Bannière

Épître à Tite
Chaque Jour les Écritures - 5ème année

Tite 1. 1 à 16

    Tite 1

    1Paul, esclave de Dieu, et apôtreA de Jésus ChristA selon la foi des élusA de Dieu et la connaissance de la vérité qui est selon la piété, 2dans l’espérance de la vie éternelle que Dieu, qui ne peut mentir, a promise avant les temps des sièclesA 3- mais il a manifesté, au temps propre, sa parole, dans la prédication qui m’a été confiée, à moi, selon le commandement de notre Dieu sauveur 4- , à Tite, mon véritable enfant selon notre commune foi : Grâce et paix de la part de Dieu le Père et du Christ Jésus notre Sauveur !  
    5C’est pour cela que je t’ai laissé en Crète, pour que tu mettes en bon ordre ce qui reste à régler, et que, dans chaque ville, tu établisses des anciensC comme je te l’ai ordonné :  6si quelqu’un est irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants croyants, qui ne soient pas accusés de débauche, ou insubordonnés. 7Car il faut que le surveillantA soit irréprochable comme administrateur de Dieu, ni arroganta, ni coléreux, ni adonné au vin, ni brutal, ni avide d’un gain honteux, 8mais hospitalier, aimant le bien, sageb, juste, pieux, maître de soi, 9tenant ferme la fidèle parole selon la doctrineA, afin d’être capable aussi bien d’exhorter par un sain enseignement que de réfuter ceux qui contredisent.
     10Car il y a beaucoup d’insubordonnés vains discoureurs et séducteurs, surtout ceux de la CirconcisionA ;  11il faut leur fermer la bouche : ils bouleversent des familles entières, enseignant ce qui ne convient pas, pour un gain honteux. 12Quelqu’un d’entre eux, leur propre prophète, a dit : "Les Crétois sont toujours menteurs, de méchantes bêtes, des ventres paresseux"c13Ce témoignage est vrai ; c’est pourquoi reprends-les sévèrement, afin qu’ils soient sains dans la foi, 14au lieu de s’attacher à des fables judaïques et à des commandements d’hommes qui se détournent de la vérité. 
    15Tout est pur pour ceux qui sont purs ; mais, pour ceux qui sont souillés et incrédules, rien n’est pur ; au contraire, chez eux, intelligence et conscience sont souillées. 16Ils font profession de connaître Dieu, mais par leurs oeuvres ils le renient : ils sont abominables, désobéissants et, pour toute bonne oeuvre, disqualifiésd

    (Traduction révisée)

    Notes

    a. litt. : se complaisant en lui-même, ou : prétentieux, obstiné dans son opinion.

    b. ou : pondéré, de bon sens.

    c. citation du poète Épiménide.

    d. ou : réprouvés (voir 1 Corinthiens 9. 27).

    Nous retrouvons dans l’épître à Tite les sujets qui nous ont occupés dans la lere à Timothée : le bon ordre dans l’assemblée, le sain enseignement opposé à celui des faux docteurs, ses fruits dans la conduite des croyants. Paul a chargé Tite de choisir et d’établir des anciens dans chaque assemblée (Actes 14. 23). Nous sommes loin du principe de tant d’Églises dans lesquelles un seul homme cumule ces fonctions et se trouve de surcroît régulièrement appointé pour les remplir. Piété, sobriété, hospitalité, maîtrise de soi, tels sont les caractères moraux indispensables au surveillant.

    Il n’est pas flatteur le portrait du Crétois tracé par leur propre prophète et confirmé par l’apôtre. Les traits plus ou moins accusés de l’homme naturel ne sont pas effacés par la conversion. L’un reste davantage porté au mensonge, l’autre à la paresse ou à l’orgueil. Chaque enfant de Dieu doit apprendre à connaître ses propres tendances et veiller ensuite avec le secours du Seigneur, à ne pas les laisser se manifester. Ainsi l’insubordination ! Celle des enfants envers leurs parents (fin du v. 6) risque de se montrer plus tard envers tout l’enseignement divin (v. 10). Et Dieu ne reconnaît pas les œuvres de celui qui ne se soumet pas à l’autorité de sa Parole (fin du v. 16).

    Choisir un livre
    Choisir un passage
    ×
    Choisir un livre
    Choisir un passage