Bannière

Évangile selon Matthieu
Sondez les Écritures - 2ème année

Introduction
Jean Jeannin : Chapitres 1 à 28

1. Quatre Évangiles

Dans le tabernacle où Dieu habitait au milieu de son peuple dans le désert, le lieu saint était séparé du lieu très saint par un voile soutenu par quatre piliers. L’épître aux Hébreux (10. 20) nous enseigne que ce voile représente la sainte humanité de Jésus Christ. La gloire morale de notre Seigneur se déploie dans les récits des quatre Évangiles ; ceux-ci sont comme les piliers sur lesquels est posé le voile. Mais seul l’œil de la foi peut contempler la gloire du Fils de Dieu cachée derrière le voile de son humanité.

Les récits, enseignements, paraboles et miracles accomplis par notre Seigneur sont inscrits dans chaque Évangile à la place assignée par le Saint Esprit, et selon la rédaction appropriée à l’instruction de cet évangile. Il n’y a donc point de répétitions inutiles, de contradictions ou d’omissions. Une parfaite harmonie entre les récits inspirés caractérise la présentation de la personne, des paroles et des actes du Seigneur Jésus. Tel un diamant aux multiples facettes reflète l’éclat de la lumière, ainsi brillent les textes évangéliques.

2. Matthieu l’évangéliste

Dieu a choisi un Israélite pour présenter aux Juifs la personne de leur Messie, sur qui reposaient les promesses divines. Matthieu – nommé aussi Lévi en Marc et Luc au moment de son appel – est l’un des douze disciples et apôtres choisis par le Seigneur. Mais il était publicain, c’est-à-dire percepteur de l’impôt romain ; à ce titre il était méprisé de sa nation. Lors de son appel, Jésus déclare qu’il n’est pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. Par grâce, Dieu fera de lui le rédacteur du premier évangile.

Le Saint Esprit l’utilise, comme les trois autres, avec son propre caractère, sa tournure d’esprit, sa culture. Matthieu présente ce qui lui est confié dans un style clair et apte à mettre en relief la dignité du Christ et la sphère de son royaume.

3. Présentation du Messie à son peuple Israël

Israël a été choisi dès l’origine pour être le peuple de Dieu [Ex. 6. 7], centre de son gouvernement et de sa louange sur la terre au milieu des nations [Es. 43. 1]. Matthieu présente le Messie (le Christ, l’Oint), seul digne de prendre en mains le sceptre d’Israël en vue de la bénédiction universelle. Mais il vient au milieu d’un peuple asservi et dans la misère à cause de sa culpabilité ; aussi doit-il être d’abord reconnu comme celui qui “sauvera son peuple de leurs péchés” (1. 21).

L’évangéliste présente le Messie à tous les hommes : juifs ou nations, religieux ou profanes, cultivés ou ignorants, disciples ou opposants. La conduite de chacun révèle ce qu’il est par rapport à Christ. Bienheureux ceux qui l’ont discerné : ils possèdent, par le récit de cet évangile, une connaissance plus intime de celui dont leur avaient parlé Moïse et les prophètes. Matthieu cite plus de trente fois (beaucoup plus que les autres évangélistes) les Écritures sur lesquelles se fondait la foi de ces croyants juifs. Leurs objections ont été levées, leurs pensées élargies, et Jésus est devenu le centre de leurs affections et de leurs espérances dans un ordre de choses nouveau, avant le rétablissement futur d’Israël.

Il convenait aussi pour Dieu de faire connaître aux croyants de l’époque chrétienne Jésus sous les traits du Messie, roi d’Israël. Cet Évangile leur révèle les caractères moraux du royaume des cieux.

4. L’accomplissement des Écritures

L’Évangile selon Matthieu établit dans la personne de Christ la transition entre un ordre légal et terrestre établi par Dieu (mais appelé à disparaître), et un ordre spirituel et céleste, dévoilé après son rejet. Jésus est celui sur qui reposent les promesses divines. Il vient pour accomplir ce qui était écrit dans la loi et les prophètes ; trois expressions le soulignent particulièrement lors des citations : – “afin que fût accompli…” : la prophétie s’accomplit dans l’événement relaté,

– “en sorte que fut accompli…” : la prophétie se réalise d’une certaine manière,

– “alors fut accompli…” : l’événement évoque alors l’écriture prophétique dans une vue plus lointaine.

Jésus Christ se présente donc comme accomplissant les Écritures que les Juifs connaissaient, en relation avec une religion ordonnée de Dieu et qui subsistait encore. Sa gloire royale apparaît, rehaussée par la grandeur de sa divinité, et les perfections de son humanité. Cependant il ne fait pas valoir ses titres officiels ; son peuple est tenu de discerner sa personne à travers sa réserve et son humilité.

5. Trame de l’évangile

Au début de son ministère, Jésus expose les caractères du royaume avec son administration, ses lois et l’autorité qui maintient l’ordre, la justice et la paix ; il met en évidence les principes moraux qui en sont l’ornement. La vérité de la parole du Seigneur, la grandeur de sa personne et l’authenticité de son ministère sont confirmées par les miracles qu’il accomplit.

Mais il n’est pas reçu par son peuple ; le royaume prend alors un caractère particulier, lié au fait que le roi ne sera plus sur la terre, mais élevé dans les cieux, d’où il gouvernera : c’est le royaume des cieux, présenté d’une manière mystérieuse en dix paraboles. Leur interprétation est révélée aux disciples ; mais les opposants juifs qui refusent la parole et les signes qui l’accréditent sont placés sous une sentence de jugement.

Puis, avant son départ, le Seigneur dévoile aux siens ce que sera l’introduction de ce royaume futur au jour de sa venue en gloire, et quels sont ceux qui en hériteront.

La fin de l’évangile établit le fondement des desseins de Dieu : la mort et la résurrection de Christ. Après celle-ci, notre Seigneur n’est pas vu dans son ascension dans la gloire, mais comme celui qui a reçu l’autorité dans toutes les sphères du royaume, dans le ciel et sur la terre. Il envoie ses serviteurs pour inviter, non plus un seul peuple, mais toutes les nations, à entrer par la connaissance de Dieu dans cet univers de bénédiction.

6. Plan de l’évangile :

L’Évangile selon Matthieu présente une alternance remarquable de passages narratifs, exposant des faits, et de passages didactiques, destinés à l’enseignement. La transition des uns aux autres est marquée par les mots : “Et il arriva, quand Jésus eut achevé ces discours…” ou “ses ordres” ou “ces paraboles” (7. 28 ; 11. 1 ; 13. 53 ; 19. 1 ; 26. 1)

Alternance entre les narrations et les discours dans l’évangile selon Matthieu

Le plan suivant adopté pour l’Évangile découle de cette alternance.

Plan de l’évangile selon Matthieu

1. La venue du Messie au milieu d’Israël : Ch. 1 à 4

2. Le sermon sur la montagne : Ch. 5 à 7

3. Le service du Seigneur et son rejet : Ch. 8 à 12

4. Le royaume en mystère, l’assemblée et le royaume en gloire : Ch. 13 à 18

5. Jésus en Judée et à Jérusalem : Ch. 19 à 23

6. La venue du Fils de l’homme et le royaume : Ch. 24 et 25

7. La mort et la résurrection de Jésus : Ch. 26 à 28

Choisir un livre
Choisir un passage
×
Choisir un livre
Choisir un passage