Bannière

Épître aux Éphésiens
Sondez les Écritures - 3ème année

Introduction
Jean Kœchlin : Chapitres 1 à 3
Marc Allovon : Chapitres 4 à 6

L’épître aux Éphésiens, rédigée vers l’an 62 pendant le premier emprisonnement de Paul à Rome, a été probablement portée à ses destinataires par les mains de Tychique et d’Onésime en même temps que les épîtres aux Colossiens et à Philémon.

Capitale de la province d’Asie, Éphèse avait été visitée dix ans plus tôt par l’apôtre à la fin de son deuxième voyage, puis, lors du troisième pour un séjour de plus de deux ans. En dernier lieu, à la fin de ce troisième voyage, pressé de se rendre à Jérusalem, Paul fait escale à Milet et de là il envoie chercher les anciens de l’assemblée d’Éphèse pour leur faire ses recommandations et ses adieux. Dans ce discours, une phrase résume le ministère oral de l’apôtre et nous paraît s’appliquer de la même manière à son épître : “Je n’ai mis aucune réserve à vous annoncer tout le conseil1 de Dieu [Act. 20. 27]”.

Tout le conseil de Dieu !

L’épître peut être envisagée en deux parties : Une partie doctrinale (ch. 1 à 3) et une partie pratique (ch. 4 à 6). Dans la première, l’apôtre nous expose ce que Dieu s’est proposé de toute éternité pour Christ et en Christ, pour l’assemblée, pour les croyants unis à lui en un seul corps. La seconde partie tire des enseignements de la première en y ajoutant d’importants développements sur ce que Christ fait pour l’assemblée.

Chapitre 1

Paul expose d’abord la plénitude de bénédictions dont Dieu nous a bénis dans les lieux célestes en Christ. Elles sont fondées sur les deux titres de Dieu et de Père, en rapport avec Christ le Bien-aimé, et avec ceux qu’il a adoptés pour en faire des enfants bien-aimés et des héritiers avec Christ.

Chapitre 2

Il revient ensuite sur l’état de mort dont Dieu nous a tirés pour nous amener à lui dans les lieux célestes. Cela fait ressortir les richesses de son amour et de sa grâce qui s’exercent envers tous, Juifs et nations. Autrefois ennemis, les deux sont maintenant réconciliés “en un seul corps à Dieu” pour former “l’homme nouveau”. Ayant reçu par Christ la bonne nouvelle de la paix, ils ont “les uns et les autres accès auprès du Père” et sont devenus des “gens de la maison de Dieu”.

Chapitre 3

Puis il développe ce “mystère du Christ” qu’il avait esquissé. Ce qui avait été caché de tout temps est maintenant révélé. En croyant à l’évangile, les gens des nations participent comme les Juifs aux mêmes bénédictions en Christ : cohéritiers et membres de son corps, l’assemblée. Par l’assemblée, la sagesse, l’amour de Dieu et du Christ sont pleinement manifestés.

Chapitre 4

Paul adresse de pressantes exhortations aux croyants ; elles découlent de leur “appel céleste”, et de leur unité en un seul corps par l’Esprit. Il dirige les pensées vers Christ, la tête du corps et montre tout ce qu’il fait pour produire sa croissance, son “édification en amour”. Puis il détaille les exhortations pratiques, en particulier ce qui concerne les relations des croyants entre eux.

Chapitre 5

Les exhortations sont fondées sur les deux caractères de Dieu – amour et lumière – qui doivent se manifester dans ses enfants, puis elles entrent dans toutes les relations sociales. Paul insiste particulièrement sur la relation entre mari et femme qui trouve son modèle dans celle de Christ avec l’assemblée.

Chapitre 6

Après avoir étendu ses exhortations aux enfants et à leurs parents, puis aux serviteurs et à leurs maîtres, Paul invite encore les saints à se fortifier dans le Seigneur et à revêtir “l’armure complète de Dieu” en vue du combat qu’ils ont à soutenir contre la puissance de mal qui est “dans les lieux célestes”.

S’il est une portion de l’écriture dans laquelle le plan de Dieu concernant Christ et l’Église (l’Assemblée) est développé dans toute sa grandeur, c’est bien l’épitre aux Éphésiens. Et le rapprochement qu’il nous est permis d’en faire avec quelques autres épîtres en fera ressortir la spécificité.

L’épître aux Éphésiens et l’épître aux Colossiens

Ces deux lettres présentent beaucoup d’analogies, en particulier dans leur seconde partie. Mais dans chacune, le croyant est considéré sous un point de vue différent. L’épître aux Colossiens envisage Christ dans le chrétien sur la terre et devant les hommes, alors que celle aux Éphésiens voit celui-ci en Christ dans le ciel et devant Dieu.

Cette distinction doit être présente à notre esprit en abordant les conséquences pratiques des grands faits qui sont placés devant nous. Pour prendre un exemple : nos relations de famille s’inspirent, selon l’épître aux Éphésiens, du fait que nous sommes du ciel, vus en Christ et sous le regard des puissances qui sont dans ces lieux célestes. Les mêmes relations, selon l’épître aux Colossiens, recevront leur motivation et leur puissance du fait que la vie de Christ est en nous et doit se manifester sur la terre en témoignage aux yeux des hommes.

L’épître aux Éphésiens et l’épître aux Hébreux

Toutes deux ont pu être appelées une “épître des cieux ouverts”. La différence est la suivante : l’épître aux Hébreux considère le croyant comme un pèlerin de la foi, cheminant dans le monde les regards dirigés vers le ciel, où Christ se trouve. Il est le but à atteindre et en même temps le dispensateur des ressources pour y parvenir. L’épître aux Éphésiens nous présente le ciel comme notre position actuelle dont nous avons le privilège de jouir maintenant en Christ.

L’épître aux Éphésiens et la 1ère épître aux Corinthiens

Dans l’une et dans l’autre, le sujet de l’Assemblée est considéré. Dans les Éphésiens, l’Église est vue selon les desseins éternels de Dieu : comment Christ la voit et cela dans son ensemble ; les Corinthiens nous montrent le fonctionnement pratique de l’assemblée locale, ses responsabilités, et par conséquent aussi toutes défaillances.

Enfin, le rapprochement s’impose entre  :

L’épître aux Éphésiens et le livre de Josué

Ce dernier illustre remarquablement le riche et vaste héritage attribué au peuple de Dieu et les combats nécessaires pour s’en assurer la jouissance.

Plan de l’épître

Nous avons indiqué plus haut qu’on peut la considérer en deux parties, la première doctrinale (ch. 1-3), la seconde pratique (ch. 4-6). Compte tenu de l’importance des enseignements ajoutés aux exhortations dans le dernier paragraphe du chapitre 4, cette partie est présentée ici sous un titre distinct.

Première partie. Le propos de Dieu pour Christ et l’Assemblée  : Ch. 1 à 3

1. Une plénitude de bénédictions  : Ch. 1. 1-4

2. Première prière de l’apôtre pour les saints  : Ch. 1. 15-23

3. Sauvés par la grâce, Juifs et nations réconciliés sont amenés au Père  : Ch. 2. 1-22

4. La révélation du mystère du Christ  : Ch. 3. 1-21

Deuxième partie. L’unité du corps et les dons de Christ  : Ch. 4. 1-16

1. Garder l’unité de l’Esprit  : Ch. 4. 1-3

2. Le centre divin de l’unité  : Ch. 4. 4-6

3. Christ, monté au ciel, donne  : Ch. 4. 7-10

4. Les dons de Christ et leur but  : Ch. 4. 11-17

Troisième partie. Les exhortations pratiques  : Ch. 4. 17 à 6. 24

1. Caractères généraux de la conduite des croyants  : Ch. 4. 17 à 5. 21

2. La conduite dans la famille  : Ch. 5. 22 à 6. 9

3. Fortifiez-vous dans le Seigneur : Ch. 6. 10-24

Notes
1 –

Conseil : plan ou dessein de Dieu.

Choisir un livre
Choisir un passage
×
Choisir un livre
Choisir un passage