Bannière

La Bonne Semence

Mercredi 1 juillet 2020
(Jésus dit :) Celui qui vient à moi, je ne le mettrai pas dehors.
Jean 6. 37
Jamais trop tôt

Infirmière, j’aimais parler de Jésus et de son amour, tout en travaillant. Un patient me dit un jour :

- Jésus ne voudra pas de moi : je suis trop mauvais. Mais j’espère bien ne pas mourir tout de suite.

- Je l’espère aussi, mais plus tôt on met sa vie en ordre avec Dieu, plus tôt on est rempli de la paix que Jésus donne. Ne connaissez-vous pas l’histoire du malfaiteur qui était crucifié près du Seigneur Jésus ?

À ce moment-là, sa femme entra. En voyant son mari mal à l’aise, elle me dit :

- Je ne veux pas qu’on parle de religion à mon mari, ces questions le troublent.

Trois jours plus tard, le malade mourut. Plus tard, je rencontrai son fils qui me dit : – Mon père aurait voulu vous revoir. Mais ma mère s’y opposait. J’ai dû lui lire plusieurs fois le récit du malfaiteur crucifié. Il ne s’en lassait jamais. Dimanche matin, il m’a dit : Mon garçon, maintenant tout est en règle, je suis en paix. Jésus a porté mes péchés. Remercions-le ensemble. Il a prié avec moi. Peu après, il est parti paisiblement.

Avez-vous lu le récit de ce malfaiteur, crucifié avec un autre en même temps que Jésus ? L’un se moquait de Jésus, mais l’autre lui dit : “Tu ne crains pas Dieu, toi ? Car tu es sous le même jugement. Pour nous, nous y sommes justement, car nous recevons ce que méritent les actes que nous avons commis ; mais celui-ci n’a rien fait qui ne doive pas se faire. Et il disait à Jésus : Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu viendras dans ton royaume. Jésus lui dit : En vérité, je te dis : Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis” (Luc 23. 42, 43).