Bannière

Le livre du prophète Joël
Sondez les Écritures - 4ème année

Joël 2. 28-321

Les derniers versets du chapitre 2 ont une importance particulière pour nous. Pierre les cite dans son premier discours après la Pentecôte [Act. 2. 17-21], ainsi que Paul, dans l’épître aux Romains [Rom. 10. 13]. Pour chaque annonce prophétique, nous considérerons d’abord la portée future dans le contexte du livre de Joël, ensuite l’application qu’en font Pierre et Paul à la période chrétienne.

1. L’Esprit de Dieu répandu sur toute chair : v. 28, 29

“Il arrivera après cela”. Cette prophétie concerne la période qui suivra le retour de la bénédiction pour Israël, décrit dans les versets précédents. Dieu répandra alors son Esprit sur “toute chair”2, sur ceux qui vivront en ce temps-là, de quelque nation que ce soit, sans se limiter à Israël. Les fils d’Israël seront cependant un canal pour l’instruction et la bénédiction de tous les hommes [Es. 11. 9].

Quand l’Esprit Saint est descendu sur tous les croyants en Actes 2, il y a eu un premier accomplissement de cette prophétie. En effet, le règne de Christ n’a pas pu être instauré tout de suite sur la terre car Jésus a été rejeté par son peuple. Mais les bénédictions qui découlent de l’œuvre accomplie par Christ à la croix ont été immédiatement répandues sur ceux qui croient. L’Esprit et les dons miraculeux qui l’accompagnent ont été accordés d’abord aux Juifs croyants, ensuite à toutes les nations par la prédication de l’évangile.

L’Esprit Saint répandu “sur toute chair” produira dans le temps futur un effet intérieur : un cœur nouveau, un esprit nouveau [Ezé. 36. 26, 27], et des signes extérieurs : prophéties, songes, visions. Ceux qui le recevront ne seront pas placés dans la relation d’enfants de Dieu comme les chrétiens. Mais la promesse du Seigneur : “il sera en vous” [Jean 14. 17], qui s’est réalisée par le don de l’Esprit Saint à la Pentecôte a des conséquences beaucoup plus profondes : l’habitation de l’Esprit Saint dans chaque croyant, devenu enfant de Dieu, et la formation de l’assemblée, le corps de Christ. “Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs” et “vous avez été baptisés d’un seul Esprit pour être un seul corps” [Gal. 4. 6 ; 1 Cor. 12. 13].

2. Les signes dans le ciel et sur la terre : v. 30, 31

L’annonce des signes dans le ciel et sur la terre suit celle de l’effusion de l’Esprit. Ces signes doivent avoir lieu “avant que vienne le grand et terrible jour de l’Éternel” (2. 11), qui lui-même précédera le rétablissement de Jérusalem (2. 18-27).

De nombreux passages mentionnent les signes dans le ciel, trois fois en Joël (2. 10, 31 ; 3. 15). “Et le soleil rougira et la lune aura honte” [Es. 24. 23]. “Je couvrirai le soleil de nuages et la lune ne fera pas luire sa clarté” [Ezé 32. 7]. Ils sont annoncés par le Seigneur lui-même [Matt. 24. 29 ; Marc 13. 24 ; Luc 21. 25] comme précurseurs de la venue du Fils de l’homme. En Apocalypse 6. 12, la vision prophétique considère leur apparition et la terreur qui frappera les hommes à la perspective du “grand jour de la colère de l’Agneau”. Les signes sur la terre, “du sang, et du feu, et des colonnes de fumée”, évoquent les jugements apocalyptiques [Apoc. 8. 7-9 ; 9. 2].

Pierre cite intégralement la prophétie de Joël qui annonce le salut. Il n’insiste pas sur les signes de jugement dont l’accomplissement est encore à venir. Remarquons toutefois que la descente de l’Esprit Saint a été accompagnée de langues comme de feu qui se sont posées sur chacun des croyants qui étaient là.

3. Quiconque invoquera le nom de l’Éternel sera sauvé : v. 32

De nombreux passages annoncent le salut qu’apportera l’introduction du règne de Christ. : “Que, à la fois, le salut se produise et la justice germe… Tournez-vous vers moi et soyez sauvés, vous, tous les bouts de la terre… Je mets en Sion le salut et sur Israël, ma gloire” [Es. 45. 8, 22 ; 46. 13] ; “Voici, ton roi vient à toi ; il est juste et ayant le salut” [Zach. 9. 9]. Tous ceux qui reconnaîtront l’autorité de Christ, manifesté comme l’Éternel qui règne à Jérusalem, seront sauvés, alors que les rebelles seront détruits.

Mais une fois que Christ a été élevé au ciel après sa mort et sa résurrection, la bonne nouvelle de la paix a été proclamée. “L’évangile est la puissance de Dieu en salut à quiconque croit, et au Juif, premièrement, et au Grec” [Rom. 1. 16]. Ainsi les deux apôtres que le Seigneur a employés pour annoncer l’évangile, Pierre aux Juifs, puis Paul aux nations, ont l’un et l’autre cité cette prophétie de Joël qui révèle le salut à tout croyant. Maintenant, ce salut offert à tous doit être reçu par la foi [Rom. 1. 17] ; il faut croire ce qui ne se voit pas. Pendant le règne de Christ, il faudra obéir au roi de justice et de paix publiquement établi. Le temps de la patience de Dieu aura pris fin et tout rebelle sera immédiatement mis à mort [Ps. 101. 8]. Aujourd’hui, Dieu est patient envers ceux qui ne croient pas : Il veut qu’ils se tournent vers lui pour être sauvés. Ne laissons pas passer ce temps de la patience de Dieu, sans recevoir le salut qu’il offre gratuitement. Si par grâce nous avons reçu un si grand salut, employons ce délai pour le faire connaître à d’autres.

La dernière partie du verset 32 – “Sur la montagne de Sion, il y aura délivrance, et à Jérusalem, comme l’Éternel l’a dit, et pour les réchappés que l’Éternel appellera” – n’est pas citée par Pierre. Cette prophétie [Es. 18. 7 ; 24, 23 ; Abd. 17] qui désigne Jérusalem comme le lieu géographique de la délivrance des réchappés des Juifs, n’aura son accomplissement qu’au dernier temps.

Notes
1 –

Dans certaines traductions, le chapitre 2 s’arrête au verset 27 et les versets 28-32 constituent le chapitre 3. 1-5. Le chapitre 3 est alors compté 4.

2 –

L’expression “toute chair” se rencontre fréquemment dans l’Ecriture, soit pour désigner tout être vivant sur la terre (Gen. 6. 17), soit tout être humain (Es. 66. 16), comme c’est le cas ici.

Choisir un passage
Choisir un livre
×
Choisir un passage
Choisir un livre