Bannière

Le troisième livre de Moïse dit le Lévitique
Chaque Jour les Écritures - 1ère année

Lévitique 1. 1 à 17

    Lévitique 1

    1Et l’Éternel appela Moïse, et lui parla, de la tente de rassemblement, disant :  2Parle aux fils d’Israël, et dis-leur : Quand un homme d’entre vous présentera une offrandea à l’Éternel, vous présenterez votre offrande de bétail, du gros ou du menu bétail.  3Si son offrande est un holocauste de gros bétail, il la présentera, – un mâle sans défautb ; il la présentera à l’entrée de la tente de rassemblement, pour être agréé devant l’Éternel. 4Et il posera sa main sur la tête de l’holocauste, et il sera agréé pour lui, pour faire propitiation pour lui. 5Et il égorgera le jeune taureauc devant l’Éternel ; et les fils d’Aaron, les sacrificateurs, présenteront le sang, et ils feront aspersion du sang tout autour sur l’autel qui est à l’entrée de la tente de rassemblement ;  6et il écorchera l’holocauste et le coupera en morceaux. 7Et les fils d’Aaron, le sacrificateur, mettront du feu sur l’autel, et arrangeront du bois sur le feu ;  8et les fils d’Aaron, les sacrificateurs, arrangeront les morceaux, la tête et la graisse, sur le bois qui est sur le feu qui est sur l’autel. 9Et il lavera avec de l’eau l’intérieur et les jambes, et le sacrificateur fera fumerd le tout sur l’autel ; [c’est] un holocauste, un sacrifice par feu, une odeur agréable à l’Éternel. 
    10Et si son offrande pour l’holocauste est de menu bétail, d’entre les moutons ou d’entre les chèvres, il la présentera, – un mâle sans défaut ;  11et il l’égorgera à côté de l’autel, vers le nord, devant l’Éternel ; et les fils d’Aaron, les sacrificateurs, feront aspersion du sang sur l’autel, tout autour ;  12et il le coupera en morceaux, avec sa tête et sa graisse, et le sacrificateur les arrangera sur le bois qui est sur le feu qui est sur l’autel ;  13et il lavera avec de l’eau l’intérieur et les jambes ; et le sacrificateur présentera le tout et le fera fumer sur l’autel : c’est un holocauste, un sacrifice par feu, une odeur agréable à l’Éternel. 
    14Et si son offrande à l’Éternel est un holocauste d’oiseaux, il présentera son offrande de tourterelles ou de jeunes pigeonse15Et le sacrificateur l’apporteraf à l’autel, et lui détachera la tête avec l’ongle, et la fera fumer sur l’autel ; et il en exprimera le sang contre la paroi de l’autel ;  16et il ôtera son gésier avec son ordureg, et les jettera à côté de l’autel, vers l’orient, au lieu où sont les cendres ;  17et il fendra l’oiseauh entre les ailes, il ne le divisera pas ; et le sacrificateur le fera fumer sur l’autel, sur le bois qui est sur le feu : c’est un holocauste, un sacrifice par feu, une odeur agréable à l’Éternel. 

    (Traduction révisée)

    Notes

    a. dans tous ces passages : offrande ; héb. : corban, dérivé du verbe traduit par : présenter.

    b. héb. : parfait ; ainsi partout.

    c. ou : veau ; héb. : le fils du gros bétail.

    d. terme employé pour brûler l’encens.

    e. ou : colombes.

    f. ailleurs : présenter.

    g. qqs. : son jabot avec sa plume.

    h. litt. : le fendra.

    Le Lévitique est un livre fermé pour celui qui n’en possède pas la « clé » divine. Celle-ci est Christ, que nous y trouvons sous tous les aspects de son sacrifice et de sa sacrificature. Le croyant possède un seul sacrifice, offert « une fois pour toutes » , pleinement suffisant (Hébreux 10. 10). Mais pour le décrire sous ses différents côtés, l’Esprit de Dieu nous en donne des images variées et complémentaires.

    L’holocauste est nommé le premier parce qu’il représente la part de Dieu dans l’œuvre de Christ. Elle est exprimée dans le Nouveau Testament par des passages comme Jean 10. 17 ; Éphésiens 5. 2 ; Philippiens 2. 8. Chers amis chrétiens, quand nous pensons à la croix, au lieu d’y voir d’abord notre salut, commençons par considérer la satisfaction que Dieu a trouvée dans la personne et dans l’œuvre de son saint Fils.

    Trois sortes de victimes pouvaient être présentées. Dans la manière de les offrir apparaissent quelques différences. Seules par exemple, les offrandes de bétail étaient coupées en morceaux qu’on arrangeait sur l’autel. Mais dans chacun des cas il s’agissait d’une « odeur agréable à l’Éternel » . Tel a été l’effet du feu du jugement qui passa sur la victime sainte à la croix : faire ressortir dans ses moindres détails l’excellence de l’offrande « sans tache » (Hébreux 9. 14).

    Choisir un livre
    Choisir un passage
    ×
    Choisir un livre
    Choisir un passage