Bannière

Première épître de Pierre
Sondez les Écritures - 5ème année

Introduction
Jean Jeannin : Chapitres 1 à 5

Une épître adressée aux croyants juifs

Cette lettre est écrite de Babylone où l’apôtre était en exil (5. 13), à une époque où l’évangile s’était déjà beaucoup répandu parmi les Juifs. Les chrétiens issus du judaïsme enduraient beaucoup de tribulations, tant de la part de leurs frères de race que des nations au milieu desquelles ils étaient dispersés. L’apôtre Pierre leur apporte un précieux message d’encouragement.

Le Seigneur Jésus, avant d’être renié par son disciple Pierre, avait prié pour lui et lui avait dit : “Quand une fois tu seras revenu, fortifie tes frères” [Luc 22. 32]. Le Maître précisait ainsi la sphère où devait s’accomplir l’essentiel du service de son disciple. L’apôtre Paul le confirme : l’apostolat de Pierre devait s’exercer auprès des Juifs évangélisés (la circoncision) [Gal. 2. 7-10].

Étrangers sur la terre

L’apôtre Pierre adresse donc son épître aux croyants juifs dispersés dans l’Asie Mineure (la Turquie actuelle). Son enseignement est fondé sur l’appel céleste du chrétien, en contraste avec la part promise à Israël sur la terre. Les croyants reçoivent cet évangile par la foi et forment un nouveau peuple de Dieu (2. 10). Ils sont “forains et étrangers” sur la terre et se dirigent vers leur patrie céleste. Ils sont destinés à la gloire et ne possèdent rien dans le temps présent, si ce n’est la vie de Dieu et le Saint Esprit. Toutes les autres bénédictions sont à venir, mais leur foi s’en empare dès maintenant. L’épître aux Hébreux place aussi les Juifs devenus chrétiens dans cette même perspective.

Les croyants sont assurés de leur salut par la foi (1. 9). Mais étant en route pour le ciel, ils bénéficient, de la part d’un Dieu de miséricorde, d’un salut permanent, de délivrances temporelles (2. 3 ; 3. 21 ; 4. 18) jusqu’au salut final (1. 5). De leur côté, ils sont exhortés à la vigilance (2. 11 ; 4. 7 ; 5. 8) ; les responsables doivent aussi veiller sur le troupeau (5. 1-5).

Le temps de la souffrance

La souffrance est évoquée dans cette épître plus que dans toute autre portion des Écritures. Elle résulte ici de la fidélité du croyant plutôt que d’écarts dans sa marche. Dans sa sagesse, Dieu nous fait passer par cette école pour nous permettre de mieux apprécier les choses à venir en nous détachant des choses présentes. Pierre mentionne souvent la gloire future en contraste avec la souffrance actuelle.

Les épreuves, dans chaque chapitre, sont présentées dans leur diversité : épreuves de la foi (1. 6), de la conscience (2. 19), pour la justice au milieu des injustes (3. 14), pour le nom de Christ (4. 12-14), par l’opposition du diable (5. 8). À travers ces tribulations, Dieu ouvre une voie de délivrance jusqu’au salut définitif, à la venue de Jésus Christ (1. 5).

Jésus Christ devant les yeux

L’apôtre Pierre dirige constamment les yeux de ces nouveaux chrétiens vers Christ, qui a souffert pour eux et pour nous, et nous a laissé un parfait modèle afin que nous suivions ses traces (2. 21). Il est présenté successivement comme l’Agneau de Dieu (1. 19), la pierre de fondement de la maison de Dieu (2. 4, 5), le modèle pour chaque croyant (2. 21). Il a enduré la souffrance dans un chemin de justice (3. 13, 18 ; 4. 13 ; 5. 1), il a souffert dans sa chair pour les péchés (3. 18 ; 4. 1). Maintenant Dieu l’a souverainement établi sur son troupeau (5. 4).

Soyons à notre tour encouragés par cette épître, mais appliquons aussi à notre vie quotidienne son enseignement essentiellement pratique. Tout croyant peut en retirer une bénédiction particulière : maris (3. 7), femmes (3. 1), jeunes gens (5. 5), anciens (5. 1), domestiques ou subordonnés (3. 18). Tous ensemble (3. 8), entrons dans le cercle de ceux que l’apôtre qualifie de “bien-aimés” (2. 11 ; 4. 12).

Plan de la première épître de Pierre

Première partie  : Le chemin de la foi dans la sainteté et l’amour mutuel  : Ch. 1 - 2. 3

Deuxième partie  : La sacrificature des croyants  : Ch. 2. 4-25

Troisième partie  : Une conduite sainte dans le privé et en public  : Ch. 3

Quatrième partie  : La sobriété, la vigilance, la patience à travers la souffrance  : Ch. 4

Cinquième partie  : Les soins du troupeau  : Ch. 5