Bannière
Dictionnaire du Nouveau Testament

DIABLE

διάβολος (diabolos[adj.]  ; de diaballô : accuser) <G1228><C1243> (38x)
|| Un des noms qui caractérisent Satan : le terme signifie « accusateur », et plus spécifiquement « calomniateur » • Le diable est le grand ennemi de Dieu et de l’homme. Il tenta Jésus au début de son ministère public (Matthieu 4. 1-11 ; Luc 4. 1-13). Dans une parabole, il sème l’ivraie (Matthieu 13. 39) ; dans une autre, il ôte la parole de Dieu du cœur (Luc 8. 12). À l’origine, le feu éternel a été préparé pour le diable et ses anges (Matthieu 25. 41). Jésus dit aux Juifs qu’ils ont pour père le diable (Jean 8. 44). Le diable mit dans le cœur de Judas de livrer Jésus (Jean 13. 2). Il a été vaincu par Christ à la croix (Hébreux 2. 14). Le diable est l’adversaire du croyant (1 Pierre 5. 8) ; il est le serpent ancien (Apocalypse 12. 9) qui asservit à sa puissance (Actes 10. 38). L’orgueil constitue la faute du diable (1 Timothée 3. 6, 7 ; voir Ézéchiel 28. 1-19). Le croyant est appelé à tenir ferme contre ses artifices (Éphésiens 6. 11), à lui résister (Jacques 4. 7), à ne pas lui donner d’occasion (Éphésiens 4. 27). Le diable sera particulièrement actif après l’enlèvement de l’Église, et agira avec fureur, sachant qu’il a peu de temps (Apocalypse 12. 12). Il sera lié pour 1000 ans et jeté dans l’abîme durant le millénium (Apocalypse 20. 2 ; voir v. 3). À la fin des 1000 ans, il sortira pour égarer les nations, mais il sera précipité dans l’étang de feu et de soufre où il sera tourmenté éternellement (20. 10). Le terme est aussi employé pour décrire Judas le traître (Jean 6. 70). Autres réf. : Actes 13. 10 ; 2 Timothée 2. 26 ; 1 Jean 3. 8, 10 ; Jude 9 ; Apocalypse 2. 10.
×
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V Z
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V Z