Bannière
Dictionnaire du Nouveau Testament

GÉHENNE

γέεννα (guéénna[nom fém.]  ; de l’héb. : vallée de Hinnom) <G1067><C1078> (11x)
|| Ce terme représente l’étang de feu, le lieu des tourments éternels ; enfer • Les Israélites sacrifiaient par le feu leurs enfants à des dieux des nations dans la vallée de Hinnom (voir 2 Rois 23. 10). Plus tard, les détritus de Jérusalem, de même que les corps morts d’animaux et de brigands, y étaient brûlés ; on y maintenait le feu constamment. L’âme et le corps des incrédules sont l’objet d’une destruction éternelle dans la géhenne (Matthieu 5. 29, 30 ; 10. 28). Dieu a le pouvoir de jeter dans la géhenne (Luc 12. 5). Jésus parle du « jugement de la géhenne » (Matthieu 23. 33) et de la « géhenne de feu » (Matthieu 5. 22 ; 18. 9 ; Marc 9. 43, 45, 47). La langue est enflammée par la géhenne (Jacques 3. 6), dans le sens qu’elle est capable de choses diaboliques. Voir [FILS DE LA GÉHENNE] . On emploie le mot « enfer » comme syn. de « géhenne » dans le langage courant.
×
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V Z
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V Z