres, ils sont généreux pour les besoins des autres assemblées [2 Cor. 8. 1, 2]. Ils ont à cœur d’aider Paul dès qu’il les a quittés (4. 15, 16). Neuf ou dix ans plus tard, ils apprennent que l’apôtre est en prison à Rome et ils décident de l’aider de nouveau et de lui manifester leur amour, par l’intermédiaire d’Épaphrodite.

L’épître aux Philippiens

Paul l’écrit de Rome, à la fin de son premier emprisonnement, pour remercier ses bien-aimés frères de leur don. Il n’est plus en résidence surveillée dans l’appartement loué pendant deux ans [Act. 28. 30], mais dans le prétoire, qui est la caserne de la garde prétorienne, près du palais de l’empereur Néron (1. 12, 13). Cette lettre semble avoir été écrite peu après celles aux Éphésiens, Colossiens et à Philémon, vers l’an 62-63.

Thème

Cette épître n’expose pas un enseignement particulier. Elle décrit la vie de quelqu’un qui a compris sa position en Christ et qui marche dans la puissance de l’Esprit de Dieu. C’est donc l’épître de l’expérience chrétienne. Située entre celle aux Éphésiens qui présente les conseils éternels de Dieu concernant Christ et l’Église et celle aux Colossiens qui révèle les gloires de Christ, chef de l’Église, cette lettre montre l’importance d’une vraie vie personnelle avec Lui.

C’est l’épître de la joie. Les mots “joie” et “se réjouir” se retrouvent plus de quinze fois. Cette joie peut être enlevée par les circonstances, les personnes, les choses ou les soucis. Paul décrit quatre états d’esprit, pour résister aux “voleurs de joie” :

– l’engagement (ch. 1) ;

– l’humilité (ch. 2) ;

– la spiritualité (ch. 3) ;

– la confiance et la dépendance (ch. 4).

Dans cette épître, Christ nous est présenté comme :

– notre vie (ch. 1) ;

– notre modèle (ch. 2) ;

– notre but (ch. 3) ;

– notre joie et notre force (ch. 4).

Un autre fil conducteur est celui de la communion :

– dans l’évangile (1. 5) ;

– dans la grâce (1. 7) ;

– de l’Esprit (2. 1) ;

– des souffrances de Christ (3. 10) ;

– dans l’épreuve (4. 14) ;

– communion pratique ou dons (4. 15) ;

– dans le service envers les saints (en 2 Cor. 8. 4 qui se réfère aux chrétiens macédoniens).

Cette lettre peut aussi être lue sous l’angle du dévouement chrétien (dans le sens d’attachement ou de consécration au Seigneur, selon Actes 11. 23). C’est ainsi que nous la considérerons, en soulignant le verset clé de chaque chapitre.

Plan de l’épître

Caractères du dévouement pour Christ : Ch. 1

“Pour moi, vivre c’est Christ” (v. 21)

Exemples de dévouement : Ch. 2

“Qu’il y ait donc en vous cette pensée qui a été aussi dans le Christ Jésus” (v. 5)

Le secret et la puissance du dévouement : Ch. 3

“Je fais une chose… je cours droit au but” (v. 14)

Obstacles au dévouement et leurs remèdes : Ch. 4

“Je puis toutes choses en celui qui me fortifie” (v. 13)

Choisir un livre
Choisir un passage
×
Choisir un livre
Choisir un passage