Bannière
Dictionnaire du Nouveau Testament

MYRRHE

σμύρνα (smurna[nom fém.] ) <G4666><C4557> (1x)
|| Gomme résineuse extraite d’un arbuste en Israël • Elle peut couler spontanément (myrrhe franche), ou être extraite par incision de l’écorce ; on l’employait comme parfum, et comme calmant et stimulant. Très odorante et de goût amer, elle figure la bonne odeur de Christ, l’homme de douleurs souffrant dans sa vie et dans sa mort sur la croix. Les mages, venus de l’orient pour rendre hommage à l’enfant Jésus, lui offrirent de la myrrhe avec de l’or et de l’encens (Matthieu 2. 11). Pour ce terme en Marc 15. 23, voir [MIXTIONNER 2] . Nicodème vint embaumer le corps de Jésus avec une mixtion de myrrhe et d’aloès (Jean 19. 39). Les croyants de l’assemblée de Smyrne sont avertis des choses qu’ils vont souffrir (Apocalypse 2. 8, 10 : Smyrne veut dire « myrrhe »).
×
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V Z
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V Z