Bannière

Le Seigneur est proche

Lundi 23 novembre 2020
Abraham, notre père, n’a-t-il pas été justifié par des oeuvres, ayant offert son fils Isaac sur l’autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses oeuvres ; et par les oeuvres la foi fut rendue parfaite. Ainsi a été accomplie l’Écriture qui dit : “Abraham crut Dieu, et cela lui fut compté à justice” ; et il a été appelé ami de Dieu.
Jacques 2. 21-23
Justifié par la foi et /ou par les oeuvres ?

En Romains 4, nous lisons qu’Abraham a été justifié par la foi. Il est donc plutôt embarrassant d’entendre Jacques dire qu’Abraham a été justifié par les oeuvres. Ces affirmations peuvent-elles être vraies toutes les deux ? Oui, elles le sont effectivement. Nous trouvons la réponse en Romains 4 : “Si Abraham a été justifié sur la base des oeuvres, il a de quoi se glorifier, mais non pas devant Dieu(v. 2). Puisqu’Abraham ne peut pas se glorifier devant Dieu, alors devant qui peut-il le faire ? Il peut se glorifier devant les hommes. L’Épître aux Romains parle de la justification devant Dieu, celle de Jacques de la justification devant les hommes.

Dieu avait déjà compté la foi d’Abraham à justice, avant même qu’il ait offert Isaac. Nous trouvons cela en Genèse 15 : “Il crut l’Éternel ; et il lui compta cela à justice” (v. 6). Plus tard, en Genèse 22, nous trouvons le récit du sacrifice d’Isaac. Ce récit prouve à tous ceux qui l’entendent qu’Abraham avait une foi incontestable en Dieu. L’oeuvre d’Abraham, offrant son fils unique, l’a justifié devant les hommes en montrant la réalité de sa foi en Dieu.

L’Épître de Jacques nous dit : “Mais quelqu’un dira : Tu as la foi, et moi j’ai des oeuvres. Montre-moi ta foi sans oeuvres, et moi, par mes oeuvres, je te montrerai ma foi” (2. 18). C’est là le trait caractéristique de cette épître : montre-moi, et je te montrerai !

Dieu n’a pas besoin de voir nos oeuvres pour savoir si nous avons la foi ou non. La foi est le lien vital de notre relation avec Dieu, mais la foi n’est pas une chose inactive, stérile. Son vrai caractère est au contraire de produire de bonnes oeuvres pour Celui qui est notre Sauveur ; elles seront alors un témoignage, visible par ceux qui nous entourent, de la réalité de notre foi.

L.M. Grant