Bannière

Le Seigneur est proche

Mardi 14 janvier 2020
Il est bon d’être toujours zélé pour le bien, pas seulement quand je suis présent avec vous.
Galates 4. 18
Quant à l’activité (ou : au zèle), pas paresseux.
Romains 12. 11
Le paresseux dit : Il y a un lion rugissant sur le chemin, un lion dans les rues… Le paresseux est plus sage à ses yeux que sept hommes qui répondent avec bon sens.
Proverbes 26. 13, 16
Le zèle selon Dieu (1)
Suis-je zélé pour accomplir ce que Dieu m’a confié ?

Le zèle c’est une ardeur, un empressement, une foi active, dans le coeur plus que dans les pensées.

L’apôtre Paul encourage ses frères et soeurs à être toujours zélés pour le bien. Il est bon en effet d’avoir de la constance dans le zèle, et pas uniquement le dimanche matin, ou lors de la réunion de prière. Au sujet de son Père, le Seigneur Jésus dit : “Moi, je fais toujours ce qui lui est agréable” (Jean 8. 29). La constante préoccupation de sa vie était d’accomplir l’oeuvre que son Père lui avait “donnée à faire” (Jean 17. 4). En lui, aucune négligence ; son zèle ne s’exprimait pas dans des explosions d’ardeur passagères que le temps et les difficultés refroidissaient petit à petit. C’était le zèle d’un amour que “beaucoup d’eaux ne peuvent éteindre” (Cantique des cantiques 8. 7).

Beaucoup d’entre nous ressemblent aux fils d’Éphraïm : ils étaient “armés et tirant de l’arc”, mais ils “ont tourné le dos le jour du combat” (Psaume 78. 9). Combien, en effet, sont zélés quand cela n’exige aucun sacrifice ! Certains ont bien “couru” pendant un temps (voir Galates 5. 7), mais ont progressivement ralenti !

L’homme paresseux va toujours trouver une excuse pour ne pas servir Dieu. La liste des craintes produites, en image, par le “lion dans les rues”, est largement assez longue pour nous dissuader d’agir et faire taire notre conscience. Mais la foi sait que Dieu est plus fort que le lion rugissant.

Le paresseux s’est auto-persuadé du bien-fondé de sa pensée : pour lui, son attitude est rationnelle et n’a rien de commun avec la paresse ! Dans son aveuglement, lui seul a raison. Si des personnes, reconnues par d’autres pour leur sagesse, nous reprennent, ne restons pas indifférents, mais demandons à Dieu de nous montrer s’il n’y a pas en nous “quelque voie de chagrin” (Psaume 139. 24).

(à suivre)