Bannière

La Bonne Semence

Dimanche 12 janvier 2020
L’amour est fort comme la mort… Beaucoup d’eaux ne peuvent éteindre l’amour, et des fleuves ne le submergent pas.
Cantique des cantiques 8. 6, 7
[Jésus] a laissé sa vie pour nous.
1 Jean 3. 16
Faible par amour

“Quoi de plus faible qu’un enfant né dans une étable, ou qu’un homme mourant sur une croix ? Pourtant, c’est cela même qu’il faut aimer, vénérer, protéger, non la force ou la victoire.” Ainsi s’exprimait un philosophe, en parlant de Jésus Christ, crucifié dans la faiblesse (2 Corinthiens 13. 4). Il était pourtant le Fils de Dieu, venu comme un homme sur la terre. Il avait tous les droits et la puissance du Dieu créateur. Il était le Seigneur de gloire qui s’est abaissé lui-même pour glorifier Dieu et sauver des pécheurs.

Il a montré quelque chose de beaucoup plus grand que la puissance qui écrase les autres. Il a montré ce qu’est l’amour vrai, l’amour divin. “Par ceci nous avons connu l’amour : c’est que lui a laissé sa vie pour nous” (1 Jean 3. 16). Sa vie a été la manifestation d’un cœur plein de grâce, de bonté et de compassion. Tous pouvaient venir à lui et trouvaient là une réponse à leurs préoccupations. Mais il a dû dire : “Ils m’ont rendu le mal pour le bien, et la haine pour mon amour” (Psaume 109. 5). Il a été condamné à mort sans motif. Il a subi la plus grande injustice, tout en gardant le silence. On l’a traité avec mépris, méchanceté, violence, cruauté. Il a accepté de mourir pour pouvoir offrir le pardon gratuit à celui qui croit en lui. Sa faiblesse consentie volontairement révélait un amour qui surpasse toute connaissance. C’est la victoire de l’amour sur la haine, du bien sur le mal. Cette beauté, cette grandeur, sont le centre de la contemplation de la foi.